Aleteia

Aleteia vous aide à passer l’hiver. Et si passer du temps chez soi était la clé du bonheur ?

© Pixabay
© Pixabay
Partager
Commenter

Voici 6 remèdes pour « que votre joie soit parfaite ». (Jean 16, 24)


Lire aussi : Aleteia vous aide à passer l’hiver. Pratiquons le « hygge », la recette danoise du bonheur


Un gros pull en cachemire, quelques bougies allumées… dont une parfumée, un chat qui ronronne, un masque de beauté sur le visage et le monde extérieur, froid, sombre et cruel peut aller se rhabiller. Mais le cocooning n’est pas une fin en soi, car quel est le meilleur ami du démon, si ce n’est l’oisiveté ? Alors cocoonons bien, mais cocoonons chrétiennement.

Faire la guerre au malheur… mais au fait, qu’est-ce que le malheur ?

Pour saint François de Sales, un saint triste est un triste saint, mais chacun a ses petits malheurs, liés à la pression au travail, aux insatisfactions de la vie, aux déceptions relationnelles… beaucoup de coups durs, de croix non offertes, de peines ruminées. Le tout décuplé dès que l’hiver pointe son nez. Au final ? On se sent déprimé. Mais qu’est-ce que le malheur, si ce n’est une ébullition de pensées mauvaises, qui partent dans tous les sens, qui font imaginer des choses négatives, des pensées laissées aller et accompagnées de projections dans le passé et dans le futur ? La tristesse n’est autre qu’une agitation spirituelle et un oubli de l’instant présent.

Remède n°1 du bonheur : la méditation

Méditer permet de se rassembler, de se focaliser uniquement sur le moment présent. Cela permet d’arrêter les projections dans le passé et dans le futur à la source de la déprime. Les saints n’en ont-ils pas suffisamment parlé ? L’Église recommande 15 minutes d’oraison par jour pour les laïcs, (30 minutes pour les religieux). En cas de tristesse, quel meilleur remède que l’humilité et la réflexion sur le rien que nous sommes ? Asseyez-vous confortablement et fermez les yeux :

  • Visualisez-vous dans la pièce dans laquelle vous vous trouvez : vous vous y voyez tout déprimé ;
  • Visualisez votre habitat de l’extérieur : vous ne vous voyez déjà plus, vous êtes entouré de dizaines, voire de centaines de personnes.
  • Visualisez votre quartier au milieu de votre ville : au milieu de ces milliers de personnes, vous n’êtes plus qu’un petit point ;
  • Visualisez votre ville à l’échelle de votre pays : vu du ciel, vous êtes microscopique, comme les millions de personnes qui vous entourent ;
  • Visualisez votre pays au milieu du monde : vous êtes entouré de 7 milliards de personnes. Vue de l’espace, on ne voit même plus votre ville, on distingue à peine votre pays… alors qu’en est-il de vous ?

Quand on est dans un avion et que l’on passe au dessus d’un pays et de millions de personnes… celles-ci sont tellement petites qu’elles sont invisibles. N’est-ce pas là une leçon d’humilité ? Nos malheurs sont-ils si dramatiques ?

On peut aussi méditer des passages de l’Évangile à l’aide de compositions de lieux : imaginer Jésus, non loin du lac de Tibériade, devant une foule à laquelle il annonce les Béatitudes. On peut imaginer sainte Marie Madeleine, ivre de tristesse, et son sentiment lorsqu’elle a entendu « Marie ! », se rendant compte que le jardinier n’en était pas un… quelle charge d’adrénaline ! On peut imaginer saint Joseph, assis accablé, tout triste contre un arbre à Nazareth, se demandant bien comment Marie pouvait porter un enfant… n’imaginant pas l’extrême honneur que lui réservait le Bon Dieu.

Remède n°2 : l’écriture

Si l’on vous demande à l’oral combien font 5999 x 9555, l’exercice intellectuel peut être musclé. En revanche faire cette multiplication à l’écrit prendra moins d’1 minute. De même, mettre ses sentiments sur papier permet de les rassembler, de les comprendre et de les analyser.

Remède n°3 : la gratitude

Prendre quelques minutes par jour pour noter 3 choses pour lesquelles on est reconnaissant permet de se focaliser uniquement sur les bons moments de la journée : une conversation agréable, un sms inattendu, une journée ensoleillée, un bon plat dégusté, le fait d’avoir un toit, ou simplement le fait d’appartenir à l’Église et d’aimer Jésus et la Sainte Vierge… un amour miraculeux à notre époque. En psychologie, on dit que 3 semaines suffisent à créer une habitude. Alors forçons-nous, un peu, pendant 3 semaines à lister nos gratitudes et nous deviendrons des exemples de positivité !


Lire aussi : Le remède à la solitude ? La gratitude !


Remède n°4 : faire une simple comparaison

Prenez une feuille et dressez une liste de toutes les choses que vous aimez faire. Listez ensuite les actions que vous faites dans la semaine. Puis comparez…

Est-ce que prendre sa vie en main ne voudrait pas aussi dire d’arrêter de se laisser aller à la morosité du métro, boulot, dodo, en se donnant pour excuse de manquer de temps ou d’être trop fatigué… pour dîner avec un ami, pour aller faire une promenade, pour faire une activité de loisir après le travail, pour préparer un gâteau pour son équipe destiné au lendemain ?

Remède n°5 : faire une liste de ses envies

Vous avez toujours rêvé de faire de la danse classique, d’apprendre à danser le rock ou de chanter dans une chorale ? Vous mourrez d’envie de reprendre l’équitation ou le rugby ? Donnez-vous une semaine pour trouver un endroit où exercer cela à côté de chez vous ou de votre travail. Une personne vous manque, vous êtes en froid ou vous avez coupé les ponts avec elle depuis longtemps… écrivez-lui maintenant. Planifiez la réalisation d’une envie sur le court terme, par exemple l’été prochain, et commencez à l’organiser : un 1er pèlerinage en Terre Sainte, un mois d’aide humanitaire en Afrique.

Remède n°6 : en profiter pour bien prier

Ces chapelets égrainés dans le métro, toujours à la va vite, parce qu’on passe tous nos vies à courir dans tous les sens… si nous profitions de cet hiver pour les dire calmement à la maison ? Agenouillé devant son lit ou devant n’importe quel crucifix chez soi, et dire son chapelet à haute voix, en chantant le dernier Ave Maria de chaque dizaine ? Quelle joie pour notre âme et quel plus doux encens à faire monter vers Notre-Dame.

L’introspection, l’écriture, les listes, la méditation, sont des choses à faire chez soi, au chaud et au calme. Alors, vive l’hiver et vive le hygge !


Découvrez notre article précédent sur le hygge : Aleteia vous aide à passer l’hiver. Le livre parfait pour rester au chaud sans s’ennuyer


Partager
Commenter
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]