Mode de vie

4 belles traditions pour célébrer l’Épiphanie en famille

Les fêtes ne sont pas encore terminées : voici 4 façons de célébrer les Rois mages !

4 belles traditions pour célébrer l’Épiphanie en famille

Galette des rois © Pixabay

Le 6 janvier de chaque année, nous célébrons le festin de l’Épiphanie, aussi connu sous le nom de « fête des Rois mages. » L’Épiphanie est la célébration du jour où les trois Rois mages ont découvert Jésus, après avoir été guidés jusqu’à chez lui par une étoile. On imagine souvent que les rois mages sont arrivés le soir de Noël, en même temps que les bergers, et qu’ils se sont tous réunis autour du petit Jésus. Mais ils sont en fait arrivés presque deux ans après sa naissance. C’est la raison pour laquelle l’Épiphanie est célébrée douze jours après Noël. Et bien que nous ayons tendance à l’oublier en raison de la fatigue ressentie après Noël, l’Épiphanie est une célébration ancienne, dont les traditions sont très belles.

En voici quatre :

1. L’arrivée des trois Rois

Voici une petite tradition simple, qui apporte un petit plus aux festivités de la saison. Mon ami Randy m’a parlé de la fois où il a appris comment les trois Rois mages sont sensés arriver à la crèche le jour de l’Épiphanie. Quelques jours après Noël, il a remarqué que sa femme n’avait pas aligné les Rois mages dans la crèche, mais sur la table. Un matin, ils avaient disparu, et il demanda à sa femme où ils étaient passés. Elle lui dit que les Rois étaient sensés se rapprocher de la crèche au fur et à mesure, jusqu’au jour de l’Épiphanie. Alors où les avait- elle bougés ? « Le chien les a mangé, » a-t-elle dit. J’espère que ces pauvres Rois sont un jour arrivés jusqu’à la crèche.

Les enfants aiment particulièrement regarder les Rois mages avancer vers la crèche, et il peut être drôle de les laisser bouger les Rois à tour de rôle. Dans certaines cultures, le jour des Rois mages est une grande célébration, à base de parades et d’échanges de cadeaux. Sans aller jusque là, les Rois mages peuvent tout de même apporter des petits cadeaux aux enfants. Mais une activité manuelle en famille les rendra tout aussi heureux : vous pouvez faire des couronnes ou des petits Rois mages en papier.

2. La galette des Rois

La galette des Rois est de loin la meilleure partie de l’Épiphanie (parce que la galette est délicieuse). La galette se mange aussi pour mardi gras, mais je la préfère le jour de l’Épiphanie, cela correspond plus à la saison. Je ne suis pas sûre que les Rois mages s’attendaient à ce que les gens célèbrent l’anniversaire de leur arrivée à la crèche, après deux années de long et pénible voyage, en sortant les pâtisseries. Mais je suis ravie que ce soit le cas. La galette des Rois n’est pas un simple gâteau ; elle recèle des surprises. Les fèves qui s’y cachent ne sont que de petits objets, mais croyez-moi, les enfants seront tout excités à l’idée de découvrir ce qu’il y a dans leur part de gâteau (si toutefois papa leur en laisse une…). Faites comme vous voulez pour inclure les objets. Certains mettent une graine ou une petite figurine de bébé et celui qui le trouve devient le Roi ; d’autres préfèrent mettre plusieurs bibelots dans la galette, pour répandre la chance. Mais devenir le Roi du festin n’est pas sans risque : celui qui trouve la fève s’engage à recevoir ses amis chez lui pour la prochaine Épiphanie.

Il y a plein de recettes de galettes ici. Je vous conseille de toutes les essayer !

3. La douzième nuit de festivités

C’est la saison des festivités, donc soyez sûr de festoyez autour de la galette des Rois. Alors que les fêtes semblent déjà loin et que tout le monde attend la fin de l’hiver avec impatience, l’Épiphanie est l’excuse parfaite pour ouvrir le champagne ou boire du vin chaud entre amis. Traditionnellement, la célébration a lieu la veille de l’Épiphanie et s’appelle la Douzième Nuit de festivités. Cela clôt la période de Noël. (Ne vous sentez pas obligé de sortir le grand jeu pour cette dernière soirée ; les voisins pourraient penser que vous en faites un peu trop.)

Dans une époque soumise au digital, on oublie souvent à quel point il est agréable de se réunir tous ensemble et de chanter. Nous ne sommes peut-être pas les meilleurs chanteurs, mais qu’est-ce que c’est drôle. Ne mettez pas les chants de Noël au placard tout de suite après le 26 décembre. Gardez-les au chaud pendant les douze jours avant l’Épiphanie, et chantez-les à l’occasion de cette dernière nuit de fête. Pour l’Épiphanie, « la chanson des Rois mages » est incontournable. Si vous êtes motivés, faites chanter chaque Roi mage par une personne différente. Points bonus si les Rois ont des costumes élaborés.

4. Bénédiction à la craie

Quand j’ai commencé à utiliser les réseaux sociaux, j’ai remarqué que certains de mes amis publiaient début janvier des photos de leurs portes d’entrées arborées d’incompréhensibles formules d’algèbre écrites à la craie. L’année dernière, j’ai vu ceci : « 20 + G + B + M + 16 ». Quelle délicieuse énigme ! J’ai vite appris qu’il ne s’agissait pas d’un problème de maths que tout le monde écrivait sur sa porte dans un élan de folie, mais une tradition de l’Épiphanie. Les nombres indiquent l’année, séparée en deux parties, et les lettres correspondent aux noms des trois Rois mages qui ont suivi l’étoile : Gaspard, Melchior et Balthazar. Les lettres sont également l’acronyme de la phrase latine « Christus mansionem benedicat, » qui signifie « puisse le Christ bénir cette maison. » Le signe « + », représente la croix.

N’importe quelle craie fera l’affaire mais soyez sûrs de la bénir d’une prière ! Des prêtres paroissiaux ont déjà béni tout un paquet de craies avant l’Épiphanie, mais si le vôtre ne l’est pas, vous pouvez demander au prêtre de le faire. Prévenez-le à l’avance afin qu’il puisse trouver les prières appropriées, mais il sera ravi. Une fois devant votre porte d’entrée, écrivez sur la porte, entouré de votre famille, et gardez en tête que ces symboles représentent l’amour et la grâce qui règnent dans votre foyer. La craie finira par s’estomper avec le temps et la pluie, mais la bénédiction perdurera.

Publicité
Publicité