Religion

Revenir vers Dieu de tout notre cœur

En ce deuxième dimanche de l'Avent, l'Évangile nous invite à réfléchir à la conversion.

Revenir vers Dieu de tout notre cœur

© DR

L’Avent, temps d’éveil au Christ et d’espérance en sa venue. Trois grandes figures bibliques traversent ce cycle liturgique comme des météores : Isaïe, Marie et Jean Baptiste. Les trois ont répondu « oui » à l’appel du Seigneur en vue d’une mission particulière : Isaïe, prophète du Serviteur, qui annonce un rameau sorti « de la souche de Jessé », sur qui « reposera l’Esprit du Seigneur » (Isaïe 11, 1-2) ; Marie, mère de Jésus, Fils de Dieu, dont le « fiat » inaugure la nouvelle création ; Jean Baptiste, précurseur du Messie, qui appelle à la conversion, « car le royaume des Cieux est tout proche » (Mt 3, 2).

Trois vocations, trois réponses décisives. « J’entendis alors la voix du Seigneur qui disait : « Qui enverrai-je ? qui sera notre messager ? » Et j’ai répondu : « Me voici : envoie-moi ! » (Isaïe 6, 8). « Marie dit alors : « Voici la servante du Seigneur ; que tout m’advienne selon ta parole. » Alors l’ange la quitta ». (Luc 1, 38). « Jean répondit : « Un homme ne peut rien s’attribuer, sinon ce qui lui est donné du Ciel. Vous-mêmes pouvez témoigner que j’ai dit : Moi, je ne suis pas le Christ, mais j’ai été envoyé devant lui. » (Jean 3, 27).

L’ami de l’époux

Ce deuxième dimanche de l’Avent ouvre grande la porte à Jean Baptiste, ce pisteur du désert au regard embrasé par l’attente de l’Époux. Jean est le précurseur du Christ, c’est-à-dire un ouvreur d’horizon, un passeur de vie, un sourcier de la parole de Dieu. Il est appelé pour être envoyé en avant du Christ afin de préparer son chemin. Il fait le pont entre l’Ancien et le Nouveau Testament. Il prêche un baptême de conversion, car les temps nouveaux de Dieu sont arrivés. Il faut donc revenir vers Dieu de tout notre cœur.

Lire la suite sur le blogue de Jacques Gauthier

Publicité
Publicité