Aleteia

Ni progressiste, ni réactionnaire, juste catholique

© Shutterstock / KieferPix
Partager
Commenter

Jamais peut-être, que ce soit lors de l'élection américaine ou la campagne présidentielle française, on a clivé la société en stéréotypes aussi affirmés.

Parlant une novlangue issue des pires dystopies [1], la plupart des médias actuels pensent le monde (ou aimeraient qu’on pense le monde) d’une manière duale. Contaminé par l’esprit de la machine, s’installe de plus en plus un monde binaire qui réagit par slogans plus que par analyses fines, par réactions pavloviennes de rejet plutôt que par utilisation de la raison.

Parmi les dichotomies savamment installées trône celle qui oppose les « progressistes » aux « réactionnaires ».

D’un côté, nous aurions des personnes ouvertes d’esprit, libres, tolérantes, amies du progrès et de la technologie… sans que jamais l’on prenne la peine de définir exactement ces mots ou ces expressions.

De l’autre, on aurait des personnes fermées, nostalgique d’un âge d’or réel ou fantasmé, rêvant de revivre sans électricité et de revenir aux superstitions d’antan. Ces personnes seraient également désireuses de maintenir la prééminence d’une ethnie sur une autre ou entérineraient la supériorité d’un sexe sur l’autre.

Jamais peut-être, que ce soit lors de l’élection américaine ou la campagne présidentielle française, on a clivé la société en stéréotypes aussi affirmés. À un point qu’il est impossible de poser un jugement nuancé sur les actions du président Trump sans se faire traiter par les uns de « réactionnaire » (qui semble une insulte réellement terrible) et d’avoir une sympathie amusée pour une tirade du candidat Mélenchon sans se faire fusiller par les autres comme le dernier des « progressistes ».

« Le monde ne va nulle part » 

Ces deux postures sont, en réalité, absurdes tant elles relèvent plus de la propagande que de la réalité. Par exemple, le progrès, c’est vouloir aller dans la bonne direction au niveau individuel ou collectif. Si la société dans son ensemble marche vers un précipice, ceux qui marchent à l’avant et remarquent le ravin reviennent naturellement sur leurs pas pour le dire et pour que l’on change de direction. Alors que les médias les traiteraient volontiers de réactionnaires, ils sont en réalité les plus grands progressistes…

Mais le pouvoir paradigmatique médiatique est tellement prégnant en ce moment, que la plupart semble vouloir s’enfermer dans les cases préfabriquées et trop souvent nos réactionnaires conservateurs affaiblissent leurs positions traditionnelles par des déclarations réellement sexistes ou racistes alors que nos progressistes ne font que céder aux pires sirènes d’une modernité déboussolée.

Alors quoi ? Quelle attitude adopter en tant que catholique ? Chesterton disait volontiers : « Il n’y a pas de direction où aille le monde. Il n’y en a jamais eu. Le monde ne va nulle part, au sens des anciens optimistes progressistes, ou même celui des vieux réactionnaires pessimistes. (…) Le monde est ce que les saints et les prophètes ont vu qu’il était ; il ne va pas simplement pour le mieux ou pour le pire. Il y a une chose que fait le monde : il oscille. Laissé à lui-même, il ne va nulle part, quoique avec l’aide de vrais réformateurs de bonne religion et philosophie il puisse aller mieux à maints égards, et parfois pour des périodes de temps considérables. (…) En fait, c’est fondamentalement ce que l’Église a toujours dit, et c’est pourquoi elle a été toujours plus décriée depuis environ quatre cents ans » [2].

Sans doute que la meilleure position pour un catholique est non d’adopter une posture stéréotypée dictée par l’extérieur médiatique ou par une coutume quelconque mais se demander à chaque fois si telle innovation technique ou sociétale, si tel comportement, changement ou fixisme participent de l’accomplissement (telos) évangélique ou au contraire nous en éloigne.


[1] Le moteur « Décodex » récemment mis en service par le journal Le Monde entérine cette vision en fournissant un véritable permis de s’exprimer et d’être lu aux sites d’informations.
[2] G.K.Chesterton, Le puits et les bas-fonds, DDB, 2016, pp 60-61.

Sébastien Morgan est historien d'Art de formation. Auteur d'un essai paru en 2013 aux éditions du Mercure Dauphinois : Devenir soi-même, chronique d'un chrétien du XXIe siècle, il est également le webmaster du site relianceuniverselle.com.  Après une décennie passée dans le journalisme, il exerce actuellement le métier d'enseignant à Bruxelles.
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]