Chroniques

Plaisir d’offrir, joie de recevoir

727 enfants à parrainer avant la fin de l'année, un pari impossible ?

Plaisir d’offrir, joie de recevoir

© Antoine Besson

La semaine dernière je vous le disais déjà, 727 enfants sont en attente d’un parrain. 727 enfants espèrent que l’un d’entre nous puisse lui offrir la chance d’aller à l’école. Cette semaine, neuf généreux donateurs ont accepté d’aider ces enfants pour six euros par mois après défiscalisation… Neuf vies ont été radicalement changées. Qu’ils en soient ici remerciés.

René Péchard avait coutume de dire que le problème pris dans son ensemble est insolvable. 727 enfants à faire parrainer avant la fin de l’année. C’est impossible ! Et c’est vrai. On peut cependant prendre le problème à l’envers. Choisir de voir le bien qu’on fait petit à petit. Enfant après enfant. C’est une leçon que je médite souvent.

Aujourd’hui, ce sont Surirat, Sayaphone, Henry, Jelou, Emmanuella, Xin, Rogelyne, Ngoc Nhu’y et Kamonchanok qui ont vu leur destin transformé par ces nouveaux parrains. Ces hommes, ces femmes ou même ces familles qui ont décidé de se laisser toucher par leur sort.

Avec eux, pour eux, il faut se réjouir. Merci. Parce que c’est bien cela qui est avant tout au cœur de notre combat. La joie. La joie de tous ces enfants qui trouvent un avenir sur les bancs de l’école. La joie de Melvine, un jeune étudiant Philippin qui a trouvé chez Enfants du Mékong une famille. La joie de Sanema qui est rentrée dans son village en sachant coudre et qui aide aujourd’hui ses parents financièrement pour envoyer ses jeunes frères à l’école. C’est la joie de Ban qui a quitté son village des Chin hills en Birmanie pour s’installer dans un foyer à côté d’un collège. Il n’avait pas pu y aller jusqu’à ce jour car là où il habite, il n’existe aucun collège. N’est-ce pas là tout le sens de l’option préférentielle pour les pauvres de Jean Paul II ? Le sens de notre vie chrétienne ? Le partage pour plus de joie ? Le partage pour que grandisse la civilisation de l’amour ? Le partage pour la fraternité ?

Cet amour, cette joie, cette fécondité, c’est aussi aujourd’hui un cadeau que l’on peut faire. Pour donner du sens à Noël, pour enseigner la générosité, pour donner goût à la joie, nous avons décidé de permettre à chacun s’il le souhaite d’offrir un parrainage à ses proches, à ses enfants. Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.offrirunparrainage.com.

signature

http://www.enfantsdumekong.com

Publicité
Publicité