Mode de vie

10 femmes devenues saintes par leur statut de mère

Être mère est parfois un vrai défi. Ces histoires de mères devenues saintes sont là pour vous rappeler que vous faites du bon travail.

10 femmes devenues saintes par leur statut de mère

De gauche à droite : Saint Augustin et sa mère, Sainte Monique (1846). La Vierge et l’enfant avec Sainte Anne, Leonard de Vinci, vers 1503-1519

Il y a ces moments où votre enfant vous serre dans ses bras et vous donne un dessin sur lequel vous vous tenez la main avec des cœurs partout. Et puis il y a ces moments où vous vous noyez dans le panier à linge, où vous êtes épuisée, en manque de sommeil, et où les exigences de la maternité vous semblent trop difficiles à tenir.

Être mère, c’est à la fois une immense bénédiction et une lourde responsabilité, et cela aide parfois de savoir que de nombreuses femmes sont déjà passées par là. Ces femmes ne sont pas que des bons exemples à suivre, elles sont des saintes qui peuvent intercéder pour vous et vous apporter du soutien.

1. Zélie

Zélie était une mère tout ce qu’il y a de plus ordinaire. Elle tenait le foyer et faisait de la couture dans une famille classique. Sa vie de couple était agréable et ne faisait pas de vagues. Sa sainteté tient dans l’importance qu’elle accordait à la foi dans sa vie quotidienne et dans la vocation de parent au jour le jour. L’amour simple et ordinaire d’une mère est capital. C’est d’ailleurs la force la plus puissante au monde ! La preuve : une des filles de Zélie est devenue sainte et le procès de béatification de leur troisième fille, Léonie, s’ouvre. Sainte Thérèse (la petite fleur), notamment, est probablement l’une des saintes les plus aimées de notre temps.

Son conseil : aimez vos enfants, occupez-vous-en, parlez-leur de Dieu, et observez ce que Dieu fera d’eux !

2. Gianna

Gianna est une sainte du XXe siècle qui a allié avec modernité carrière de médecin et maternité. Elle eut six enfants. C’est la naissance de son dernier enfant qui fit d’elle un fantastique témoin de la vie. En 1961, alors qu’elle était enceinte, les médecins lui annoncèrent qu’elle avait un dangereux kyste à l’utérus qui rendrait l’accouchement compliqué. Elle leur donna alors l’instruction de ne pas hésiter à sauver la vie de l’enfant plutôt que la sienne le cas échéant.

Elle survécut à l’accouchement mais mourut de complications une semaine après la naissance de sa fille. Celle-ci, également prénommée Gianna, déclara plus tard : « Toute la vie de ma mère fut un hymne à la vie, à la joie, à l’amour de Dieu, à Notre Dame, à sa famille… » Gianna nous donne à voir la force d’une mère prête à tout sacrifier pour ses enfants.

Son conseil : donnez-vous de tout votre cœur à vos enfants.

3. Sainte Françoise Romaine

Françoise eut six enfants, mais son fils Baptiste fut le seul à ne pas mourir dans l’enfance. Adulte, il épousa une femme qui détestait Françoise. Alors qu’elle était régulièrement insultée, rabaissée et coupée de la vie de son fils, Françoise décida de ne pas baisser les bras et de continuer à se montrer aimable envers sa belle-fille. Celle-ci finit par changer de comportement et cela permit de retrouver l’harmonie familiale. Parfois, seule une mère est assez forte pour se mettre en retrait avec humilité et amour dans le but de recoller les morceaux dans une famille déchirée.

Son conseil : soyez une source d’unité dans votre famille, et non de division.

4. Monique

Monique était une fervente chrétienne alors que personne d’autre ne partageait sa foi dans sa famille. C’est pourquoi elle est d’un grand réconfort pour toutes les mères qui se soucient de la foi de leurs enfants. Elle pria pendant des années pour son fils qui n’en faisait qu’à sa tête, et ne se découragea jamais, même lorsqu’il eut des maîtresses ou décida d’embrasser une autre religion. Son fils Augustin finit par se convertir et devint un des plus grands saints de tous les temps. Tout cela grâce aux incessantes prières de sa mère. Ne perdez pas courage !

Son conseil : ne flanchez jamais quand il s’agit de prier pour vos enfants !

5. Perpétue

En l’an 202, Perpétue devint chrétienne. Dans l’Empire romain, rejoindre l’Église était chose risquée. D’ailleurs, elle fut vite arrêtée et condamnée à mort. Il se trouve qu’elle venait d’avoir un fils. Bien qu’elle n’ait rien mangé dans la période précédant son exécution, on continua de lui amener son fils tous les jours pour qu’elle l’allaite. Jusqu’au dernier moment, Perpétue vécut sa vocation de mère, aima son fils du mieux qu’elle le put et se prépara à le revoir un jour dans l’éternité. Perpétue est une sainte à laquelle on peut confier les mères qui sont séparées de leurs enfants.

Son conseil : parfois la meilleure façon d’être mère est d’être un bon exemple.

6. Félicité

Félicité fut tuée à la même époque que Perpétue, et son histoire est tout aussi exceptionnelle. Au moment où elle fut arrêtée, Félicité était enceinte de huit mois. Elle accoucha en prison d’un enfant en bonne santé. On raconte qu’elle fut débordée de joie et d’amour. On lui retira l’enfant et elle fut envoyée à la mort, mais son amie Perpétue écrivit qu’elle alla naturellement « de la maternité au combat », signifiant ainsi que le fait d’avoir donné naissance à un enfant avait donné à Félicité assez de force et de courage pour qu’elle affronte son exécution. Une maman forte est une vraie lionne, et rien, pas même la mort, ne peut enfreindre sa volonté.

Son conseil : ne considérez pas les sacrifices de la maternité comme quelque chose qui vous éloigne de ce que vous êtes, mais plutôt comme un don qui vous rend plus forte.

7. Rita

Rita s’occupa de son foyer et de ses jumeaux à une période mouvementée. Dans l’Italie du XIVe siècle, toutes les villes étaient en guerre les unes contre les autres. Le danger rôdait partout. Son mari fut pris dans un guet-apens et tué par des ennemis. Elle se retrouva donc seule pour élever ses jumeaux. Le danger résidait aussi dans les différentes maladies, et Rita en fit la douloureuse expérience puisqu’à peine un an après leur père, les deux garçons moururent alors qu’ils n’étaient qu’adolescents.

Elle passa le reste de sa vie à prier pour les hommes qui avaient tué son mari et pour tous ceux qui souffrent. Elle-même souffrit beaucoup mais elle transforma sa douleur en prières pour les autres. Elle est considérée comme étant la sainte patronne des situations insolubles et nul doute qu’elle prie en ce moment au ciel pour ceux qui ont perdu un enfant prématurément.

Son conseil : vous êtes toujours une mère, même quand les enfants ont quitté le nid.

8. Brigitte

Brigitte fut longuement mariée à un homme du nom de Ulf. Ils furent ensemble pendant 28 ans et eurent huit enfants, dont l’une, du nom de Catherine, devint sainte elle aussi. La volonté de Brigitte d’accueillir chaque nouvel enfant au sein de sa famille ainsi que ses efforts pour les éduquer sont un bel exemple de générosité d’esprit. Elle voyagea beaucoup, et sa vie parle de tolérance et de compassion envers toute la diversité humaine. Sa vie ne fut ni spectaculaire ni miraculeuse, mais son dévouement à élever ses enfants et à les éduquer à voir la beauté de ce monde et à y vivre en paix fut, d’une certaine manière, héroïque. C’est pour cette raison qu’elle est désormais sainte patronne et mère de l’Europe.

Son conseil : apprenez à vos enfants à aimer la vie par votre propre joie et votre bonheur.

9. Anne

Anne fut la mère de la Bienheureuse Vierge Marie. Pendant longtemps, Anne et son mari Joachim eurent du mal à avoir un enfant, une expérience qui, pour tous ceux qui l’ont vécue, peut être très douloureuse et difficile. C’est pourquoi Anne est une sainte qui peut facilement intercéder pour une femme souhaitant être mère mais n’en ayant pas encore eu l’opportunité, ou pour un couple confronté à l’infertilité. Dieu finit par donner une fille à Anne, qu’elle chérit et aima avec toute la tendresse possible. Dans l’art, elle est souvent représentée avec Marie sur les genoux en train de lui lire un livre, baignant dans le bonheur familial. Aucun doute que l’exemple de cette maman pleine d’amour prépara Marie à dire humblement « oui » pour devenir la mère de Dieu. Et rendez-vous compte qui Anne eut pour petit-fils !

Son conseil : les grand-mères aussi sont importantes !

10. Elizabeth Ann Seton

Elizabeth fut la première sainte née aux États-Unis. Née à New York en 1774 alors que la Révolution américaine en était à ses premiers sursauts, elle épousa un médecin, et ils se retrouvèrent bientôt entourés d’orphelins qu’ils accueillirent en plus de leurs propres enfants. Après la mort de son mari, elle fonda un ordre religieux dans le but d’instruire des enfants défavorisés. Elizabeth aimait tous les enfants et ressentait une sollicitude maternelle envers eux même s’ils n’étaient pas les siens. Elle s’appuya beaucoup sur l’exemple de la maternité de la Vierge Marie et essaya de s’en inspirer. L’ordre de religieuses fondé par Mère Seton existe toujours, preuve que le simple fait de s’occuper d’enfants comme le ferait une mère peut changer le monde.

Son conseil : vous ne savez jamais qui vous pouvez rencontrer qui soit en recherche d’amour maternel.