Aleteia

6 bonnes raisons de renoncer à la viande tous les vendredis de l’année

Partager
Commenter

Optez pour le poisson le vendredi, votre semaine n’en sera que plus belle.

Chaque Vendredi Saint (et mercredi des cendres), les catholiques sont invités à observer une journée de « jeûne et d’abstinence ». Abstinence en référence au fait de ne pas consommer de viande, et jeûne car « l’on peut prendre un repas complet, ainsi que deux repas frugaux mais qui n’équivalent pas à un repas complet ».

Que de règles ! Le problème est qu’une fois le cadre posé, les questions ne tardent pas à fuser : « Pourquoi se priver de viande ? Je n’en suis pas friand de toute façon, je préfère les pâtes. Devrais-je donc plutôt renoncer à mon plat préféré ? Qu’en est-il de ces personnes qui, chaque vendredi du Carême, dînent avec faste au restaurant, plateau de fruits de mer à la clé ? C’est de la triche, non ? ». Non, c’est une façon d’observer les règles, mais avec rébellion, dirons-nous.

6 bonnes raisons d’observer les jours de jeûne requis par l’Église

  • Se priver de viande les jours de jeûne, c’est l’occasion d’organiser des temps de vie ensemble, en organisant une soirée bol de riz à la paroisse ou chez ses amis. Mais c’est également une façon pour les catholiques de se tendre la main et d’être unis dans une démarche universelle de protestation pacifique.
  • Certes, renoncer à la viande n’est pas nécessairement un sacrifice pour tout un chacun. En fait, il s’agit plus d’une occasion de prendre un temps de réflexion sur sa propre foi. Quel que soit l’effort, petit ou grand, on renforce sa foi.
  • Une fois cette étape dépassée, l’esprit libéré, il devient possible de se concentrer pleinement sur ce qui compte réellement, en faisant preuve de plus de patience à l’égard de son entourage, par exemple.
  • Cette privation, c’est aussi l’occasion de prier plus, de se rapprocher de Dieu : se nourrir des Écritures sacrées, et de la prière.
  • Ce petit sacrifice doit également être pour nous un rappel du troisième volet du Carême : l’aumône. Pourquoi ne pas envoyer un chèque à une association caritative avec les économies ainsi réalisées ?
  • La viande est un aliment qui, par définition, est fait de chair. C’est donc un symbole de notre matérialisme, de notre nature charnelle. Saint Paul utilise ce terme de « chair » pour nous rappeler nos appétits les plus bas. Renoncer à la chair de la viande nous renvoie au besoin de renoncer à tous les péchés de la chair. Ce faisant, nous élevons notre esprit et l’éloignons des basses choses de ce monde.

Appel à l’introspection

Ce dernier point est de la plus haute importance. Du fait du symbole que représente la viande, il nous incombe d’utiliser cette privation pour remettre en question notre attachement aux possessions matérielles. C’est une invitation à vivre plus simplement : plus vite nous décidons que nous avons assez, plus vite nous aurons assez en notre possession.

Ces règles catholiques appliquées au jeûne ne sont pas une fin en soi, mais un véritable appel à l’introspection.

Donc : renoncez à la viande le Vendredi Saint (je dirais même tous les vendredis), mais ne le faites pas aveuglément. Suivez cette règle en ouvrant votre cœur et votre esprit afin d’en profiter pleinement.

Le père Dwight Longnecker fut pasteur évangélique, puis anglican, et il est aujourd’hui prêtre catholique. Vous retrouverez ses ouvrages sur son site internet dwightlongenecker.com

Partager
Commenter
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]