Aleteia

Un prêtre va se marier

© Eglise Confluence Sainte-Blandine / YouTube
Partager
Commenter

À Lyon, le père David Gréa a été déchargé - à sa demande - de ses fonctions.

Le dimanche 19 février 2017, le cardinal Barbarin accordait au père David Gréa d’être déchargé de sa fonction. Ce prêtre avait fait part à ses paroissiens de la relation « qu’il avait commencé à construire avec une femme » et avec laquelle il pensait que Dieu l’appelait à vivre.

Un curé dynamique

C’est un coup dur pour les paroissiens, plusieurs d’entre eux pleuraient dimanche 19, le prêtre était connu pour son dynamisme et pour ses messes mises en musique par Glorious. La ville de Lyon perd, de son côté, un prêtre quarantenaire, qui avait su insuffler un nouveau dynamisme dans la paroisse de l’église Sainte-Blandine à Lyon. Parmi ses campagnes sur Twitter, une photo du prêtre tenant à la main un sabre laser était surmontée de la phrase mythique prononcée par Dark Vador dans l’Empire contre-attaque : « Je suis ton père ».

« Un acte de probité »

Mgr Barbarin a, certes, regretté de voir l’un de ses prêtres quitter le sacerdoce, mais il a aussi salué l’intégrité de sa démarche, et lui avait demandé de prendre un temps de discernement qui n’a pas différé sa décision. La majorité des personnes réagissant à la nouvelle dans les médias saluent, elles aussi, l’honnêteté de ce prêtre qui n’a pas cherché à vivre sa relation dans la clandestinité, mais des commentateurs élargissent le sujet en s’en prenant à la position de l’Église catholique sur le célibat.

Les « prêtres célibataires » réagissent

Devant cette nouvelle, le père Grojean réagissait : « Nous ne jugeons pas le prêtre qui tombe ». Mais, implorait-il, qu’on nous épargne le refrain : « C’est la faute de l’Église, de ses règles et de ses lois ». Et il précisait : « Ce serait profondément blessant pour ceux qui restent, pour ceux qui humblement, pauvrement, parfois douloureusement mais souvent joyeusement, essayent d’être fidèles à la promesse de leur ordination ». Prêtre du même diocèse de Lyon que le père Gréa, l’abbé de Montjoye a publié sur Facebook une lettre ouverte qui traduit le désarroi et l’amertume de ces nombreux prêtres blessés par la rupture de l’engagement solennel au sacerdoce de leur confrère : « Prions pour lui et pour tous ceux qui sont troublés par cette triste nouvelle (…). Je continuerai à prier pour tous les prêtres qui ont abandonné le ministère, spécialement pour ceux qui n’éprouvent pas de contrition. Le péché nous détourne de Dieu, la contrition nous ramène à Lui ».

Dieu peut combler un cœur

Le père Amar affirmait de son côté : « La grande tradition de l’Église latine, son grand trésor, c’est le célibat. J’en vois tous les jours la signification et la fécondité. Voire un argument pastoral. » Il assure, lui aussi, qu’il n’est pas question de juger les prêtres qui remettent en cause le choix du célibat, précisant que : « Lorsqu’on perçoit une règle comme une contrainte, on ne tient pas longtemps ». Cette règle démontre un « engagement total » des prêtres et a un sens profond : « Le prêtre se donne pour témoigner de la joie du don, à travers chaque vocation, et vous y préparer. S’il avait une femme et des enfants, ils auraient légitimement la première place dans son cœur. Avec son célibat, la priorité c’est vous ! »

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]