International

Un musulman converti au christianisme est mort en martyr

Des miracles ont été attribués au martyr libanais Hassan Hssein Ibrahim Hamdar.

Un musulman converti au christianisme est mort en martyr

Antoine Mekary

L’édition libanaise d’Aleteia a découvert l’histoire de Hassan Hussein Ibrahim Hamdar, originaire de Mrah Sghir au Liban. La religion musulmane est très ancrée dans la famille de Hassan puisque son père et son oncle sont imams tandis que son cousin est juge de doctrine chiite.

Au cours de sa vie, Hassan émigre dans différentes villes : à Beyrouth, à Sidon et à Tripoli puis s’installe dans la ville de Amchit, où il commence à vivre parmi les chrétiens. Suite à ses échanges avec la communauté chrétienne, il change petit à petit sa vision de Dieu.

Alors qu’il commence à se convertir, il assiste à quelques célébrations chrétiennes. Il écoute de nombreux sermons, des enseignements, apprend les prières les plus importantes et finit par bien connaître la doctrine chrétienne.

Hassan devient alors de plus en plus admiratif des chrétiens et de leur façon de vivre et exprime son désir de se convertir au christianisme.

Un jour, il prend son courage à deux mains et révèle à sa femme son désir de conversion. Elle lui répond, affolée, que si sa famille le découvre ils le tueront immédiatement. Mais Hassan, sûr de lui, explique ne pas craindre le martyre.

La vie chrétienne

En février 1919, à la veille de la fête de Notre-Dame, Hassan demande à un prêtre de le baptiser dès que possible. Sa conversion sème la confusion parmi les chiites. Ces derniers enlèvent sa femme et son fils et le menacent : s’il se fait baptiser, ils le tueront ! Fort de cette nouvelle foi qui l’anime, Hassan ignorent leurs menaces.

Le jour de Pâques, il achète une tunique et demande à ce que l’on trace une grande croix sur sa poitrine. Il part ensuite au coeur de son village vêtu de son habit afin de témoigner à tous de sa prochaine conversion.

Le 18 juillet 1919, de nombreuses personnes, à la fois clercs et laïques, accourent dans la ville d’Amchit et du quartier de son village pour assister à son baptême. Alors qu’il reçoit le sacrement, il choisit d’adopter un nouveau prénom, celui de Joseph. Juste après son baptême, il fait sa première communion et devient un chrétien assidu malgré les menaces permanentes qu’il reçoit.

Vers le martyre

Le 10 septembre, c’est la dernière fois que Joseph reçoit l’Eucharistie. Souhaitant rendre visite à ses parents à Zardaq, il les prévient de son arrivée prochaine. Toute la famille, opposée à cette conversation, se prépare à le recevoir, notamment deux de ses cousins, armes à la main.

Dès son arrivée, ils l’invitent à revenir à la religion de ses ancêtres et lui rappellent que son père est un cheikh et que, s’il le désire, ils peuvent lui offrir une grosse somme d’argent, deux vaches, et lui rendront également sa femme et son fils. Mais ils l’avertissent : s’il refuse, il trouvera une mort certaine.

Naturellement, Joseph refuse et pour l’intimider, les deux cousins tirent deux coups de feu près de lui. Joseph fidèle à sa foi continue de rester ferme. C’est alors que les deux frères tirent et le visent droit dans la poitrine.

Les miracles

Lors de l’enquête sur cette histoire, menée par l’édition libanaise d’Aleteia, un vieux prêtre a affirmé qu’après la mort de Joseph, de nombreux miracles se sont produits. Le prêtre a révélé également que le dossier sur l’histoire de Joseph a été envoyé au Vatican. Mais pour le moment aucune suite n’a été donnée.

Publicité
Publicité