Aleteia

Comment un chrétien a inventé le basket-ball et en a fait un moyen d’Évangélisation

Public Domain
Partager
Commenter

James Naismith a permis à de nombreux jeunes de se tourner vers Dieu sur les parquets.

Lorsque le professeur d’éducation physique James Naismith s’est retrouvé coincé à cause de la neige avec un groupe d’infatigables jeunes hommes de l’association chrétienne internationale des jeunes (la célèbre YMCA) à Springfield dans l’État du Massachusetts, il a dû trouver des activités pour les distraire de la sensation de claustrophobie qu’ils commençaient à ressentir.

Soutenu par le directeur de l’établissement, Naismith mit en place des activités. Mais après deux semaines, il réalisa qu’aucune n’intéressait vraiment les jeunes. Puis le 21 Décembre 1891, il eut une illumination.

« Il fallait trouver autre chose, et j’ai eu une idée, » a expliqué Naismith lors d’une interview pour une radio New-yorkaise. « J’ai fait venir les garçons dans le gymnase, les ai divisé en deux équipes de neuf et leur ai donné un vieux ballon de foot. Je leur ai montré les deux paniers que j’avais accroché aux deux extrémités de l’enceinte et leur ai dit que l’objectif était de mettre la balle dans le panier adverse. » Le jeu s’appelait « basket-ball » (de basket, panier) et ces jeunes hommes ne pouvaient plus s’en passer. Mais en l’absence de règle, les joueurs se bagarraient souvent.

Naismith inventa alors 13 règles pour le « basket-ball » et les envoya à tous les YMCA du pays. Le jeu s’est répandu à toute vitesse et en 1898, Naismith fut embauché en tant que premier coach d’une équipe masculine de basket-ball à l’Université du Kansas.

Depuis, le basket-ball est un classique de la culture américaine et n’a cessé de gagner en popularité au fils des ans, en particulier à l’Université. Par exemple en 2015, le tournoi universitaire de basket-ball « March Madness » diffusé en live sur la chaîne américaine NCAA, a été suivi par 80,7 millions de téléspectateurs à travers le monde.

Mais Naismith n’a pas uniquement inventé ce jeu pour distraire ces jeunes hommes durant les rudes mois d’hiver; il l’a également inventé pour « sensibiliser les jeunes à la religion. » C’était une mission qui lui tenait à cœur et à laquelle il s’était consacré dès son année de Master à l’université Théologique Presbytérienne de Montréal.

Naismith était convaincu de pouvoir donner un meilleur exemple de la Chrétienté à travers le sport que derrière un pupitre ; il cherchait, avec l’athlétisme, à développer la personnalité des jeunes – aussi bien le corps que l’esprit. Il était très exigeant envers ses joueurs, et attendait d’eux qu’ils soient vertueux. Luther Gulick, directeur de Naismith au centre YMCA, a expliqué dans un article datant de 1897 l’importance des valeurs chrétiennes dans le basket-ball : « le jeu doit rester honorable. Il est scandaleux pour une institution qui défend les valeurs Chrétiennes de tolérer quoi que ce soit qui ne soit pas en ligne avec la morale… Tout joueur irrespectueux est exclu de l’équipe pour l’année. »

Dans une interview donné l’an passé, Michael Zogry, professeur associé au Département des Études Religieuses à l’Université du Kansas, a expliqué plus en détails l’approche de Naismith par rapport au sport et à la foi :

« Naismith présentait la foi chrétienne aux jeunes et tentait de les influencer à travers le développement personnel. Il réservait son discours formel lorsqu’il prêchait dans les églises locales. »

Naismith considérait le basket-ball comme un vrai moyen d’Évangélisation. A cette époque, les YMCA intégrèrent le jeu à leurs voyages missionnaires et beaucoup de jeunes se tournèrent vers le Christ grâce à l’influence du basket-ball. C’est d’ailleurs grâce aux missions du YMCA que le basket-ball est arrivé en Chine, où il est aujourd’hui l’un des sports les plus populaires du pays.

Naismith était fermement convaincu du lien entre le sport et la foi. Il a écrit : « à chaque fois que j’assiste au jeu d’une équipe paroissiale, j’ai l’impression que ce que j’anticipais il y a un demi siècle est devenu réalité : les chrétiens reconnaissent enfin les vertus de l’athlétisme. »

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]