Aleteia

Pape François : « Le Seigneur veut guérir définitivement les cœurs blessés et humiliés »

radiovaticana
Partager
Commenter

À l’audience générale, le Saint-Père a lancé un appel urgent pour sortir 100 000 personnes du Soudan du Sud menacées de mort par la guerre et la famine.

Quand l’homme « rompt la communion avec Dieu », il « finit par tout mutiler autour de lui », y compris la Création, mais « le Seigneur ne nous laisse pas seuls (…) et même dans ce cadre désolant, Il nous offre une nouvelle perspective de libération », a garanti le pape François dans sa nouvelle catéchèse sur l’espérance chrétienne, à l’audience générale de ce mercredi 22 février. En toile de fond, les paroles de l’apôtre dans sa Lettre aux Romains (8, 19-27) : « Dans l’espérance, nous nous reconnaissons tous sauvés ».

Devant des milliers de fidèles et pèlerins – rassemblés à nouveau place Saint-Pierre, et non plus dans la salle Paul VI comme ce fut le cas durant ces derniers mois de grand froid et mauvais temps – le Saint-Père a également lancé un vibrant appel pour les populations du Soudan du Sud, mises « à genoux » par un conflit et une famine qui, selon l’ONU, menacent 100 000 personnes de mort tandis que près de 5 millions d’autres souffrent de sous-nutrition.

Appel pour le Soudan du Sud

« Un conflit fratricide et une grave crise alimentaire condamnent des millions de personnes – dont de nombreux enfants – à mourir de faim », si des secours n’arrivent pas avec urgence dans leur pays, a averti le pape François. Particulièrement « inquiet et peiné » pour les « terribles nouvelles » qui arrivent du Sud Soudan, il a appelé avec force la communauté internationale à intervenir rapidement, en ne s’arrêtant pas à « de simples déclarations » mais en concrétisant « ces aides alimentaires » et permettant « que celles-ci arrivent aux populations en détresse ». Cet engagement, a-t-il insisté, « est nécessaire plus que jamais  (…) que le Seigneur soutiennent ces frères et tous ceux qui travaillent pour les aider ».

Plus de 100 000 personnes risquent la faim dans l’État d’Unité, au sein de la région du Haut Nil, au Soudan du Sud, rapporte l’agence Fides. L’État d’urgence alimentaire a été proclamé par le gouvernement de Juba et par les Agences spécialisées des Nations unies (FAO, UNICER et PAM) signe, selon l’organe d’information des Œuvres pontificales missionnaires (OPM), que « la population a déjà commencé à mourir de faim ». Selon l’ONU, si la guerre civile devait se poursuivre, empêchant l’arrivée d’aides humanitaires, ce sont plus de 5,5 millions de personnes qui risquent de souffrir la faim d’ici juillet prochain.

Les gémissements de la Création

« Saint Paul nous invite à nous mettre à l’écoute des gémissements de la création, des êtres humains et ceux de l’Esprit dans notre cœur. Ces gémissements ne sont pas stériles (…) », a déclaré le Pape quelques minutes auparavant en livrant son nouvel enseignement sur l’espérance chrétienne. Dans l’espérance, a-t-il rappelé, le chrétien sait que « le Seigneur veut guérir définitivement les cœurs blessés et humiliés, tout ce que l’homme a défiguré ». Il le sait parce qu’il a appris à lire les signes du mal « avec les yeux du Christ Ressuscité ». Les signes « du mal, de l’égoïsme et du péché », en lui et autour de lui. Et c’est pourquoi « il est solidaire, avec celui qui souffre, qui pleure, qui est marginalisé, ou dans le désespoir ».

Mais « quand l’homme rompt la communion avec Dieu, l’homme perd sa beauté originelle et finit par tout mutiler autour de lui » ; et « là où tout renvoyait avant au Père créateur et à son amour infini, porte maintenant le triste signe, le signe désolant, de l’orgueil et de la voracité humaine ». La création, quel « don merveilleux de Dieu », a souligné le Pape. Mais « l’orgueil humain », en l’exploitant, a fini par « abîmer tout ce qui lui a été confié de plus beau », et par la « corrompre », faisant d’elle « son esclave ». Et le Pape a cité l’exemple de l’eau, source de vie, mais que l’homme « contamine pour exploiter les minéraux », et dont tout le monde peut constater les conséquences.

Au-delà des apparences négatives

Néanmoins Dieu « ne nous laisse pas seul devant ce cadre désolant, mais nous offre une perspective nouvelle de libération, de salut universel », a poursuivi le Pape. « Nous savons que, par sa miséricorde, le Seigneur veut guérir définitivement les cœurs blessés et humiliés, tout ce que l’homme a défiguré ». Que de fois, en tant que chrétiens, « nous sommes déçus, tentés par le pessimisme, nous laissant parfois aller à d’inutiles lamentations, ou en ne parlant plus, ne sachant plus quoi demander, quoi espérer ». Non, l’Esprit saint, souffle de notre espérance « nous vient en aide : Il voit au-delà des apparences négatives du présent et nous révèle déjà les cieux nouveaux et la terre nouvelle que le Seigneur prépare pour l’humanité ».

 

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]