Aleteia

6 façons de ne pas être intoxiqué par le consumérisme de Noël

©Christoph Schmidt / DPA
A woman holding a Christmassy shopping bag in a department store in Stuttgart, Germany, 10 December 2016. Photo: Christoph Schmidt/dpa
Partager
Commenter

Pour retrouver le vrai sens de Noël.

Lors de son sermon de Noël l’an passé, le pape François priait les catholiques du monde entier de ne pas se laisser prendre par l’aspect commercial de Noël et d’essayer de vivre aussi simplement que le petit Jésus.

« Dans une société si souvent intoxiquée par le consumérisme et l’hédonisme, la richesse et l’extravagance, les apparences et le narcissisme, cet enfant nous appelle à vivre sobrement. En d’autres mots, à vivre de façon simple, équilibrée, consistante, afin de voir et faire ce qui est essentiel » dit-il.

Le Pape a également rappelé aux croyants qu ’ »au milieu de cette culture de l’indifférence, très souvent impitoyable, notre style de vie devrait être dévoué, empli d’empathie, de compassion et de miséricorde ».

Pour beaucoup, le désir de maintenir la signification spirituelle de Noël entre directement en conflit avec la commercialisation de cette période, et la pression insupportable de devoir dépenser au dessus de ses moyens pour faire des cadeaux.

D’après le sondage Gallup réalisé en octobre aux États-Unis, les Américains prévoient de dépenser 785 dollars en moyenne en cadeaux cette année, et 31% pensent dépenser 1 000 dollars ou plus. La Fédération Nationale du Retail prévoit que les Américains dépenseront 655,8 milliards de dollars pour les fêtes cette année.

Il est bien connu que Noël est devenu synonyme de shopping et malheureusement, de dettes. Mais il est tout a fait possible de trouver un équilibre. La clef est de se rappeler pourquoi nous fêtons Noël, de se concentrer sur ce que nous adorons, ce qui a une signification pour nos familles, et penser aux valeurs que nous voulons inculquer à nos enfants.

1. Pensez au volontariat

Bien qu’il soit facile de se perdre dans le consumérisme de la saison et la culture du « je veux/ donne-moi », il n’est jamais trop tard pour instaurer des traditions familiales qui consistent à aider ceux qui, au sein de notre communauté, ne sont pas aussi chanceux que nous. Il n’est pas trop tard non plus « pour sensibiliser les gens aux conditions de vie des millions de familles et enfants qui vivent dans la pauvreté à travers le pays » rappelle Sherry-Lea Bloodworth Botop, vice-présidente du développement national chez Catholic Charities USA. « Faire du bénévolat en famille est une merveilleuse tradition de Noël. Cela rend humble et inspire les enfants et les familles à passer du temps aux Restos du cœur par exemple, ou à trouver une église ou une association près de chez soi où les dons de nourriture et d’argent sont les bienvenus. »

2. Célébrez l’Avent, pas la frénésie de cadeaux de Noël

Père Brendan Murphy, aumônier de la maison Aquinas à Dartmouth College à Hanover dans l’État du New Hampshire, suggère qu’en plus de se concentrer sur le don, les individus devraient réfléchir à toute la période des fêtes de l’Avent jusqu’aux douze jours de Noël.

« Il faut bien garder en tête que nous parlons de deux saisons : celle de l’Avent et celle de Noël. L’Avent est une période très pieuse, où l’on réfléchit, on prépare la célébration à venir : la naissance du Christ. Ensuite, Noël est une merveilleuse saison de célébration et de joie » explique le père Murphy.

D’après lui, les familles peuvent inventer leurs propres habitudes et traditions culinaires pour que l’Avent soit une période spéciale et mémorable. « Si l’on ne fait pas attention, on se retrouve tellement occupé que l’on est prêt pour rien. Je pense que prendre le temps chaque jour de penser à ce pourquoi l’on se prépare est très important. »


Lire aussi : Le vrais sens de Noël


« Jésus nous protège de toute anxiété et emplit nos journées de paix. J’espère que nous prenons tous le temps de prier, car c’est ce qui nous donne vraiment une sensation de paix » dit le père Murphy.

Il ajoute que partager ce que nous avons est important à la préparation de Noël. Pas simplement de l’argent, mais du temps, qui est ce que nous avons de plus précieux à offrir. Il suggère d’aller prendre des nouvelles d’un voisin qui est peut-être seul ou qui a besoin d’aide, ou d’appeler quelqu’un qui a perdu un être cher récemment.

Maureen Stannard confie que l’Avent a toujours une signification pour elle : « Je veux toujours faire quelque chose de plus spirituel pour la préparation de Noël. Cette année, nous pensons mettre quelque chose (un cadeau, des boîtes de conserves) dans une boîte tous les jours du mois de décembre et en faire don. Les enfants sont maintenant en âge d’apprécier la signification spirituelle de Noël, et pas simplement son aspect commercial ».

3. Concentrez-vous sur le don

Maureen Stannard, 50 ans, et son mari Dan ont toujours encouragé un certain sens de la charité chez leurs triplées de 13 ans. Elles laissent les enfants choisir une famille à « adopter » à Noël, en participant à un programme organisé par l’église, et affirme que leurs filles sont excitées à l’idée d’aller acheter un cadeau et remuent ciel et terre pour le trouver. L’an passé, les enfants ont même acheté en plus un appareil photo jetable pour que la famille puisse prendre des photos le matin de Noël.

Afin d’insister sur l’importance du don pendant la période de Noël, Maureen Stannard a amené ses filles au magasin où tout est à un euro pour que chacune d’entre elles choisissent un cadeaux pour les deux autres. De leurs parents, les enfants recevront chacune trois cadeaux : « Quelque chose qu’elles veulent, quelque chose dont elles ont besoin, et un livre ».

4. Définissez des limites

Kathy Radigan est une autre maman qui limite le nombre de cadeaux que ses enfants reçoivent à Noël. « Nous avons commencé une tradition de trois cadeaux seulement à la naissance de notre premier enfant il y a dix-huit ans. J’ai pensé que si c’était suffisant pour Jésus, ce serait suffisant pour mon enfant » déclare-t-elle depuis sa maison à Long Island.

Cet écrivain de 50 ans et son époux ont maintenant trois enfants (17, 14 et 11 ans), qui ne s’attendent pas à plus de trois cadeaux puisqu’ils ont toujours grandi avec cette tradition.


Découvrez le calendrier de l’Avent d’Aleteia ici 


« Mes enfants n’ont jamais eu l’impression de ne pas en recevoir assez, et ils ont toujours été très reconnaissants. Je ne panique jamais parce que j’ai 10 cadeaux pour ma fille et seulement 8 pour mon fils et qu’il faut absolument que je me dépêche d’acheter autre chose. Le simple geste d’offrir un cadeau à Noël est très appréciable. »

Le budget pour chaque enfant varie autour de 200 dollars, les trois cadeaux et les bas inclus, payés en espèces pour ne pas être accablée par les factures de carte de crédit qui assaillent la plupart des Américains.

5. Faites vos propres cadeaux et passez du temps avec quelqu’un de cher

Kat Rutkin de Somerville, Massachusetts, tente d’éviter de faire du shopping en fabriquant des cadeaux pour les membres de sa famille. Elle et son mari ont commencé cette tradition il y a cinq ans lorsqu’elle est tombée enceinte de son premier enfant et qu’ils n’avaient pas beaucoup d’argent. Cette année-là, ils avaient fait des scones avec de la confiture maison.

« J’aime être à la maison avec mon mari, à créer quelque chose plutôt que d’acheter des cadeaux que les gens n’apprécieront peut-être pas » dit Rutkin. « Cela nous convient mieux. Nous aimons faire des choses simples, qui viennent du coeur. »

6. Admirez ce qui est autour de l’arbre, pas ce qui est en dessous

Pour le père Brendan, il est important de rappeler aux enfants qu’à Noël, ce n’est pas ce qui est sous l’arbre qui compte, mais ce qui est autour. « Enfant, vous désirez certains objets avec ardeur. Mais en tant qu’en adulte (en tout cas en ce qui me concerne), nous ne nous souvenons pas toujours des cadeaux reçus, mais toujours des personnes qui étaient présentes. L’important est d’être avec notre famille, les gens que nous aimons et qui nous aime, et c’est cela que nous apprenons de Jésus. Il est donc important de ne pas se concentrer que sur les cadeaux, mais sur les personnes qui nous entourent. »

Nous nous mettons tous la pression à l’approche de Noël, pour décorer nos maisons, acheter le cadeau parfait, organiser la plus belle fête. Mais souvent, nous nous concentrons sur les détails matériels plutôt que sur ce que cela représente. Le don de cadeaux est un aspect important et joyeux de Noël, surtout pour les enfants. Mais il est très probable qu’en grandissant, ils se souviennent bien plus vivement des traditions familiales et du temps passé ensemble que de n’importe quel cadeau, aussi cher et gros soit-il.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]