Aleteia

Fratello : « Un fleuve de charité se déversera sur Rome ! »

Partager
Commenter

Des milliers de pauvres, exclus et sans domicile fixe se rendent chez le Pape pour leur Jubilé.

Plusieurs centaines de personnes pauvres, exclues et sans domicile fixe, sont arrivées en train à Rome dans la matinée du 10 novembre pour leur jubilé de la miséricorde. Pendant trois jours, plus de 3500 personnes en situation de précarité, venues de 22 pays différents, doivent rencontrer le pape François le vendredi 11 novembre, puis participer à des temps de prière et à la messe jubilaire qui sera célébrée par le pape, dimanche prochain, à la basilique Saint-Pierre.

Les premiers arrivés

Parmi les premiers arrivés à la gare Termini, à Rome, ils sont nombreux à afficher de grands sourires. Et pour cause, beaucoup de ces personnes pauvres voyagent hors de France pour la première fois. C’est le cas de Daniel, ancien SDF, qui confie ne pas avoir hésité une seule seconde à participer à ce pèlerinage : « Je me suis dit que c’était l’occasion de se ressourcer et de penser aux copains », explique-t-il à I.MEDIA. Daniel a passé plus de six ans dans la rue, mais « je n’en suis pas totalement sorti », avoue-t-il, avant d’affirmer vouloir tout faire pour, sans pour autant « abandonner les autres ». « Je ne laisserai jamais les petits frère seuls », précise-t-il. Le SDF veut ainsi profiter de ce jubilé pour « prier pour le monde, pour qu’il aille mieux et que chacun puisse retrouver du travail et se sentir bien dans sa peau ».

Grégory Turpin chantera pour les pèlerins de Fratello

Ce vendredi 11 novembre, tous se retrouveront à la salle Paul VI au Vatican, pour une audience avec le pape François, sous forme de catéchèse. Elle sera précédée d’un concert donné par une chorale de Nantes composée en partie de SDF, ainsi que de quelques chansons interprétées par le chanteur Grégory Turpin. « J’ai vraiment hâte de voir la réaction des milliers de personnes présentes quand ils se retrouveront devant le Pape », s’exclame Daniel. Avant d’ajouter : « Je vais les regarder attentivement pour voir leurs émotions, leur joie, leurs larmes, tout ce qu’ils vont donner au pape François en fait ! ».

Un projet ambitieux

Pour Etienne Villemain, fondateur de Fratello, l’origine du projet s’ancre dans les Journées mondiales de la jeunesse, où il a énormément reçu. « Je voudrais maintenant que les personnes de la rue reçoivent à leur tour le plus possible », explique-t-il. « On ne meurt pas de faim en France, c’est pourquoi Fratello est animé par la volonté de proposer aux personnes en situation de précarité, quelque chose de beaucoup plus important », souligne-t-il, évoquant la découverte du Christ, et aussi la rencontre du pape.

Sollicitée par Etienne Villemain, la co-fondatrice du projet, Alix Montagne, a tout de suite compris l’expérience de la vie de l’Église ainsi que le réseau personnel qu’elle pouvait lui apporter. Une seule difficulté : attirer des soutiens pour un pèlerinage, qui peut paraître si éphémère. « L’échelle n’est pas du tout la même que lors de l’édition 2014, où 200 SDF français avaient répondu présent », poursuit Alix Montagne. « Pour mener à bien ce pèlerinage jubilaire, nous avons cette fois dû faire appel à de grandes associations, comme Caritas ou l’Ordre de Malte, ainsi qu’à beaucoup d’autres petites, que nous avons découvertes au fur et à mesure. C’est comme si de nombreux petits ruisseaux convergeaient, comme un fleuve de charité qui se déverse sur Rome ! »

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]