Technologies

Quand le pape François reçoit Alphabet, Publicis, Aegis, Discovery et… Aleteia

Il demande aux géants de la pub, de la com et du net de parler davantage de tendresse !

Quand le pape François reçoit Alphabet, Publicis, Aegis, Discovery et… Aleteia

Au terme d’un colloque sur la transmission de valeurs à l’heure du numérique – première rencontre du genre organisée au Vatican – une vingtaine de représentants d’entreprises du marché Internet, de grandes firmes publicitaires ou de nouveaux médias a été reçue par le pape François le vendredi 4 novembre dernier. Au cours de l’audience, rapporte l’agence I-Media, le Saint-Père a insisté sur le « manque de tendresse » qui caractérise le monde d’aujourd’hui, leur demandant de provoquer une « vraie révolution » de la tendresse capable de combler ce manque pour les générations à venir.

« Puisse notre époque être rappelée pour son réveil à la vie, pour sa détermination a chercher le développement durable, pour sa volonté à lutter pour la justice et la paix, et pour sa joie de célébrer la vie », a exhorté le Pape en citant les valeurs que le monde numérique devrait promouvoir.

Mgr Dario Viganò, préfet du secrétariat pour la communication du Saint-Siège et Mgr Enrico dal Covolo, recteur de l’université pontificale du Latran où avait eu lieu la rencontre, avaient invité les participants à mesurer en effet, « l’impact de la révolution numérique sur la vie privée de l’homme et sa relation aux autres ». Dans un message vidéo, diffusé pendant le colloque, il a demandé aux participants de  « ne pas laisser l’univers du numérique transformer le monde en un monde inhumain », La personne, a-t-il rappelé, « doit toujours être au centre, sans distinction de culture, et en donnant accès à tous afin que personne ne soit exclu des bénéfices du progrès ».

Diffuser plus d’amour et humilité

Pendant la rencontre, Vincent Montagne, président du groupe Média-Participations (Magnificat, Famille Chrétienne, Dargaud, Mame ou encore l’agence d’information vaticane I.MEDIA), président d’Aleteia, a appelé de ses vœux « l’amélioration des liens qui existent entre le monde numérique et le monde réel », pour que « des valeurs indispensables et supérieures » circulent davantage sur Internet. Des valeurs comme « l’amour et l’humilité », a développé le président de Publicis, Maurice Levy, en évoquant l’esprit de sa propre entreprise, l’un des plus grands groupes de communication publicitaire du monde.


À lire aussi : La révolution numérique produit-elle des monstres ?


À quelques heures de sa rencontre avec le Pape François, il confiait à notre confrère d’I.MEDIA Arthur Herlin, l’importance à ses yeux de la « transmission de hautes valeurs ». Quelque chose « d’universel » qui n’incombe pas seulement à l’Église mais à tous : « aux religions dans leur ensemble et aux entreprises » qui doivent les respecter.

Une communication honnête

Si nous prétendons être honnête, il faut impérativement que notre communication le soit aussi. « Si nous affirmons être humain, notre comportement doit l’être. Quand nous disons qu’il faut respecter et célébrer la différence, il faut que dans ce domaine nous soyons intransigeants », a continué le patron de Publicis. Et il est clair aussi pour lui que les « turbulences » de notre monde, les « pressions » auxquelles celui-ci est soumis – crises économiques et terrorisme – doivent inciter à « s’accrocher » encore plus à de telles valeurs, surtout s’il s’agit de « valeurs universelles ».

Parmi les autres personnalités invitées à la rencontre, des personnalités politiques comme Kenneth W. Lowe, grand patron de la société américaine de média Scripps Networks Interactive (États-Unis), qui a beaucoup insisté sur “le rôle déterminant » des leaders politiques dans la diffusion de ces valeurs. Naguib Sawiris, président de Orascom Telecom (Égypte), face aux « comportements déviants », a proposé pour sa part une charte sur Facebook invitant les utilisateurs à bannir la pornographie et les jeux d’argent.

Publicité
Publicité