International

Un attentat tue 25 fidèles dans une église copte au Caire

Il s'agit de la pire attaque contre cette minorité religieuse depuis 2011.

Un attentat tue 25 fidèles dans une église copte au Caire

© Photo Khaled Desouki. AFP

Un attentat à la bombe a tué au moins 25 personnes dimanche en pleine célébration à l’église Saint-Pierre et Saint-Paul située dans le quartier d’Abbasiya au Caire. La messe se terminait dans cette église très fréquentée pendant depuis le début des travaux de rénovation de la cathédrale Saint-Marc toute proche, siège de l’Église orthodoxe copte d’Égypte, lorsqu’une bombe a soufflé l’édifice.

Placée sur le côté droit de l’église, là où les femmes s’assoient pour le culte, la charge mortelle a également blessé près de 50 fidèles.

Le patriarche Tawadros II d’Alexandrie, pape des coptes orthodoxes a interrompu son voyage à Athènes en Grèce pour se rendre au plus vite au chevet des victimes. La télévision publique a lancé des appels aux dons de sang. Plusieurs centaines de chrétiens en colère se sont massés aux abords de la cathédrale, exigeant le renvoi du ministre de l’Intérieur, en charge de la sécurité. Inquiets et combatifs, ils scandaient : « Nous offrirons notre âme et verserons notre sang pour la Croix ».

Le terme «copte» vient du grec égyptè, Égypte. Il fut employé par les conquérants lors de l’invasion arabo-islamique en 640 pour désigner la population locale. 10 % des 90 millions d’Égyptiens font partie de la communauté copte dans ce pays en proie aux tensions depuis le renversement du président Mohamed Morsi.

Le successeur d’Hosni Moubarrak, proche des Frères musulmans, fut a son tour destitué en 2013 par le maréchal Abdel-Fattah Al-Sissi, qui pourchasse depuis les islamistes sans merci. Des dizaines d’églises du sud de l’Égypte avait été saccagées la même année. Des partisans de Morsi, blâment toujours les chrétiens d’avoir soutenu son éviction.

Le président Sissi vient de décréter trois jours de deuil national. L’imam de la mosquée d’Al-Azhar, la plus haute institution de l’islam sunnite en Égypte, a condamné cette attaque « infâme. »

Publicité
Publicité