News

Berlin : Anis Amri, le principal suspect de l’attentat de lundi, abattu à Milan

Le ministre de l’Intérieur italien, Marco Minniti, vient d’annoncer la mort de l’homme à l’origine de l’attaque de Berlin.

Berlin : Anis Amri, le principal suspect de l’attentat de lundi, abattu à Milan

©ARNE DEDERT / DPA

Mise à jour du vendredi 23 décembre 

11h15 :

Lors d’une conférence de presse commencée vers 11 heures ce matin, le ministre de l’Intérieur italien, Marco Minniti, a annoncé la mort d’Anis Amri, le terroriste à l’origine de l’attentat berlinois du lundi 19 décembre.

Tandis que l’homme recherché depuis trois jours marchait seul dans la ville de Sesto, aux abords de Milan, vers 3 heures ce matin, les policiers italiens l’arrêtent pour un simple contrôle d’identité. Le suspect ouvre alors le feu sur les forces de l’ordre, qui finissent par le tuer quelques instants plus tard. Le relevé de ses empreintes digitales permettent de l’identifier comme étant Anis Amri, le chauffeur du camion qui a fait 12 morts et 48 blessés sur le marché de Noël de Breitscheidplatz lundi soir.

Dans son sac aurait été retrouvé un billet de train français, permettant de reconstituer le trajet qu’il avait emprunté ces derniers jours. Il aurait ainsi pris le train de Chambéry, en Savoie, pour se rendre jusqu’à Turin. De là il aurait rejoint la gare centrale de Milan vers une heure du matin, pour ensuite aller jusqu’à Sesto, où il a été abattu par la police locale.


Mise à jour du mardi 20 décembre

16h00 :

Par l’intermédiaire de son secrétaire d’État, le cardinal Pietro Parolin, le pape François a envoyé ses condoléances à l’archevêque de Berlin, Mgr Heiner Koch, lui manifestant sa « profonde émotion » après le « terrible acte de violence survenu à Berlin, dans lequel – au delà du nombre considérable de blessés – beaucoup de personnes ont trouvé la mort ». Dans son message, le Saint-Père, fait part de sa participation « au deuil des familles », à qui il exprime « compassion et douleur », et de ses prières pour les défunts qu’il confie, ainsi que les blessés, « à la miséricorde de Dieu ». Après des remerciements aux « services d’urgence et de sécurité pour leur engagement actif », le Pape s’unit « à toutes les personnes de bonne volonté qui se sont engagées pour que la folie meurtrière du terrorisme ne trouve plus de place dans notre monde ».

14h00 :

La police de Berlin rapporte que le « suspect arrêté nie pour l’instant être l’auteur des faits de Breitscheidplatz » et appelle ainsi à la prudence. Le chauffeur pourrait donc être toujours en fuite.

10h40 : Le cardinal Reinhard Marx, président de la Conférence épiscopale allemande, réagit ce matin dans un communiqué de presse :

« Les nouvelles de Berlin m’ont profondément bouleversé. La violence sur le marché de Noël est le contraire de ce que ses visiteurs recherchaient. Mes pensées vont vers les proches des victimes et les blessés. Je prie pour eux tous. Alors que nous vivons des heures graves, tant pour la ville de Berlin que pour notre pays, il convient que nous, en tant que société, restions ensemble et solidaires. »

10h00 :

Le compte Twitter de la police de Berlin affirme ce matin que le camion aurait « intentionnellement » foncé dans la foule présente sur le marché de Noël de Breitscheidplatz. Elle reste cependant prudente et ne parle pour l’instant que d’ « attentat terroriste présumé ». Aucune revendication n’a pour l’instant été évoquée.

Le chauffeur présumé a été arrêté dans la nuit du lundi au mardi 20 décembre. Selon le quotidien Die Welt, celui qui aurait été à l’origine de l’attaque berlinoise serait un jeune homme pakistanais de 23 ans, qui serait arrivé en février dernier comme migrant, après avoir emprunté la route des Balkans.

Plus d’informations sont néanmoins attendues de la part des autorités allemandes. Angela Merkel a annoncé qu’elle s’exprimerait aux alentours de 11h aujourd’hui.

Le bilan des victimes s’alourdit : la police allemande parle désormais de 12 morts et 48 blessés.


Lundi 19 décembre 

23h00 : Les hommes politiques allemands et français commencent à réagir aux événements de la soirée.

Steffen Seibert, porte-parole d’Angela Merkel, rapporte le « deuil » de la chancelière et dit « espérer que les nombreux blessés pourront être aidés ».

Le président François Hollande a apporté son soutien à son homologue allemand.

Christian Estrosi, dont la ville de Nice avait été endeuillé le 14 juillet par un attentat au mode opératoire similaire, a également tenu à manifester son soutien aux Berlinois.

22h40 : Le maire de Berlin, Michael Müller, appelle au calme et assure que la situation est sous contrôle.

22h15 : L’archevêque de Berlin, Heiner Koch, appelle à « prier pour les proches et les victimes » de l’attentat « demain, mardi, à 12h à la cathédrale Sainte-Edwige ».

22h10 : Toujours selon la police allemande, le passager à bord du camion est mort. Le conducteur serait toujours en fuite. Un suspect a cependant été arrêté près du lieu de l’attentat.

21h10 : La police compte pour l’instant neuf morts et plusieurs blessés.

20h30 : Un camion percute plusieurs piétons sur le marché de Noël de Breitscheidplatz dans le quartier de Charlottenburg à Berlin.

Publicité
Publicité