Aleteia

Le boom du mariage vintage

Les mariages vintage connaissent un essor fulgurant en France. © Philippe Stephenson
Les mariages vintage connaissent un essor fulgurant en France. © Philippe Stephenson
Partager
Commenter

Un mariage comme celui des (grands) parents ? Pourquoi pas !

Pour célébrer leur union, les couples exigent aujourd’hui une ambiance personnalisée dans les moindres détails : lignes pures, matériaux nobles, esprit rétro-chic. Le mariage vintage fait son boom. Des chaises Giverny aux couverts et verres chinés en passant par une myriade d’assiettes anciennes, le moindre accessoire se loue via de nouveaux sites, inspirés par la tradition américaine du « Vintage Rental » (« location d’objets vintage », en français). Et on y chine tout ce qui donnera une allure délicieusement surannée à ce grand jour de sacrement. Les promis eux-mêmes – toujours plus enclins à personnaliser le jour de leurs noces – trouveront leur bonheur grâce aux packages « spécial Messieurs », proposant canapés et caves à liqueur Napoléon III, comptoirs en bois massif années 40 ou guéridons en acajou. De quoi se réunir entre gentlemen, avant d’aller dîner sur des tables patinées, à la lueur de chandeliers en étain.

Les gentlemen se réunissent dans un univers feutré où se mêlent canapés et meubles en bois massif © Carole J Photographie

Concept made in USA

La tendance s’esquisse en 2014, quand Valérie de Taillac lance son site French Antique Wedding, qui propose à la location plus de 300 objets chinés uniques et poétiques. « Pour mon mariage, je ne trouvais pas de pièces qui avaient une âme. On découvrait ce nouvel esprit vintage sur tous les blogs, mais pas chez les prestataires. Aux États-Unis, le Vintage Rental est pourtant une tradition vieille de dix ans ! », raconte Valérie. Elle qui rêvait de lustres suspendus aux arbres, de candélabres en laiton, d’un piano à queue et de tables en bois brut, a dû pour le coup tout acheter, mais aussi tout revendre faute de place. Ainsi lui vient l’idée d’importer le concept du Vintage Rental, économique, inspirant, et pratique. Bientôt suivie par de nombreuses marques, son entreprise séduit car il ne s’agit plus de tout miser sur le repas de noces comme auparavant. Les amoureux veulent avant tout que leur mariage reflète leur alliance, qu’il symbolise visuellement leurs sentiments et leur engagement.

Une volonté d’appropriation

Un engouement qui s’explique par le fait que l’on s’engage plus tardivement, et qu’on finance de plus en plus souvent son mariage soi-même. Et pour se l’approprier, les couples souhaitent un univers à leur image, qui leur ressemble jusque dans les assiettes savamment dépareillées. Au placard le chandelier kitsh sans charme et sans âme loué à prix d’or par les géants du mariage. Pour cela aussi, le Vintage Rental fait de plus en plus d’adeptes : ne nécessitant pas d’espace de stockage, plus économique, le concept offre en prime une sélection éclectique qui ne ressemble à aucune autre. Bien plus qu’une tendance, c’est un véritable art de vivre loin du consumérisme, pour les personnes attachées aux belles pièces recelant une histoire, un passé, et qui désirent donner un aspect unique à leur réception. « Les pièces antiques ne sont pas une simple mode, c’est intemporel. Vintage veut dire ancien, pas bobo ou années rétro comme on l’entend souvent ! Le désir d’authenticité n’est pas une tendance, et encore moins un caprice », souligne Valérie de Taillac.

Et même la tenue de la mariée s’accorde au charme discret de l’ancien : de la robe années folles en dentelle de Calais et crêpe de soie que l’on se fait tailler sur-mesure, à la couronne de fleurs ou au voile brodé main, le jour J prend des allures de Downton Abbey.

Où trouver sa vaisselle vintage ?

Marine et Jérémy, chineurs passionnés, écument toutes les brocantes. Ils y dégotent de leur œil expert les plus belles gammes d’assiettes fleuries, de services en argent, ou de carafes et vases en cristal. Le must ? Mixer les styles. La tendance est au dépareillé.

Charlette & Juliotte

Mariage début de siècle ou mariage Pop ? Chez Charlette & Juliotte, vous trouverez de la vaisselle des années 1900 à 1960. Sucriers ou bonbonnières, coupes et flûtes en cristal, plats en porcelaine, pots à lait… l’offre est pléthorique.

Où trouver son mobilier vintage ?

Pionnier dans la location de mobilier vintage, French Antique Weeding, même s’il a fait des petits, reste la référence. Et ne se contente pas de dénicher les pièces les plus authentiques, mais propose aussi différentes prestations pour ceux en panne d’inspiration. Des suggestions personnalisées, des conseils pour assortir les objets, en passant par la décoration florale de la cérémonie, du buffet ou du bouquet de la mariée, Valérie s’occupe de tout.

De son côté, avec Ô Bonheur des Dames, Anaïs sélectionne soigneusement une foultitude de meubles anciens, de caisses et vieilles valises, de luminaires, chevalets et miroirs des plus délicats à disposer ça et là dans la salle de réception. Une mine pour tous ceux qui aiment l’esprit brocante mais que l’idée de devoir y piétiner rebute…

Et la robe ?

Pour une création sur-mesure, les fiancées et leurs mamans prendront rendez-vous avec Élise Hameau, l’une des créatrices les plus en vogue du moment. Avec son équipe, elle saura très vite les conseiller sur un modèle selon leur morphologie, tout en conservant le style rétro romantique qui a fait la renommée de la marque.

Osez la robe vintage !

De vraies robes d’époque, dont beaucoup datent des années 50, qui raviront les adeptes de la crinoline en tulle et du satin ivoire. Un véritable saut dans le temps, qui nous transporte loin des robes fluides et légères vues et revues ces dernières années. Un retour dans le temps pour un jour mémorable, ça se fête, non ?

 

Partager
Commenter
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]