Église

États-Unis : Le pape François appelle à faire trésor du « potentiel hispanique »

Message vidéo du Saint-Père aux évêques américains face à la nouvelle donne "Donald Trump".

États-Unis : Le pape François appelle à faire trésor du « potentiel hispanique »

© Antoine Mekary / Aleteia

« Notre grand défi est de créer une culture de la rencontre, qui encourage à abattre les murs et construire des ponts… Nous sommes appelés à être des porteurs de bonnes nouvelles dans une société à la merci d’une croissante polarisation ». En prononçant ces paroles, le pape François, une semaine après l’élection de Donald Trump, envoie un message clair aux évêques  américains : L’Église, chez vous, comme ailleurs, doit « sortir » de sa coquille et affronter les maux de la société dans laquelle elle vit, mettant la « riche variété de langues et traditions culturelles » qui la caractérise au service d’un meilleur « accueil et partage » entre « groupes et individus » sur le sol américain.

Dans son message vidéo, le Pape appelle les évêques à considérer tout particulièrement « le potentiel de la communauté hispanique » qui a fortement contribué à la vie de la nation.

Le message du Saint-Père a été diffusé pendant l’assemblée générale des évêques à Baltimore du 14 au 17 novembre. Au cours des travaux, les évêques ont félicité officiellement le président américain pour son élection et lui ont offert leur collaboration pour « promouvoir le bien commun et assurer la protection des plus faibles ».

Un an après New York …

 Un an après son voyage apostolique aux États-Unis, le Souverain Pontife confie aux évêques américains avoir été fortement « impressionné par la vitalité et la diversité de la communauté catholique américaine ». Vitalité, rappelle-t-il, que le pays doit « aux vagues d’immigrés » qui ont profondément marqué son histoire, et donné à l’Eglise américaine ce « visage changeant » qui la caractérise aujourd’hui.

Dans ce contexte, le Pape se félicite des rencontres pastorales nationales hispaniques organisées ponctuellement, en ce sens, par les évêques américains. Une cinquième est en prévision, intitulée Quinto encuentro, qui s’ouvrira en janvier 2017 et se conclura par une célébration nationale en septembre 2018. Son objectif : « faire connaître et mettre en valeur les dons spécifiques que les catholiques hispaniques apportent et continuent d’apporter à l’Église », aux États-Unis. Mais plus encore, souligne le Pape dans son message, car ce type de rencontre entre de plein droit « dans un processus de renouveau et d’engagement missionnaire bien plus vaste » auquel toutes les églises du continent sont appelées. Au coeur du prochain Encuentro, des thèmes sur : l’évangélisation, la famille et le mariage, la dignité humaine, les vocations, ainsi que la liberté religieuse.

Pour une « culture de la rencontre »

L’Église en Amérique, comme ailleurs, doit sortir de son cadre habituel, un cadre où elle se sent en sécurité, et devenir « ferment de communion ». Communion « entre nous, avec les autres chrétiens et avec tous ceux qui sont à la recherche d’un avenir d’espérance », a exhorté le Saint-Père, pour « créer une culture de la rencontre qui encourage groupes et individus à partager les richesses de leurs traditions et expériences, à abattre les murs et construire des ponts », le grand défi de l’Église aujourd’hui. Face à une société « à la merci de changements sociaux, culturels et spirituels déconcertants et une croissante polarisation (…) fléau qui afflige la société mais aussi le monde catholique américain », précise le Pape, les  évêques sont appelés à être « porteurs de bonnes nouvelles », et la communauté chrétienne  « signe et prophétie du plan de Dieu », en gardant le cap sur « la famille humaine tout entière ».

Donald Trump

Au cours de leur assemblée plénière, les évêques ont approuvé un document dans lequel ils félicitent le nouveau président américain pour son élection. Visiblement inquiet du tour que pourrait prendre le changement de politique au sein de l’administration américaine, ils se disent prêts à travailler avec elle pour assurer que les réfugiés soient accueillis avec humanité, rappelant que l’accueil de « nouveaux arrivants, en particulier des réfugiés » entre dans la mission de l’Église d’aider « nos voisins lorsqu’ils sont dans le besoin ».

Sur les 78 millions catholiques que comptent les États-Unis, environ 40% sont d’origine hispanique.

Publicité
Publicité