Aleteia

Pape François : « L’amour de Dieu est une certitude, soyons en fiers ! »

Partager
Commenter

À l’audience générale, Saint-Père a livré un nouvel enseignement sur l’espérance chrétienne qui "ne déçoit jamais".

« Il est facile de dire : Dieu nous aime. Nous le disons tous. Mais est-ce que chacun de nous est capable de dire : je suis sûr que Dieu m’aime ? », a demandé le pape François aux quelques 7 000 fidèles rassemblés dans la salle Paul VI pour la traditionnelle audience générale du mercredi. Sa nouvelle catéchèse sur l’espérance chrétienne portait sur « la certitude de l’amour de Dieu » que chaque croyant est appelé à véhiculer avec « humilité et simplicité » auprès de tous. Cet amour, « source d’espérance qui ne déçoit jamais », a-t-il rappelé, et dont chaque chrétien « doit être fier, y compris dans les épreuves ou dans les mauvaises actions », comme invite saint Paul dans la Lettre aux Romains.

Reconnaître que « tout est grâce »

« Frères et sœurs, depuis notre enfance, nous savons qu’il n’est pas bien de se vanter : c’est à la fois une marque d’orgueil et un manque de respect envers les autres. Pourtant, l’pôtre Paul nous exhorte à nous enorgueillir de l’abondance de la grâce dont nous avons été comblés en Jésus-Christ, au moyen de la foi », souligne le Pape dans le texte adressé aux pèlerins francophones. Son exhortation, explique-t-il, est une invitation à « reconnaître, dans la lumière de l’Esprit saint, que tout est grâce », pour « être en paix avec Dieu, avec nous-mêmes, et avec toutes les personnes rencontrées », comme aimait répéter sainte Thérèse de Lisieux.

Être fiers de nos épreuves

Mais l’apôtre, a poursuivi François, nous exhorte aussi à « nous enorgueillir de nos épreuves ». Car, dit-il, « la paix que le Seigneur nous offre n’est pas synonyme d’absence de déceptions ou de souffrances, mais un don extraordinaire qui permet de reconnaître que Dieu nous aime et qu’il est toujours à nos côtés ». Ainsi, pour un chrétien, quel plus grand orgueil que celui « d’avoir comme Père un Dieu qui ne fait pas de préférence, n’exclue personne, mais ouvre sa maison à tous les hommes, à commencer par les plus petits et les lointains, pour que nous apprenions, en fils, à nous réconforter et à nous soutenir les uns les autre ».

L’espérance chrétienne, a insisté le Pape, est une garantie à faire passer parmi tous les hommes « avec humilité et simplicité », un don qui tient unis, éloigne de toute tentation de « discréditer ou marginaliser » quiconque. Une conviction que le chrétien est appelé à vivre « avec fierté ! ».

Saints Cyrille et Méthode

À la fin de l’audience, le Pape est revenu sur la fête des saints Cyrille et Méthode, co-patrons de l’Europe, le 14 février — dont il a rappelé les qualités fondamentales pour proclamer la Parole de Dieu, lors de sa messe du matin — pour appeler les jeunes à devenir comme eux des « missionnaires dans leur cadre de vie », les malades à « offrir leurs souffrances pour la conversion de ceux qui sont loin », et les jeunes mariés à « faire de l’évangile la règle fondamentale de leur vie familiale ».

Partager
Commenter
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]