Aleteia

Retour sur les JMJ. « La musique est un très bon moyen pour amener au Christ »

© HOPEN
Partager
Commenter

Les quatre frères Auclair, membres du groupe Hopen, se sont produits sur la scène internationale Hallelujah de Łodz, au centre de Cracovie.

Aleteia : Après avoir participé en tant que jeunes pèlerins aux JMJ de Madrid, c’est en tant qu’Hopen que vous vous produisez sur les scènes d’Hallelujah et de Krakow Beach cette année. Quelles étaient vos motivations pour prendre part à cette grande fête ?
Armand : Avant tout, prendre conscience que nous ne sommes pas seuls et que, partout dans le monde, de nombreux jeunes ont aussi la foi ! Plus de 2 millions de personnes sont attendues lors de la messe finale, avec une majorité de jeunes de 16 à 30 ans : l’Église d’aujourd’hui et de demain est représentée ici en Pologne.

Camille : Et nous n’oublions pas pour qui nous nous rassemblons : Dieu. Car « quand deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis là, au milieu d’eux » (Mt 18, 20).

Comment vous retrouvez-vous dans le message de miséricorde du Pape qui est aussi le thème de ces JMJ polonaises ?
Armand : François aurait aussi pu choisir la joie ou la paix mais tout cela est regroupé dans la miséricorde. La miséricorde amène à la paix, à l’amour, à la bienveillance. La miséricorde c’est ce qui est révélé dans la Bible.

Il y a un an, vous rencontriez le Saint-Père au Vatican. François est un Pape qui veut faire bouger les choses, qui touche les jeunes… À quoi êtes-vous le plus sensibles chez lui ?
Armand : Nous l’avons rencontré il y a un an avec nos amis de Glorious pendant une heure. C’était un moment incroyable !

Antoine : Je pense que l’on parle autant du pape François parce que l’on est émus par son humanité et sa simplicité. Il touche le cœur des gens par le message du Christ et c’est cette simplicité du discours qui fait sa force.

Votre nouvel album MERCI est sorti cet été, pouvez-vous nous le présenter ?
Armand : Les premiers retours que nous avons déjà sont très positifs, ce qui nous rend heureux bien entendu ! Nous sommes allés plus loin que dans le premier album. Aujourd’hui, la musique est très diversifiée et avec mes frères nous avons la chance de ne pas tous écouter la même musique, ce qui donne de ce fait des inspirations très différentes. Le cocktail musical final donne donc des chansons un peu atypiques comme « Laissons-nous danser » qui fait penser au style du chanteur jamaïcain Omi.

Camille : Nous avons essayé d’accentuer notre univers musical. Nous sommes conscients du rôle important du deuxième album, celui qui vient confirmer ce que l’on a pu faire avec le premier. Nous avons conservé le côté louange tout en essayant de moderniser au maximum notre univers musical avec de nouveaux sons pour danser et bouger mais aussi quelques chants plus calmes pour créer une atmosphère de prière.

Quel est le but ultime que vous poursuivez avec Hopen ?
Armand : Tout simplement d’amener les gens à Jésus Christ !

Camille : C’est notre principal but : amener à la rencontre du Christ et nous nous rendons compte que la musique est un très bon moyen pour toucher les cœurs. Nous souhaitons témoigner de notre foi par notre musique.

Antoine : Le mot « évangélisation » est très connoté de nos jours mais à l’origine cela signifiait « porter le message du Christ ». Nous voulons dire aux gens que oui c’est bien de vivre de belles messes, de beaux temps de louange avec Hopen, mais après il faut aussi vivre notre foi en dehors et propager cette joie qui nous habite tous.

Armand : L’objectif n’est pas non plus de ne prier qu’avec Hopen mais de vivre une foi libérée et pleine de joie.

Les JMJ sont un beau lieu de rencontres. Quelles sont les rencontres qui vous ont le plus marqués dans vos vies respectives ?
Armand : Il y a trois rencontres dans ma vie. La première : Jésus Christ, parce que cette rencontre a été pour moi physique et concrète. La deuxième : Glorious, car ce sont eux qui nous ont lancés dans le monde de la louange et qui nous ont encouragés dans ce que nous faisons actuellement. Et la dernière : le pape François, car c’est lui qui nous a rappelé de faire confiance à Dieu et c’est grâce à ses paroles que nous sommes là aujourd’hui et que nous nous impliquons entièrement dans Hopen aujourd’hui.

Camille : Je dirais simplement ma femme, avec qui je suis désormais marié.

Antoine : Je vais dire comme mes frères.

Armand : C’est ma naissance sa plus belle rencontre, elle a changé sa vie ! (rires)

Propos recueillis en Pologne par Joseph Magdelaine

Retrouvez Hopen sur Facebook et sur leur site Internet (et vous pouvez acheter leur nouvel album MERCI en ligne).

Partager
Commenter
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]