Musique

Les Guetteurs font leur grand retour avec « Tatoué »

Pour les amateurs de reggae chrétien.

Les Guetteurs sont de retour avec leur nouvel album : Tatoué. Mêlant l’art et la mystique, ils comblent les fibres musicales et renforcent les âmes.

Le 8 décembre dernier, le groupe de reggae chrétien a sorti son deuxième CD, qu’il a choisi d’intituler Tatoué. Tatoué, en mémoire de l’empreinte du Père éternel gravée en l’homme. Tatoué, en hommage à ces marques physiques qu’ont choisi de graver dans leurs corps les chrétiens d’Orient, pour rester fidèles. Un message d’une limpide clarté, d’une profondeur ébranlante, sans faux-semblant, des paroles sincères. Mais également un véritable talent.

Enfants de Dieu et enfants de leur temps

Allure atypique, comme sorti de nulle part, le groupe se rassemble autour du chanteur Fratoun âgé de 20 ans pour séduire la scène musciale contemporaine. Leur ancrage dans une lignée musicale qui les fait vibrer, conjugué avec le caractère hors-norme de leur verve, séduisent un public croissant. Le génie de cette jeunesse n’est rien moins que de ré-conciler la mystique et le reggae français. Réconcilier, car pour Fratoun « il n’y a pas de différence entre le reggae classique et le reggae chrétien, parce que le reggae est à l’origine une musique spirituelle qui parle de Dieu, qui cite la Bible. Bob Marley lisait souvent la Bible. La seule différence, peut-être, c’est que Dieu, nous l’appelons Jésus Christ. »

Ces jeunes fervents s’ils se chantent enfants de Dieu, sont de vrais enfants de leur temps : Bob Marley, Groundatio, Steel Pulse, Spear Hit sont leurs pères musicaux, leur source d’inspiration. Guidés par une avide soif de bien, une profonde quête d’amour et de justice, ils continuent donc leur aventure musicale originale par ce nouvel album.

Tatoué : ils chantent le mystère de la Croix

L’équipée est joyeuse, mais la profondeur des paroles chantées par Fratoun et mises en musique par les autres témoigne d’une joie grave et mystique saisissante. Des paroles dures, des paroles franches, lentement prononcées, sans mensonge.

Ils chantent pour les chrétiens persécutés, ils veulent par leur chanson, faire porter ces voix écrasées. Leur choix musical est reconnue comme la tonalité la moins agressive. Mais calmement, ils font crier ces voix ignorées qui souffrent dans le silence. La douceur du reggae prépare les coeurs à la rudesse de la vérité que les chansons délivrent. Un parole poétique, simple, vraie, qui désarçonne.

La musique et le clip diffusés en avant-première pointent un monde sans couleur, sans odeur, sans foi, un monde inhumain. « Quand je vois ce qu’ils ont fait à mes frères, je veux bouger de là ». Révoltés par le sort de leurs frères en Orient, ils font émaner une véritable force de cette chanson tranquille, une exhortation à colorer le monde, à se réveiller.

Chaque morceau témoigne de ce même appel d’urgence lancé par la jeunesse : se lever, et conquérir l’aube. Un message profondément, réaliste, enraciné, qui refuse de nier la souffrance, qui ne cache pas la torture, mais qui sublime l’horreur par l’espérance, la foi dans le Sauveur. Ces jeunes chantent le mystère de la Croix. D’ailleurs, sur la pochette du disque, un lion rugit, symbole de force et de justice.

« Verrai-je la fin de l’année, oh mon Dieu je suis fatigué…
Je tatouerai ton nom sur mon bras droit, pour me rappeler,
Lorsque mon souffle sera le dernier,
Que c’est par Toi que je suis né » (Exodus)

« Nos rêves ne s’éteindront jamais.
Nous sommes de ceux qui n’abandonnent pas, rejetés oubliés.
Nos rêves ne leur appartiennent pas, nos prières sont des brèches, jetées dans le grand froid.
Solide comme un chène, je ne fléchirais pas.
Mon roi protège les rebelles de l’âme. » (Nos rêves)

« Jamais ils n’auront mon âme. » (No country for my soul)

Guetteurs guettant « une aube nouvelle »

Leur message parle car de nombreux jeunes partagent leur ardeur. Reconnus pour leur talent, ils s’affirment peu à peu sur la scène actuelle. Leur talent, leur sincérité ne laisse pas indifférent. En 2014, est paru leur premier album, Guerriers pacifiques. En 2015, ils sont nominés aux Victoires du reggae 2015 dans la catégorie « Révélation française », et remportent l’Angel Music Arward de la révélation de l’année. L’avenir leur sourit !

« Moi je me bats pour devenir guetteur, attendre l’heure, la lueur
Moi je me bats pour devenir guetteur, attendre la lueur, mon sauveur

N’ayez pas peur a dit le Seigneur, évangélisez faites connaître ma bonté
Il va revenir je veux le bénir chaque jour de ma vie faire connaître son esprit
Quitte la violence va vers la prudence il y a une grande abondance dans la maison du juste. »

Publicité
Publicité