Aleteia

P. Madji Allawi : « Le jour où j’ai voulu donner un rein, on m’a diagnostiqué une maladie grave… »

© "Bonheur du Ciel" avec père Majdi Allawi / Facebook
© "Bonheur du Ciel" avec père Majdi Allawi / Facebook
Partager
Commenter

Guéri par l’intercession de saint Charbel.

Le père Majdi Allawi, un prêtre maronite qui aime le Christ plus que tout, fait partie de ces lanceurs d’alerte que Dieu a donnés à l’Église. Originaire d’une famille musulmane, il s’est converti au christianisme dans l’enfance, et depuis, ses actions parlent d’elles-mêmes. C’est un père pour les plus pauvres. Il a été guéri par l’intercession de saint Charbel alors qu’il souffrait de douleurs chroniques à l’estomac.

L’annonce de la maladie 

Ce prêtre, fondateur de l’association Bonheur du ciel qui vient en aide aux jeunes toxicomanes au Liban, s’est confié récemment à Aleteia : « Le premier jour du Carême 2014, j’ai souhaité donner un de mes reins pour qu’une personne en attente de greffe puisse en bénéficier. Mais des examens médicaux ont alors révélé un problème à l’estomac dû à un virus très sévère. Pendant 6 mois et 21 jours, j’ai alors été transféré d’un hôpital à l’autre. J’étais très affaibli et les médecins ont décrété que j’avais besoin d’intestins artificiels pour soutenir mon système digestif qui était très altéré et ne fonctionnait presque plus. Je ne mangeais plus rien d’autre que la Sainte Communion.

Des amis en Australie ont commencé à récolter de l’argent pour que je puisse me faire opérer. Début août 2014, j’ai été hospitalisé pour une grave inflammation, de la fièvre et de vives douleurs. J’étais très mal en point et ma famille a été navrée d’apprendre que je ne pourrais finalement pas être opéré. Mon fils de 10 ans, prénommé Christ, s’est alors rendu sur la tombe de saint Charbel à Annaya et a prié pour moi. Il a dit au saint : « Tu viens en aide à tout le monde. Je veux que tu aides mon père. » Il m’a alors apporté une ceinture que j’ai placée autour de mon ventre. Mon fils était sûr que j’allais guérir.

Guéri par l’intercession de saint Charbel 

Le 5 août, veille de la fête de la Transfiguration, je suis sorti de l’hôpital car je souhaitais assister à la messe. Je suis revenu le soir pour subir de nouveaux examens. Les résultats annoncèrent que je me portais mieux, que l’inflammation diminuait mais que je ne pouvais toujours pas manger. J’avais pour habitude de ne retirer la ceinture que pour aller me laver. Le 15 août, jour de l’Assomption de la Vierge Marie, j’ai remarqué que la ceinture s’était détachée d’elle-même. J’ai vu cela comme un signe de la Vierge et de saint Charbel. J’ai demandé à ce qu’on m’apporte de la nourriture, et pour la première fois en plusieurs mois, j’ai pu manger sans douleurs et sans que cela ne me fasse vomir. Nous nous sommes rendus à Annaya dès le lendemain et j’ai remis les rapports médicaux signés par le Dr. Marwan Abou Jaoude au père Louis Matar qui est en charge du registre des miracles attribués à saint Charbel.

Le père Alawi affirme qu’il a recouvré la santé. Il entame ses journées à 6h du matin en diffusant un message de joie et de paix au sein des institutions qu’il a fondées, et il déclare : « Je suis prêt à me rendre là où le Seigneur me demande d’aller. Je me rends souvent en Syrie et en Iraq pour apporter une aide à ma mesure ».

Il conclut : « Le 15 août 1981, je suis né pour la première fois dans l’Esprit en tant que chrétien, c’était le jour de mon baptême. Le 15 août 2014, je suis né à nouveau, par le don de la guérison que Saint Charbel m’a accordée ».

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]