Spiritualité

L’émouvant testament spirituel de soeur Isa, assassinée à Haïti

"Si je suis tombée follement amoureuse de quelqu’un, c’est de Jésus. Pour cela, réjouissez-vous, désormais je suis avec Lui".

L’émouvant testament spirituel de soeur Isa, assassinée à Haïti

© MariaEugenia Diaz / ManosUnidas

Le 3 septembre 2016 nous apprenions une nouvelle tragique : la religieuse espagnole Isabel Solá, 51 ans, appartement à la congrégation de Jésus-Marie, a été abattue par deux hommes dans le cadre d’un vol, alors qu’elle conduisait au volant de sa voiture dans les rues de Port-au-Prince, capitale de Haïti.

Monica Joseph, supérieure générale de la religieuse, a pris la parole pour réagir à ce drame : « Après avoir appris la nouvelle de la mort brutale de notre chère Isa, j’étais émue à tel point que je ne pouvais pas y croire. J’aimais Isa, c’était un véritable souffle d’air frais et une femme visionnaire. Elle faisait partie de ces gens qui parcourent la planète avec dynamisme et enthousiasme. Après avoir appris la nouvelle, je me suis assise dans la chapelle et j’ai demandé au Seigneur : “Pourquoi permets-Tu qu’une telle chose lui arrive à elle ? Pourquoi Seigneur ?”. »

En Espagne, sa mort a causé une forte émotion. L’archevêque madrilène a consacré une de ses lettres hebdomadaires à la religieuse : « Merci sœur Isa de nous rappeler ce qui doit être la raison absolue de toute notre existence. Merci. Par ta voix, nous percevons mieux comment nous devons vivre : avec foi, espoir et amour. Merci, car tu nous as montré comment mettre notre vie entre les mains de Dieu. Merci pour ton testament spirituel que tu avais pris le temps de rédiger, quelques mois auparavant. Merci, car par les temps qui courent, tu nous rappelles combien il nous est nécessaire d’avoir des hommes et des femmes qui savent mettre leur vie entre les mains du Seigneur ».

À Barcelone, dans la cité natale d’Isa, l’évêque auxiliaire, Sebastián Taltavull a déclaré : « Avec la mort d’Isa, si fidèle au Seigneur par sa vie religieuse et si dévouée à la cause des pauvres, nous sommes bien en présence d’une femme martyr. Sa vie, ses actes nous montrent qu’elle agissait comme le bon samaritain. C’est ainsi que j’aime la contempler dans sa vie consacrée, dans sa manière d’aimer, dans sa façon de s’arrêter devant un malade, d’aider une personne dans le besoin, d’offrir la culture à un analphabète ou bien d’aider une femme à récupérer sa dignité. Combien d’aides matérielles et spirituelles sœur Isa a-t-elle apportées aux blessés et aux malades ? ».

Alfa y Omega publie le testament spirituel qu’Isa Solá avait écrit sur son ordinateur.

Chers tous, 

Si vous lisez ceci, c’est parce que mes jours en ce monde sont terminés. 

Ne soyez pas tristes si je pars trop tôt pour vous… tout ce qui devait arriver, est arrivé. Dieu seul sait pourquoi et c’est la seule chose qui importe. Notre temps n’est pas Son temps. J’espère au moins pouvoir m’en aller en faisant ce que j’aimais ; en dévouant ma vie, en aimant les gens et en servant. Si tel est le cas, célébrez-le, car tout est pour le mieux. J’ai été heureuse et j’ai été là où j’avais toujours voulu être, en Afrique et à Haïti.

Le plus fascinant dans ma vie, aura été de suivre Jésus et son Évangile. Je remercie ma congrégation qui, en cela, m’a énormément aidé. Si je suis tombée amoureuse de quelqu’un, c’est de Jésus. Pour cela, réjouissez-vous, désormais, je suis avec Lui.

Enterrez-moi là où j’aurais donné ma vie. J’écris ceci depuis Haïti et si cela devait arriver ici, je souhaiterais y demeurer. Si c’est ailleurs, où que je sois, laissez-moi là. Si vous le voulez, plantez un arbre à l’endroit même… ou plantez-en plusieurs ! Si cela pouvait être en mer… vous savez que j’aimerais. Ma plus grande réjouissance était d’être immergée sous la mer. Mais je ne veux causer aucun problème à ce sujet. Je ne veux aucun transfert ni aucune dépense excessive. Tout en simplicité et en famille.

Pardonnez-moi pour toutes les souffrances que j’aurais pu vous causer. 

Je vous ai aimé, je vous aime.

Vous tous, chacun, recevez mon étreinte éternelle et mon affection.

Et si j’avais quelque chose… bien que j’en doute, mes sœurs de la congrégation décideront pour moi.

Avec tout mon amour,

Isabel Solá. 

Publicité
Publicité