Aleteia

Le souhait d’un étudiant sur le point de mourir a permis d’aider 14 000 familles de malades du cancer

HEADstrong Foundation
HEADstrong Foundation
Partager
Commenter

L’association HEADStrong, lancée depuis un lit d’hôpital, soutient les familles des malades afin que celles-ci puissent se concentrer sur l’essentiel.

Il y a 10 ans, Nick Colleluori était alité et n’avait pas la force de faire grand-chose. Il lui était en tous cas impossible de retourner à l’université, où il aurait souhaité poursuivre ses études pour travailler ensuite dans une organisation à but non lucratif. Il mourut peu après d’un cancer du système lymphatique contre lequel il s’était battu pendant un an. Mais ce qu’il a fait depuis son lit d’hôpital avant de mourir porte de nombreux fruits depuis une décennie.

Nick savait à quel point les familles dont un être cher se bat contre le cancer sont affectées. Il souhaitait que ces familles soient soulagées de problèmes de base dans leur quotidien. Ses parents et lui avaient tenté plusieurs traitements contre sa maladie. Quand il fut soumis à un essai clinique aux National Institutes of Health (des institutions gouvernementales américaines qui s’occupent de la recherche médicale), ses parents furent obligés de s’installer dans un tout petit studio à Washington pour être à ses côtés.

« Que ma vie soit bénéfique à d’autres »

« Les familles confrontées au cancer traversent déjà une telle épreuve qu’il voulait qu’elles soient soulagées de ce genre de problématiques », est-il dit dans un article du Washington Post. « Entre le diagnostic de Nick et sa mort, 14 mois se sont écoulés pendant lesquels il a fondé une association qu’il voyait comme un soutien financier et affectif vers lequel pourraient se tourner les patients atteints du cancer et leurs familles. » Et il fit promettre à sa mère Cheryl de poursuivre son œuvre après sa mort.

« Il m’a pris la main et m’a demandé : « Me promets-tu que tu continueras à t’occuper de l’association pour que ma vie soit bénéfique à d’autres ? » C’est cette promesse qui motive mes efforts, il pensait tellement aux autres. Il ne s’est jamais demandé : « Pourquoi moi ? » C’était plutôt : « Aidons les autres ! » »

Cheryl Colleluori a donc fait cette promesse à son fils et l’a tenue : elle a quitté son travail pour lancer l’association qu’il avait pensée, HEADStrong. Celle-ci a permis de récolter plus de 9 millions de dollars et, à ce jour, est venue en aide à 13 572 familles de nombreuses manières, a-t-elle expliqué au Washington Post. En septembre dernier, le joueur de football américain Chris Hogan s’est engagé à donner 15 $ à l’association à chaque fois qu’il attrapait le ballon au cours de la saison.

« Le jour où nous nous retrouverons, il me fera un grand sourire »

Le but est de subvenir à des besoins qui n’étaient jusque-là pas ou peu pris en compte pour soutenir des familles anéanties par le diagnostic du cancer, est-il encore écrit dans l’article. Entre autres, l’association fournit une maison pour les familles de patients venant suivre un traitement à Philadelphie. Cela remonte à une époque où les Colleluori avaient rencontré un couple qui venait de loin et qui dormait dans la voiture sur le parking de l’hôpital pendant le traitement de leur fille. Le couple leur avait demandé s’il y avait un endroit à proximité où ils pourraient laver leur linge. Les Colleluori les avaient alors accueillis chez eux pour qu’ils puissent prendre une douche et faire une lessive. Désormais, l’association possède une maison uniquement dédiée à l’hébergement des familles et espère en acquérir une deuxième.

« Ces familles ont toutes un point commun : leur enfant ou leur être cher se bat pour sa vie. Vous ferez absolument tout ce qui est en votre pouvoir pour essayer de les sauver », poursuit Cheryl Colleluori. « Ces familles voudraient juste rentrer chez elles. Elles y ont laissé leurs repères, sont ici dans l’espoir d’un traitement qui pourrait sauver la vie de la personne malade, et nous voulons être la partie qui simplifie tout le processus. »

L’association a l’intention d’acquérir une grande maison pouvant héberger jusqu’à 14 personnes. Cheryl Colleluori est déterminée à poursuivre l’œuvre que son fils a entreprise : « Ce qui devait constituer son parcours professionnel est désormais son héritage. Je sais que le jour où nous nous retrouverons, il me fera un grand sourire et me dira qu’il est fier de ce que nous avons fait. »

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]