Aleteia

Claude Paulot : « Le salon des écrivains catholiques connaît un succès croissant »

© Cliché Mairie du 6e
© Cliché Mairie du 6e
Partager
Commenter

Le 22e salon a été couronné de succès ! (2/2)


Découvrez le 1er épisode de cette série : Le 22e salon des écrivains catholiques a été couronné de succès ! (1/2)


Le 22e salon des écrivains catholiques, qui s’est déroulé le samedi 3 janvier dans la mairie du VIe arrondissement parisien, a été l’occasion de rencontrer le président de l’association, Claude Paulot. Entretien avec un passionné.

Aleteia : Comment avez-vous organisé ce salon ?
Claude Paulot : Rien n’aurait pu être fait sans la secrétaire générale, Nadine Cretin. Ma femme et la mairie nous ont aussi beaucoup aidé à tout mettre en place. Cette année, nous avons fixé la date un an à l’avance car cette salle est très demandée ! La librairie Tequi s’est, quant à elle, chargée d’apporter tous les livres.

Comment avez-vous choisi tous ces écrivains ?
Ils sont tous membres de notre association. Pour y adhérer, les candidats doivent être catholiques, de langue française, avoir au moins un livre publié et être parrainés par deux membres sociétaires. Une fois inscrits, ils doivent ensuite se manifester pour participer à l’événement. Environ un quart d’entre eux, cent sur quatre cents, ont répondu présents.

Comment avez-vous trouvé la conférence de Jean Sévilla ?
La conférence de Jean Sévilla, « Charles et Zita d’Autriche, un destin chrétien », a été très appréciée du public. Charles et Zita ont eu une vie exceptionnelle. Charles X a été le dernier empereur d’Autriche. Il était très croyant et a été béatifié en 2004. Après la mort de son mari, alors qu’elle n’avait que 29 ans, Zita est restée fidèle à sa mémoire et a élevé ses huit enfants dans les traditions des Habsbourg. Son procès de béatification, ouvert en 2009, est en cours. Cette conférence était très belle, très enthousiasmante !

Qu’avez-vous pensé de cette édition ?
Je suis arrivé il y a huit ans, c’est donc mon huitième salon. Depuis quelques années, il y a plus d’écrivains. Ils sont une centaine. Au niveau du public, il y a plus de monde que l’année dernière environ 800 personnes. L’édition 2015 a eu lieu le 27 novembre. Il y avait donc beaucoup moins de monde à cause des attentats… Nous allons bientôt réserver la salle des fêtes pour la prochaine édition !

Ce salon a été également l’occasion de rencontrer de nombreux autres auteurs : 

Le père Zanotti-Sorkine, écrivain, compositeur et chanteur était présent pour vendre son dernier livre. « J’ai rencontré environ 150 personnes. Les rencontres étaient très honorables. J’ai surtout vendu des livres de Bonté divine, et des CD. Je parle de la démesure de la miséricorde de Jésus. Il l’accorde parfois même si la personne ne réclame pas, comme dans la Bible, il l’accorde à la femme adultère. »

Franck Widro, qui se définit « militant » catholique. « Mon premier livre s’intitule, Premiers jours d’un converti, où je parle, à travers des poèmes, de la conversion. J’en ai vendu plus de 4000 exemplaires. Je suis moi même un converti. Ce thème est essentiel pour moi. Le second, Pèlerinage intérieur, invite à aller au plus profond de soi ».

Stanislas de Larminat est l’auteur de L’écologie chrétienne, L’écologie chrétienne et Climat : et si la vérité nous rendait libre ? Ce fervent climatosceptique raconte : « J’aime beaucoup venir, c’est la troisième fois. Je rencontre beaucoup de monde et d’auteurs. La moitié des personnes à qui je parle achète. Je viens parler de l’écologie actuelle qui, selon moi, tire vers une culture de mort. Je considère qu’il y a plusieurs pollutions locales et qu’elles ne s’additionnent pas pour former une pollution globale. Les mairies de Shangaï, Mexico et Pékin doivent régler leurs problèmes ».

Michèle Juin est l’auteur de Le christianisme, une pensée puissante d’après Claude Tresmontant. « C’est ma première fois au salon. Tout s’est très bien passé, j’ai eu des échanges très intéressants. Je leur ai un peu apporté de la pensée de Claude Tresmontant que je trouve très cohérente. D’après moi, sa pensée se perd. J’en ai parlé à huit personnes. Il était très fidèle à l’orthodoxie dans la pratique de la religion et suivait le Pape. Je reviendrai, car c’était vraiment très bien organisé. »

Michel Viot, aumônier national des grands combattants et auteur de À l’écoute de la Bible, raconte : « Je pense beaucoup de bien de ce salon. On peut rencontrer des gens de toutes les formes de pensée catholique. Heureusement qu’il y a ce salon ! ».


Lire aussi notre résumé sur le livre du père Zanotti-Sorkine, Bonté divineLa résolution du nouvel an ? Se laisser étreindre par la miséricorde divine


Partager
Commenter
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]