Aleteia

5 façons de vivre à fond son Carême. Il s’achève bien plus vite qu’on ne le croit !

© Pexel
Partager
Commenter

Prenez donc exemple de cette tradition orthodoxe...

Je ne manque pas d’idées pour renforcer ma vie spirituelle ! Mais je dois bien avouer que mes nobles ambitions s’effilochent souvent piteusement avec pour seul alibi : « Je le ferai pendant le Carême ». Après tout, quel meilleur moment pour se recomposer, se recréer ?

Seulement, chaque année, quand le Carême arrive, je suis prise au dépourvue comme un voleur à l’aube. C’est parfaitement absurde, puisque, après tout, j’ai toujours bénéficié d’un délai d’avertissement substantiellement long : environ 365 moins 40 jours depuis la dernière fête de Pâques. 46 semaines, rien que ça ! Pourtant, les années passent et, à chaque fois, j’arrive au Mercredi saint sans préparation et je m’empresse hâtivement de prendre des résolutions que je crois pouvoir tenir. Vous l’aurez deviné, avant même de les avoir mises en pratique, le Carême est déjà fini.


Lire aussi : À quoi sert le Carême ? Est-il vraiment indispensable ?


Préparez-vous à vous préparer !

Une aide inespérée m’est récemment venue de la tradition orthodoxe. J’ai découvert une pépite sur la façon d’aborder ce temps du Carême… Les byzantins observent les dimanches proches du Carême comme une période particulière de préparation « pré-Carême » (ou pré-quadragésimale), de telle sorte que lorsque le Carême advient enfin, ils sont prêts pour donner le meilleur d’eux-mêmes.

Cela démontre aussi l’importance du Carême et l’objet vital que représente le labeur de la pénitence. Au point qu’il existe donc un temps particulier pour se préparer à la période de préparation.

La Septuagésime (le dimanche que célèbre l’Église, trois semaines avant le dimanche de Pâques de Résurrection, soit 70 jours auparavant), commence trois dimanches avant le Mercredi des Cendres. Étant donné que le Mercredi des Cendres est le 1er mars, cette année, les paroisses qui ont observé la Septuagésime ont marqué la montée particulière vers le Carême, dès le dimanche Septuagésime, qui était le 12 février passé, vous me suivez ?

Pour ceux d’entre nous qui n’avons pas reçu de rappel de ce style, au cours de nos messes du dimanche ou dans la divine Liturgie, je subodore fortement qu’il est donc beaucoup trop tard et qu’il faut à présent rattraper le temps perdu : nous sommes en Carême depuis une semaine. Que ceux qui ne le savaient pas changent la pile de leur montre !

Pour les retardataires, voici une série de méthodes pour mettre de l’ordre dans son âme ; afin qu’elle soit prête pour les célébrations pascales. Pour ce qui est de la préparation à la préparation, rendez-vous l’an prochain mais attention : désormais prévenu, vous n’avez plus d’excuse pour ne pas vous y mettre !


Lire aussi : Pourquoi jeûner, prier et faire l’aumône pendant le Carême ? La réponse d’un évêque


Mets-toi en marche, physiquement

Bien que je sois faite de chair et d’esprit, il m’arrive encore d’oublier à quel point mon corps influe sur l’état de mon âme. Les jours où je reste assise pendant des heures dans le canapé, il y a sensiblement moins de probabilités à ce que j’ai l’énergie nécessaire pour mener à bien tout ce qu’il y a à faire. Je consacre bien moins de temps à la famille, je suis moins attentionnée envers mon mari, et en règle général, je tends à déprimer avec mes soucis. Tout cela conduit à un insaisissable sentiment de désespoir. Alors que les jours où je suis sortie marcher, où j’ai pu faire quelques exercices, mon état d’âme est tout autre. Je suis plus joyeuse, plus optimiste, j’ai aussi plus d’énergie à offrir à ma famille. C’est le parfait état d’esprit pour tenter de commencer à opérer des changements dans ma vie.

Mets-toi en marche, mentalement

Nourris ton esprit, ta pensée. Même si tu ne fais pas des lectures spirituelles, tous les types de lecture peuvent t’apporter un soutien bien plus puissant que ce que l’on peut imaginer. Tout simplement, lire un article en entier, au lieu de se contenter d’un coup d’œil rapide en n’en retenant que le titre, cela stimule l’habitude de finaliser ce que l’on a commencé. Cela réconforte pour ne pas se rendre facilement. La pensée et le cerveau, tout comme les autres muscles, ont besoin de s’exercer pour se maintenir et rester forts. Faire usage de ses capacités mentales avec fréquence, peut aider aussi à approfondir notre compréhension de la foi, ce qui suppose une richesse sans mesure. La foi a tant de choses à nous offrir.

Commence à noter tes zones problématiques

Tu n’as pas à fixer tes résolutions, pas encore. Mais il est grand temps de commencer à réfléchir sur les zones de ta vie qu’il faudrait revitaliser. Tu as manqué de patience, dernièrement ? (Moi oui. J’en accuse ma claustrophobie. Ainsi que le péché originel). Un bon examen de conscience te guidera vers les propositions les plus appropriées pour toi. Cela t’aidera à entrevoir plus clairement tes objectifs du Carême. Tu disposes également d’une vieille astuce: essaye de nommer les sept péchés capitaux. Celui dont tu as le plus de mal à te souvenir est probablement celui qui te cause le plus grand souci.

Recours aux sacrements

Si tu t’es déjà attelé à un bon examen de conscience, ne laisse pas l’occasion s’échapper. Va te confesser ! Si tu as du temps pour la messe du jour, ou pour l’adoration eucharistique, ne serait-ce qu’une fois, tu ne le regretteras pas. C’est toujours la meilleure décision possible pour essayer de se rapprocher de Jésus. Après tout, c’est bien cela l’objectif de toute notre vie.

Prie, prie, prie

Nul besoin d’être d’humeur à le faire, nul besoin d’en avoir l’énergie, nul besoin d’avoir quelque chose à dire pour que ta prière soit une bonne prière. Ce qui compte c’est la persévérance. Ne sous-estime jamais le pouvoir de créer une habitude. Au début, cela est dur, mais une fois que cela devient ta routine, elle devient quelque chose de naturel. Cela ne te plairait pas, que ta prière quotidienne soit quelque chose qui découle d’une manière tout à fait naturelle ?


Lire aussi : Le jeûne du Carême expliqué aux « hypocrites »


Mots-clés
Carême
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]