Aleteia

Que signifie vraiment « Que Ta volonté soit faite » ?

© Tymonko Galyna/Shutterstock
© Tymonko Galyna/Shutterstock
Partager
Commenter

Décryptage de cette mystérieuse injonction que les chrétiens expriment dans le Notre Père.

Que veut dire cette mystérieuse injonction quotidienne que les chrétiens font à leur Dieu ? S’agit-il d’une forme de fatalisme, une manière de dire : « Ok Seigneur, il m’arrive pleins de choses désagréables dans ma vie, je les accepte passivement car telle est Ta volonté » ?

Non, le fatalisme n’est pas dans l’ADN chrétien, pas plus que la résignation. Au contraire, tout le christianisme insiste sur le libre arbitre, la force de décision et le volontarisme des croyants qui est à l’exact opposé de l’acceptation dans le destin implacable que l’on trouvait par exemple chez les peuples païens.

Mais qu’est-ce que la volonté de Dieu, dont nous prions qu’elle s’accomplisse, comment la découvrir ?

C’est que Dieu a une volonté pour nous en tant qu’être humain et une volonté pour nous en tant qu’individu singulier. La première, commune à l’ensemble de l’humanité est de nous mener à la sainteté. Par Grâce, nous sommes appelés à devenir ce que Dieu est par nature. En tant qu’être humain, nous avons vocation à participer à la vie trinitaire car Dieu s’est fait homme pour que l’Homme se fasse Dieu.

Outre la volonté que Dieu nourrit pour le genre humain, il y a aussi une volonté particulière pour chaque individu. Et c’est ici qu’il faut parler de la notion de mission de vie. Car chaque personne a une mission à accomplir, chaque individu est en quelque sorte mandaté par le Créateur de toute chose pour participer à l’oeuvre extraordinaire qui s’accomplit tous les jours sous nos yeux.

À chacun de découvrir ce pour quoi il est fait, à chacun de découvrir de quelle manière il peut refléter la lumière de Dieu, de quelle façon il peut être le sel du monde. Il n’y a pas de sotte ou de petites missions puisque chacune d’elles a son importance dans le plan de Dieu et qu’aucune ne peut être réduite à celle de quelqu’un d’autre.

Dans l’accomplissement de sa mission, il faut se méfier d’une cupidité qui se parerait des vêtements de l’ambition. La véritable ambition n’est pas de se hisser socialement ou d’acquérir plus de pouvoir ou de richesse mais au contraire d’accomplir le mieux possible la mission qui nous est confiée. Toutefois, il faut également se défier d’un prosaïsme beaucoup trop répandu. Celui-ci consiste à nous convaincre qu’il faut être « raisonnable », que nous devons viser des buts « à notre échelle », selon « nos capacités » qui doivent toujours être vues au rabais. Non. Au contraire, en ce qui concerne notre mission de vie, nous devons voir grand, sans limite. Ne pas craindre de viser le but le plus élevé possible, le plus grandiose, voire celui qui semble à première vue totalement hors de notre portée.

« Seigneur, je ne suis pas capable d’atteindre ce but mais je sens que Tu m’y appelles… »

En effet, viser très haut sera toujours une leçon d’humilité et une occasion de relation à Dieu : « Seigneur, je ne suis pas capable d’atteindre ce but mais je sens que Tu m’y appelles, viens m’aider… Que Ta volonté soit faite ! »

En recherchant quelle est sa mission personnelle, nous nous mettons à l’écoute de Dieu, nous communion à Sa volonté. Celle-ci est en réalité la découverte de notre propre nature, ce pourquoi nous avons été pensé et créé avant les siècles : « Avant que je t’eusse formé dans le ventre de ta mère, je te connaissais, et avant que tu fusses sorti de son sein, je t’avais consacré, je t’avais établi prophète des nations. » (Jérémie 1, 5)

Notre mission de vie est la volonté de Dieu

Nous sommes tous prophètes de par notre baptême, il nous incombe à tous d’annoncer le Royaume par les dons qui nous sont propres. Dieu nous encourage dans cette voie, dans ce chemin qui en réalité n’est autre que Lui-même. Notre mission de vie est la volonté de Dieu pour nous mais elle devient finalement notre volonté puisque nous sommes fait pour elle depuis toujours.

Nous remettons notre vie entière entre les mains de Dieu, devenons pauvre de nos stress, de nos attachements futiles, de nos poursuites vaines. Dieu purifie notre volonté du superflus, de l’encombrant, de ce que le manque d’estime de soi a planté comme fausses graines de compensation. Enfin, notre volonté purifiée, nous apercevons le chemin de notre bonheur, celui qui mène à la réalisation de la mission de vie qui est la nôtre. Engagés librement sur le chemin de la croissance, la volonté divine et humaine se mêlent sans se confondre, de sorte que nous faisons la volonté de Dieu mais que Dieu fait aussi la nôtre.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]