Histoire

Le jour où un architecte d’église se moqua du diable

À l’entrée de la cathédrale de Munich, une étrange empreinte renferme une légende.

Le jour où un architecte d’église se moqua du diable

© Wikimedia Commons

À l’entrée de la nef de la cathédrale Notre-Dame de Munich, la Frauenkirche, on peut voir en un point précis une empreinte connue sous le nom « coup de pied du diable ». Toute une histoire entoure cette empreinte, dont le protagoniste n’est autre que l’architecte même de la cathédrale, Jörg Von Halsbach.

Un pacte avec le diable

Selon la légende, Halsbach fit un pacte avec le diable lorsqu’il reçut la commande de construction de la cathédrale de Munich : si ce dernier n’entravait pas son édification en causant des accidents qui viendraient à retarder l’achèvement des travaux, l’architecte construirait une cathédrale sans fenêtres. Sinon, Halsbach lui vendrait son âme. Bien entendu, le diable accepta l’accord volontiers, car construire une cathédrale sans fenêtre reviendrait à construire une voiture sans roues, dirons-nous.

Le diable trompé

Une fois la construction terminée, le diable se tint à l’entrée de la cathédrale et ne put voir aucune fenêtre : la baie vitrée du fond était recouverte d’un immense retable, et Halsbach avait agencé les colonnes intérieures de telle sorte que, depuis ce point, aucune fenêtre ne puisse être vue. Ainsi, Halsbach fut en mesure d’achever la cathédrale en tout juste 20 ans, ce qui est exceptionnel lorsque l’on pense que la construction d’une cathédrale peut prendre jusqu’à plusieurs générations.

Le diable quitta donc le site, trompé et frustré, laissant derrière lui son empreinte à l’endroit depuis lequel on ne peut apercevoir aucune fenêtre.

Publicité
Publicité