Aleteia

Égypte : les coptes condamnés à vivre dans la peur ?

aleteia ar
Partager
Commenter

4 assassinats en 10 jours entretiennent la communauté chrétienne dans un climat de deuil.

Moins d’un mois après l’attentat qui a coûté la vie à une trentaine de fidèles en pleine célébration à l’église Saint-Pierre et Saint-Paul située dans le quartier d’Abbasiya au Caire, la communauté copte n’arrive pas à sortir de son deuil, frappée en plein cœur par une série d’assassinats dont le dernier en date, contre un médecin copte, remonte au 13 janvier dernier. La tension monte et les chrétiens ont peur pour leur vie.

Selon un compte-rendu de l’agence Asianews, le meurtre de Bassam Safouat Zaki, originaire d’Assiout, spécialisé en chirurgie générale, suit de quelques jours à peine l’assassinat d’un couple, Gamal Sami Guirguis et Nadia Amin Guirguis, à Ménoufiya, à 85 km du Caire, et d’un commerçant à Alexandrie, Youssef Laméï. Les uns égorgés, les autres poignardés et le dernier transpercé d’une épée, en plein jour et pleine rue, par un fanatique, aux cris de « Allah Akbar ».

« À chaque fois que je sors, j’ai peur ! »

Ces crimes ont jeté dans le désarroi la communauté chrétienne : « À chaque fois que je sors, j’ai peur d’être la prochaine victime », confie un comptable de 30 ans qui connaissait trois des victimes de l’attentat de décembre contre l’église Saint-Pierre et Saint-Paul, au Caire. Plusieurs suspects ont été arrêtés, dont un a avoué avoir assassiné le commerçant après lui avoir dit plusieurs fois de ne pas vendre d’alcool. Aucun autre détail n’est fourni sur les différentes enquêtes en cours.

Églises incendiées, attentats, enlèvements… Les coptes, qui représentent 10% de la population égyptienne, subissent une forte persécution de la part des islamistes. Une cinquantaine de lieux de culte a été incendiée durant les mois qui ont suivi le renversement de l’ancien président Mohamed Morsi, en 2013. En juin dernier, à Qarayat al Bayda, une zone très sensible au sud d’Alexandrie, plus d’un millier de musulmans en colère s’en sont même pris à un bâtiment en construction, appartenant à un chrétien Copte, Naim Aziz, croyant qu’il voulait construire une église. Tout le matériel de construction a été détruit et six chrétiens blessés.

Reconstruction

Le président Abdel Fattah al Sisi s’est engagé à réparer ou reconstruire toutes les églises endommagées ou détruites dans le pays, annonçant, par la même occasion, sa volonté d’inaugurer, d’ici 2018, la plus grande église copte d’Égypte. Vœux confirmés pendant la messe de Noël, en la cathédrale copte orthodoxe, célébrée par le patriarche Tawadros II, en annonçant également la construction de la plus grande mosquée du pays. Ces constructions entrent dans le cadre d’un « projet urbain ambitieux » destiné à créer, ex nihilo, une nouvelle ville aux abords du Caire où seront également installés les bureaux du gouvernement et des institutions politiques.


Lire aussi : « Il est légitime de permettre aux chrétiens de construire des églises au sein d’une nation islamique »


Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]