Best of Aleteia

La vie miraculeuse de Gianna, petite fille embrassée par le Pape

Ce bébé a bravé la tempête et vient de fêter ses 2 ans.

La vie miraculeuse de Gianna, petite fille embrassée par le Pape

Gianna Masciantonio en 2014 © Melissa Layton Photography

Une année a passé depuis la visite historique du pape François à Philadelphie (États-Unis). Certains se rappelleront peut-être de ce moment fugace et émouvant où le pape François a embrassé un bébé sur le front et l’a béni d’un signe de croix. Cette image emblématique et spontanée a fait la une des journaux sous le titre de : « Miracle de Market Street ». Nous ne le savions pas alors, mais ce n’était pas le seul miracle accordé à la petite Gianna Grace Masciantonio. Le plus grand d’entre eux ? Elle est en vie.

Jusqu’à ce baiser posé sur son petit front bombé, Gianna s’était battue un an pour survivre. Quatre semaines après sa naissance, des analyses avaient révélé une grave tumeur du cerveau. Une condition si sérieuse que les docteurs avaient avoué à ses parents, Kristen et Joey, que sa survie à l’accouchement était déjà extraordinaire.

La nouvelle était d’autant plus choquante qu’en apparence, Gianna était une petite fille en bonne santé, hormis sa perte de l’audition. Plus tard, les docteurs ont découvert que ce n’était pas un cancer, mais une maladie du sang appelée xanthogranulome juvénile (JXG). Néanmoins, le pronostic était défavorable : la tumeur cérébrale attaquait son système nerveux.

Gianna et sa mère, Kristen Masciantonio © Kristen Masciantonio
Gianna et sa mère, Kristen Masciantonio © Kristen Masciantonio

La condition de Gianna est critique et très rare : il y a seulement quelques cas répertoriés dans le monde. L’incrédulité initiale de Kristen et Joey s’est transformée en lente agonie. Kristen se souvient que, juste après le diagnostic, elle avait si peur qu’elle ne pouvait que prier, s’endormant tous les soirs en tenant dans la main un chapelet. Même ses amis proches n’arrivaient plus à la joindre : elle ne trouvait de réconfort qu’auprès de sa famille et dans la prière.

Les jours se sont transformés en mois, et Gianna a continué a déconcerter les experts. Ils annonçaient qu’elle ne pourrait jamais se nourrir, elle y parvient. Elle ne pourrait jamais entendre ? Après trois mois de chimiothérapie, elle babillait et peut aujourd’hui appeler ses parents et son frère par leur prénom. Elle sait même demander de la crème glacée (et l’obtenir) !

Puis les mois se sont transformés en une année mais à chaque instant demeurait la peur que le pire vienne à se produire. Joey grimace en repensant à la peur quotidienne de ne pas savoir si elle serait en vie le lendemain.

Rencontre avec le pape

Gianna vient de fêter ses deux ans. En repensant à la bénédiction du pape, ses parents sont partagés entre le rire et l’admiration. Joey se rappelle la réticence de sa femme à aller à Philadelphie, tant l’espoir d’entrevoir le Saint-Père était mince. Puis le grand jour est arrivé : ils étaient toujours indécis, quand un ami proche les a appelés avec une surprise. Il avait un ami au sein du FBI, qui travaillait à Philadelphie ce jour-là, et qui s’offrait de les amener le plus près possible de la procession.

Par mesure de précaution, Joey a appelé le docteur de Gianna, s’attendant à un refus catégorique à l’idée d’emmener la petite dans la foule. Mais celui-ci a répondu : « Lancez-vous ! ». Et ils y sont allés.

Un vrai miracle sous les yeux du monde entier ?

Avec Dominic, le frère de Gianna, sur les épaules de son père et Gianna dans les bras de sa mère, la famille a rejoint l’agent du FBI. Quand la papamobile est arrivée, tout le monde autour de Kristen et Joey a crié : « Saint-Père ! Saint-Père ! » pour attirer l’attention du Pape sur la petite Gianna. Joey a élevé sa fille au-dessus de la foule, et Kristen a tendu un morceau de papier, sur lequel elle avait écrit un message au souverain pontife, lui demandant de prier pour Gianna. Soudain, la papamobile s’est arrêtée et le pape François a regardé Joey droit dans les yeux. Il se rappelle : « Il m’a souri ! ».

Septembre 2015 - Philadelphie - Le pape François embrasse Gianna sur le front © Kristen Masciantonio
Septembre 2015 - Philadelphie - Le pape François embrasse Gianna sur le front © Kristen Masciantonio

Deux mois après le baiser du pape, les résultats de l’IRM trimestrielle de Gianna étaient stupéfiants. La tumeur avait considérablement rétréci : il restait seulement des kystes dus aux précédents traitements. Kristen, Joey et leurs docteurs étaient fous de joie. Kristen témoigne : « Nous avons vu Gianna mourir durant la première année de sa vie mais désormais, elle revient à la vie ».

Selon Kristen et Joey, le pape François est un messager béni du Ciel. Kristen confie : « La vie de Gianna est un miracle. Le baiser du pape François est la manière du Christ de nous montrer qu’Il nous a accompagnés et qu’Il a entendu nos prières ».

Chaque jour est une nouvelle épreuve de foi

Gianna a enduré dix heures de chirurgie cérébrale, quinze mois de chimiothérapie, et sept shunts (opérations permettant le passage du sang et des fluides corporels). Il faut ajouter à cela qu’après la chimio, Gianna est généralement hospitalisée pendant une semaine à cause de la fièvre et de faibles niveaux sanguins. Même avec le grand soutien et la profonde tendresse de leur famille, certaines périodes ont été très durs pour Kristen et Joey. Mais ils essayent de se concentrer sur les bénédictions qu’ils reçoivent : chaque jour passé avec Gianna et Dominic est un miracle. Ils ont fondé une association caritative, For the Love of Grace, pour aider les familles qui ont des enfants atteints d’une grave maladie.

Malgré toutes ces raisons de se réjouir, Gianna a encore un long chemin à parcourir. Kristen témoigne : « Nous prenons la vie heure après heure, jour après jour, mois après mois. Ce n’est pas facile, la peur nous paralyse parfois. Dans ces moments-là, nous prions et nous nous offrons à Dieu ».

Publicité
Publicité