Aleteia

Comment Dark Vador a-t-il atterri sur la cathédrale de Washington ?

Partager
Commenter

Une histoire qui remonte aux années 1980...

Certaines sources attribuent l’utilisation des gargouilles à la légende liée à la vie desaint Romain, évêque de Rouen au VIIe siècle. Selon la légende, saint Romain aurait vaincu le dragon – dénommé la Gargouille  en le soumettant par la croix. Il lui noua une corde au cou et l’entraîna jusqu’au centre de Rouen.

Là-bas, le dragon fut mis à mort et brûlé, seuls restèrent la tête et la gorge de la bête qui ne furent pas consumées par les flammes. C’est ainsi que saint Romain décida d’accrocher les restes sur l’un des murs de la cathédrale, en guise d’avertissement, pour rappeler que le mal guette et qu’il ne peut être vaincu que par la croix.

Bien entendu, cela n’est qu’une légende. D’autres historiens indiquent que l’utilisation des gargouilles dans les cathédrales avait une fonction pédagogique : le règne du mal s’étend en dehors de l’église. Cela, littéralement et métaphoriquement, le mal fuit le temple : « Sur cette pierre je bâtirai mon église, et les portes du Hadès ne prévaudront pas sur elle ». Ce serait donc aussi une manière de représenter graphiquement le contenu de l’Évangile, à une époque où ceux qui savaient lire ou écrire n’étaient pas nombreux.


Lire aussi : Le message chrétien de « Rogue One : A Star Wars Story »


Ainsi, il n’est pas étonnant que dans une cathédrale contemporaine nous trouvions, parmi les gargouilles, l’une des représentations du mal parmi les plus connues (et les plus redoutées) de notre époque : Dark Vador, le « Jedi » qui jadis avait décidé de se livrer au côté obscur de la Force.

Mais comment ce personnage de Star Wars est-il arrivé sur la tour nord-ouest de la cathédrale nationale (épiscopale) de Washington ?

Avec son dessin de Dark Vador, Christopher Rader avait remporté la troisième place, dans un concours pour enfants organisé par National Geographic dans les années 1980. Au même moment, le sculpteur Jay Hall Carpenter était en train de concevoir le dessin des gargouilles et des chimères qui devaient faire partie du système de drainage et de la décoration de la tour nord-ouest de la cathédrale nationale de Washington, aux États-Unis.

L’objectif est de faire couler la neige et l’eau qui tombent à travers ces sculptures, en vue d’éviter que l’eau ne stagne sur les toits ou ne s’infiltre par les murs de la cathédrale. Jay Hall Carpenter découvrit le dessin du jeune Rader, et décida de l’inclure aux côtés de ces autres gargouilles, parmi lesquelles on compte un homme aux grandes dents sous un parasol mais aussi une fille avec des tresses.

 


Lire aussi : Star Wars : les meilleurs détournements de la cathosphère


La cathédrale nationale de Washington
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]