Culture

4 langues parmi les plus anciennes du monde sont encore parlées aujourd’hui

Du basque à l’hébreu en passant par le farsi.

Le travail consistant à enquêter et suivre les changements qui transforment une langue au fil des siècles, fait le délice – et la tourmente – des historiens, des linguistes et des philologues. De manière générale, et du fait que les processus de transformation des langues sont presque aussi longs qu’imperceptibles, il est assez difficile de cerner avec précision les points d’inflexion à partir desquels une langue marque, pour ainsi dire, un tournant dans telle ou telle direction.

C’est pour cela, et pour tant d’autres raisons sur lesquelles les philologues et les linguistes se penchent encore – en particulier, la provenance d’une bonne partie des langues du monde d’un seul tronc commun indo-européen – il est si compliqué de déterminer quelle langue précède une autre. Néanmoins, certaines langues peuvent assurément être considérées comme « plus anciennes », en raison de leurs propres traces. Ici, en prenant appui sur l’article de Lani Seelinger dans theCultureTrip, nous avons souhaité présenter quatre de ces langues, reconnues parmi les plus anciennes du monde.

1. L’hébreu

L’hébreu est avant tout un cas particulier. Autour de l’an 400, cette langue a cessé d’être une langue d’usage commun pour devenir une langue liturgique, comme le latin pour le christianisme.

Ce n’est qu’à partir du XIXe et du XXe siècle, lorsque Eliezer Ben-Yehuda mena de front le projet de « moderniser » l’hébreu liturgique et biblique. Il faut cependant souligner combien le terme « modernisation » est certainement problématique. Ben-Yehuda lui-même serait sûrement opposé à ce terme, lui préférant celui de « compilation ». Ce processus s’assimilerait davantage à celui qu’Andrés Bello avait réalisé pour la grammaire castillane. Au terme de ce processus, l’hébreu est devenu la langue officielle de l’État israélien (au même titre que l’arabe standard moderne). C’est une langue canaanite, qui aurait été remplacée par l’araméen autour du IIIe siècle av. J.-C., comme nouvelle langue vernaculaire. Actuellement, l’hébreu parlé est basé sur l’hébreu biblique et sur l’hébreu mishnaïque.

2. Farsi

La langue majoritaire aujourd’hui en Iran est également une des langues officielles en Afghanistan. Elle est aussi parlée au Tadjikistan, de même que dans certaines régions du nord de l’Inde, ainsi que par certaines populations minoritaires en Irak. Le farsi est le descendant linguistique direct de l’ancien persan, au temps de l’empire perse. Autour du VIIIe siècle, cette langue a adopté sa forme, la même qui est encore utilisée aujourd’hui. Depuis, elle n’a connu que quelques changements, rien de significatif. De fait, il est plus aisé pour quelqu’un parlant le farsi de lire un texte datant de 900 ap. J.-C., que pour un hispanophone de lire le Poème du Cid.

Voici le Notre-Père en Farsi :

3. Le basque

Le basque représente l’un des mystères préférés des linguistes et des historiens. Il ne présente aucun lien avec la langue indo-européenne ou romane (notamment l’espagnol ou le français), alors même que le Pays basque se trouve entre l’Espagne et la France. Certaines théories soutiennent que le basque est une langue originaire du Mali. La seule chose qui est certaine, c’est que lorsque les Romains sont arrivés dans ces contrées, important avec eux le latin – qui plus tard, a donné les différentes langues romanes – les Basques s’exprimaient déjà ainsi pour dire merci : « Eskerrik asko ».

4. Le gaélique irlandais

Cette langue appartient à la branche des langues indo-européennes. Un grand nombre d’Irlandais affirment connaître et pratiquer la langue irlandaise, les chiffres officiels en 2006 évoquaient 1 656 790 de personnes, soit 41,9 % de la population. La langue était parlée dans les îles britanniques bien avant l’arrivée des influences saxonnes qui, à terme, ont donné la langue anglaise. Par ailleurs, alors que le reste de l’Europe écrivait en latin, en Irlande on écrivait en gaélique. C’est ce qui fait que, de nos jours, les textes en langue vernaculaire les plus anciens de toute l’Europe occidentale sont précisément les textes irlandais, écrits dans cette langue.

Publicité
Publicité