Les Rendez-vous d'Aleteia

Pensez-vous être un bon père ?

Ce que nous disent les pères à propos de l’éducation.

Pensez-vous être un bon père ?

© Mathilde de Robien

Leur conception du rôle de père : parfois secondaire, mais toujours complémentaire

De par leurs emplois du temps parfois plus chargés que ceux des mères de famille, les pères passent, de manière générale, moins de temps avec leurs enfants, mais lorsqu’ils sont présents, les papas du XXIe siècle assurent ! Ils s’impliquent dans les tâches quotidiennes qu’exigent les enfants (habillage, bain, repas…) mais également dans les activités qui font découvrir d’autres horizons à leur progéniture (sport, balades, musées…).

Leur rôle est complémentaire de celui de la mère : R. témoigne qu’il porte à son enfant un amour peut-être moins viscéral, moins sentimental, que celui de sa femme. Sans doute est-ce la raison pour laquelle un père sera plus à même de faire preuve de sévérité et d’autorité si nécessaire, et de poser des limites.

Par le sport, un père transmet à son enfant le dépassement de soi, et le goût du risque… pas toujours au goût des mères, et pourtant nécessaire pour le développement de l’enfant !

Leur ressenti sur la paternité

Pour certains, une  naissance est un grand chamboulement ; pour d’autres non. Chez les premiers, c’est d’abord le couple qui est bousculé. L’homme et la femme passent moins de temps ensemble, et la mère est parfois accaparée par le petit être qui vient de naître et est moins attentive à son mari. Cependant, et ce sont les pères interrogés qui le disent*, le couple se reforme sur une nouvelle solidarité. Chacun est appelé à aimer davantage son conjoint. Pierre, père de 2 enfants et bientôt 3, affirme : « Se lever la nuit pour un enfant, c’est aussi une manière d’aimer l’autre. » La parentalité apporte également des joies, auparavant inconnues, à partager en tant que couple, et fait prendre conscience de l’importance de « travailler » à être un couple uni, dit un autre papa.

Autre bouleversement lié à la paternité : la prise de conscience qu’une vie leur est confiée. Cette nouvelle responsabilité déplace les priorités que certains pères s’étaient dessinés, et peut faire éclore certaines angoisses : la difficulté de protéger son enfant, l’incapacité de lui apporter tout ce dont il a besoin pour grandir, tant au niveau spirituel que matériel, la maladie, les accidents.

Fort heureusement, la paternité leur apporte aussi son lot de grandes joies : les rires, les sourires, les premiers mots, les embrassades après une absence… Voir leurs enfants devenir autonomes, heureux de vivre et de découvrir le monde. Leur fierté au bureau lorsqu’ils parlent de leurs enfants à leurs collègues.

L’héritage des pères

Voilà ce que les pères de famille souhaitent transmettre à leurs enfants : des valeurs, telles que la vertu, la bonté, l’ouverture aux autres ; un cadre structuré ; l’aptitude à faire des choix responsables et à devenir autonome ; la capacité de vivre en chrétien ; la joie de vivre, d’apprendre et d’aimer.

Les conseils des pères à un futur papa

  • Aimer sa femme.
  • Consolider son couple.
  • Être sûr de vouloir devenir père, et ne pas le devenir uniquement pour rendre sa femme heureuse.
  • Passer des moments simples mais de qualité avec ses enfants.
  • Être attentif à ses enfants : s’intéresser à leur développement, leur scolarité, et être présents lorsqu’ils ont besoin de nous.
  • Savoir prendre du recul par rapport aux schémas d’éducation reçus.

Un grand merci à tous les pères qui ont répondu à mes questions, et sans lesquels j’aurais été bien incapable de rédiger cet article !

*Pour rédiger cet article, j’ai recueilli une vingtaine de témoignages de pères, en grande majorité âgés de 30 à 41 ans.

Publicité
Publicité