Spiritualité

La vie dans la prière n’est pas un refus du monde, bien au contraire

Tous les saints nous rappellent qu’il faut vivre au quotidien avec les yeux ouverts et les cœurs sensibles.

La vie dans la prière n’est pas un refus du monde, bien au contraire

FAIR USE / CLEMENT BORIOLI / FACEBOOK

La prière et la messe conduisent-elles à nier les questions centrales que se pose la société ? A cette question fondamentale, l’archevêque de Fribourg en Allemagne, Stephan Burger, a donné une réponse toute en clarté, comme le rapporte le site de la conférence des évêques allemands.

Selon lui, « la messe et la prière ne peuvent constituer un refus sentimental du monde, ni une fuite spirituelle devant les défis de la vie privée comme de la vie publique ». C’est même tout le contraire. C’est la prière, l’adoration eucharistique, la participation à la messe, qui nous envoient en mission. C’est d’ailleurs le sens du mot « messe », du latin « missa » (mittere, « envoyer ») qui signifie « envoi » et a la même étymologie que le terme « mission ». En allant à la messe, les fidèles s’engagent dans une mission d’évangélisation à accomplir après avoir été enseignés et nourris par la Parole de Dieu et la communion au corps du Christ.

C’est parce que nous vivons dans un monde rempli de souffrances, de difficultés, d’incertitudes, que la prière et la vie dans les sacrements permet de faire le bien et de s’investir complètement au service du monde. « Cette source inépuisable de force d’action, c’est Dieu ». Il est donc absolument primordial de prendre la prière et la participation aux sacrements au sérieux.

Pour vivre, comme le rappelle l’archevêque, les hommes n’ont pas besoin uniquement de manger, de boire et d’un toit sur leur tête. L’acte le plus altruiste que l’on puisse faire est de leur annoncer l’amour infini de Dieu pour chaque personne et le don créateur qui peut renouveler et redonner vie aux âmes qui ouvrent leur cœur à Dieu.

Tous les saints nous rappellent qu’il faut vivre au quotidien avec les yeux ouverts et les cœurs sensibles, prêts à donner son temps au service des autres. Notre attitude à l’égard de ceux que l’on côtoie, tout particulièrement les plus fragiles, les plus pauvres et les plus seuls, est l’expression de notre capacité à prendre la vie dans la prière et l’amour de Dieu au sérieux.

Publicité
Publicité