Aleteia

Profession : missionnaire de la Miséricorde

Le père Patrice Gourrier © YouTube
Partager
Commenter

Le père Patrice Gourrier, célèbre pour ses apparitions dans les grandes gueules de RMC, est l’un des 1 147 prêtres nommés missionnaires de la Miséricorde par le pape François.

Lorsqu’en avril 2015, la bulle d’indiction Misericordiae Vultus planifiant l’année jubilaire de la Miséricorde était dévoilée, elle prévoyait la nomination de 700 missionnaires de la Miséricorde. Mais manifestement, le Saint Siège avait sous-estimé les candidatures spontanées qui lui parviendraient de prêtres du monde entier. Parmi eux, le père Patrice Gourrier, qui a été retenu, et s’est rendu à Rome pour l’envoi en mission par le pape François le mercredi des Cendres.

L’envoi en mission par le pape François

Le père Patrice Gourrier, se souvient des paroles du Pape, demandant aux futurs missionnaires de la Miséricorde de « montrer aux fidèles la maternité de l’Église et d’être un père au confessionnal ». Il a même ajouté : « Si vous ne pouvez pas le faire, partez faire autre chose ! ». Les prêtres présents lors de la cérémonie se sont vu remettre une lettre de délégation, leur permettant de donner le pardon aux péchés qui sont ordinairement réservés au seul Saint-Siège, à savoir notamment les profanations d’hosties ou la trahison du secret de confession. Le père Gourrier en a profité pour glisser une question au pape François : « Dans cette mission, nous serons confrontés à Satan, que faire contre lui ? ».

« Que faire contre Satan ? »

Et le pape François a répondu qu’il fallait prendre exemple sur le Padre Pio : prier Marie le plus souvent possible. Patrice Gourrier assure qu’il était conscient que son ministère attaquait frontalement le Mauvais, mais il ne pensait pas qu’il se manifesterait avec autant d’évidence… « Je voyais ma lettre de délégation comme un pouvoir symbolique, dont je n’aurais pas un usage concret, se souvient-il. Pourtant, il ne s’est pas passé huit jours avant qu’une personne ne vienne me voir pour se confesser d’avoir participé à une messe noire, au cours de laquelle une hostie avait été profanée ! » Le prêtre avait fait connaître son statut de missionnaire de la Miséricorde auprès des médias et constate que cette personne l’a connu grâce à un journal télévisé sur France 3. Il se dit très ému par cette confession, qui témoigne de l’universalité du pardon de Dieu, mais aussi de la prégnance de manifestations du diable que l’on relèguerait volontiers à d’autres siècles.

Qui se souvient de la prière à saint Michel ?

Avant ou après chaque messe, le père Gourrier récite la prière à l’archange saint Michel : « Saint Michel Archange, défendez-nous dans le combat, soyez notre secours contre la malice et les embûches du démon. (…) » Et s’étonne de voir que cette pratique, demandée à tout prêtre depuis le pape Léon XIII, ne lui ai jamais été enseignée, ni au séminaire ni lors de ses études de théologie.

Une future ex-Grande gueule

Malgré ses mouvements d’humeur, on ne pourra bientôt plus appeler le père Gourrier une « Grande Gueule ». Après plus de dix ans de présence radiophonique, il participera à sa dernière émission le 17 mars sur RMC. « Espérons qu’après avoir été une Grande gueule, je serai un grand cœur », conclut-il.

Partager
Commenter
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]