Pape François

Le dernier cadeau du Pape à une fillette de 10 ans : « Faisons une longue chaîne jusqu’au ciel »

Elle s’appelle Paolina et vient de mourir d’une grave maladie. Le jour de ses obsèques, elle reçoit une lettre spéciale...

Le dernier cadeau du Pape à une fillette de 10 ans : « Faisons une longue chaîne jusqu’au ciel »

© Aleteia

L’église San Leopoldo Mandic à Massafra, une petite ville aux portes de Tarente, dans le sud de l’Italie, était pleine à craquer le jour des funérailles de la petite Paolina. Le 23 novembre dernier, des centaines de personnes sont venues rendre hommage à la fillette de 10 ans, décédée d’une terrible maladie.

La surprise

Mais ce jour-là Paolina a reçu le plus beau et le plus inattendu des cadeaux. Pendant l’homélie le père Michel a lu la lettre que le pape François a envoyé à la petite fille.

La mère de l’enfant, en effet, avait envoyé au Saint-Père une lettre et des photos de sa fille, le visage rayonnant, de grands yeux bleus, lui demandant de la bénir et de prier pour elle. Il était prévu que François la reçoive au Vatican le 26 octobre dernier, mais Paolina allait déjà trop mal et n’a pas pu faire le voyage (Farodiroma, 30 novembre).

« Faisons une longue chaîne »

Voici la lettre du Pape:

« Très chère Paolina,

tes photos sont sur mon bureau, car dans ton regard si spécial je vois la lumière de la bonté et de l’innocence. Merci de me les avoir envoyées ! Lis cette lettre avec ta maman, et le baiser qu’elle te donnera maintenant sera le baiser du Pape. J’unis mes mains aux tiennes et à celles de tous ceux qui prient pour toi. Comme ça nous faisons une longue chaîne qui, je suis sûr, arrivera jusqu’au ciel.

Mais rappelle-toi que le premier maillon de cette chaine c’est toi, parce que tu as Jésus dans ton cœur ! N’oublie pas ! Parle avec lui, parle-lui de toi, et parle-lui de ta maman et de ton papa qui ont grand besoin d’être aidés et consolés devant des pas si difficiles à affronter. Tu sauras certainement très bien suggérer à Jésus ce qu’il doit faire pour eux ! Rappelle-toi, s’il te plaît, de lui dire ce qu’il doit faire aussi pour moi, et moi je lui rappellerai ce qu’il doit faire pour toi. Je t’embrasse très fort et te bénis de tout mon cœur, ainsi que tes parents et tes proches. François ».

Article traduit par Isabelle Cousturié

Publicité
Publicité