Aleteia

Un prêtre a arrêté l’alcool pendant 33 jours

© Pixabay
© Pixabay
Partager
Commenter

Une expérience qui a changé sa vie.

Cela n’a pas été facile mais le père Edward Looney a décidé de se débarrasser d’une habitude dont il était devenu dépendant.

Quand Edward Looney, prêtre au diocèse de la Baie Verte dans l’État du Wisconsin, a pris ses nouvelles fonctions, son pasteur l’a emmené dans un pub Irlandais du coin. Très rapidement, Edward Looney est devenu un habitué du bar. C’était un lieu sympathique et convivial, à quelques mètres seulement de l’église, et très pratique pour manger un morceau sur le pouce. Au fil du temps, le père Looney a fini par rejoindre un club de connaisseurs de bières. Après avoir remporté quelques défis le mettant à l’épreuve de boire des bières le plus rapidement possible, son nom fut gravé sur une plaque au mur du pub.

Puis quelque chose a changé. Le père Looney a perdu un être cher et s’est tourné vers l’alcool pour soulager sa peine. « Cela devenait habituel de m’arrêter dans mon pub préféré et de boire une bière ou deux, » écrit-il dans un article publié dans Catholic Exchange. Le père Looney trouvait toujours un moyen de justifier ses visites fréquentes au pub, et se servait même de ces moments pour évangéliser. Tous les habitués du bar savaient qu’il était prêtre et il entrait souvent dans de grandes conversations à propos de la foi.

Du simple plaisir à l’addiciton 

Cependant, au fil du temps, le père Looney a senti que boire de l’alcool devenait un vrai besoin et qu’il devait prendre son addiction au sérieux. Il s’est alors tourné vers une amie de longue date : la Vierge Marie.

« J’ai décidé de renouveler ma consécration mariale, » affirme Edward Looney dans son article. Il a sacrifié l’alcool dans le cadre des 33 jours de préparation à la consécration et sa vie a changé : il consacrait son temps libre à des choses plus productives comme la lecture, le ski, les bons films etc. Il prenait également davantage de temps pour prier et il économisait de l’argent qu’il reversait, ensuite, aux plus démunis. Cette abnégation le rendit plus fort, en particulier lors des nombreuses soirées de Noël auxquelles il participait. Et aussi surprenant que cela puisse paraître, après ces 33 jours d’abstinence, il n’avait plus envie de boire d’alcool.

Est-ce que cela durera ? Il ne peut pas en être certain puisque le renouvellement de sa consécration mariale s’est terminé le 1er janvier, mais sa volonté a récemment été mise à l’épreuve. « Il y a quelques temps, j’étais à une soirée et j’avais très envie d’un verre. Mais je me suis demandé si j’en avais vraiment besoin. Je n’en ressentais pas vraiment le désir, mais je pense que j’avais surtout envie de faire comme tout le monde… J’ai tenu bon lors de cette soirée, et jusqu’à maintenant, je n’ai toujours rien bu. Je pense que l’alcool ne fera désormais plus partie de ma vie. »

Malgré sa décision, le père Looney ne pense pas que tout le monde a nécessairement besoin d’arrêter l’alcool. « Chacun sait ce qui est le mieux pour lui. Moi, j’ai réalisé que c’était ce dont j’avais besoin, à ce moment précis de ma vie », dit-il. « Comme je l’ai mentionné dans mon article, on trouve toujours des excuses : “ce n’est qu’un verre” ou encore, “j’ai eu une dure journée.” Mais quand cela se transforme en deux ou trois verres ou que les journées difficiles s’enchaînent, cela devient un problème. Il faut en prendre conscience et avoir la volonté de prendre le problème à bras-le-corps. »

Son conseil pour modérer sa consommation ? « Ne terminez pas un verre en public, de cette façon, personne ne vous en offrira un autre. Et fixez-vous une limite de deux verres maximum. »

C’est envers Marie qu’il se montre reconnaissant pour la réussite de son abstention. « Je ne pensais pas y arriver au bout des 33 jours. Mais je l’ai fait. Peut être est-ce grâce à l’aide de Marie qui a inspiré mon jeûne. Je vais poursuivre mon abstention car, depuis que je ne bois plus, je me sens plus heureux, plus serein et plus satisfait. Je remercie la Mère de Dieu, car en tant que mère, elle m’a protégé et inspiré à vivre une vie plus saine et plus pieuse. »

Mots-clés
addictionalcool
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]