Culture

Une foule immense rassemblée autour de la star de Manille : le Christ noir

Dans une ambiance survoltée, des millions de Philippins accompagnent la statue du Nazaréen noir qui a survécu à d'innombrables désastres.

Une foule immense rassemblée autour de la star de Manille : le Christ noir

©JOSEPH AGCAOILI / AFP

Difficile de compter cette foule, mais la procession qui accompagne la célèbre statue du Christ, pourrait concourir au prix de la plus vaste au monde. Selon la BBC 1,5 million de participants sont attendus ! Mais le chiffre peut évoluer : en 2015, lors de la venue du pape François ils étaient 5 millions !

La plus grande fête des Philippines

Aux Philippines, où 80% de la population est catholique, la procession donne lieu à des mouvements de foule d’ampleur extraordinaire. Le président philippin, lui-même, s’est joint symboliquement au mouvement assurant que : « Les prières ont toutes les chances d’être exaucées car nous ne renonçons jamais à demander à Dieu de réaliser nos désirs ». Il est pourtant peu connu pour sa fréquentation des églises, ni pour son respect des institutions catholiques.

Dévotion à la philippine

La procession qui suit la statue du Christ est assez éloignée de l’idée que l’on se fait d’une procession en France. Outre le nombre des participants, leur dévotion s’exprime radicalement. Les gens se pressent en foule compacte, essayant d’approcher au plus près du char. Beaucoup marchent pieds nus, en signe de pauvreté, et finissent la journée les pieds couverts de bleus à cause du piétinement intense. L’an dernier, deux pèlerins ont trouvé la mort à cause des conditions extrêmes dans lesquelles se déroule la procession.

Sous menace d’attentat

Cette année, les forces de polices sont sur le qui-vive, redoutant un attentat islamiste, pour qui la foule de chrétiens serait une cible facile. En septembre dernier, une bombe sur le marché de Davao avait fait 15 morts. Et le risque est aggravé par la mort de Mohammad Jaafar Maguid, chef d’un groupe philippin, ayant prêté allégeance à l’État islamique. Il a été tué le 5 janvier, et ses complices pourraient chercher à le venger.

L’attrait pour une statue réputée miraculeuse

Plusieurs témoignages, dont celui récolté par le Philippine Star, font état de guérisons miraculeuses. La statue, qui représente le Christ portant sa croix, a traversé indemne des catastrophes historiques. Fabriquée au Mexique, elle devrait sa couleur noire à l’incendie du galion espagnol qui la transportait jusqu’aux Philippines, en 1606. Elle a traversé deux séismes, en 1645 et 1863, puis les deux incendies de l’église de Quiapo en 1791 et 1929. Enfin, le terrible bombardement de Manille de février 1945 n’en est pas venu à bout. La dévotion au Nazaréen noir a reçu l’approbation du Saint-Siège en 1650, pendant le pontificat d’Innocent X. Puis au XIXe siècle, Pie VII a accordé l’indulgence plénière à ceux qui le prient pieusement.

Publicité
Publicité