Technologies

Contribuer sur Wikipédia, un effort de Carême ?

Chacun peut contribuer à l'enrichissement de l'encyclopédie participative. Et c'est valable pour les catholiques.

Il y a quelques mois, un article du quotidien La Croix reprochait à une chaîne de supermarchés d’avoir omis toute mention du caractère chrétien de l’Épiphanie sur les affichettes accompagnant les galettes des rois. Et le journaliste d’expliquer que les magasins en question s’étaient largement inspirés de Wikipédia pour écrire leur communication, alors que d’autres sources, confessionnelles, étaient beaucoup plus prolixes sur la question.

Seulement 20 000 contributeurs actifs sur les 2,5 millions enregistrés sur l’édition francophone

C’est une vision souvent rencontrée au sujet de Wikipédia : des remarques très critiques notamment sur l’orientation de quelques articles. Pourtant, son premier principe fondateur est qu’il s’agit d’une encyclopédie participative. Ainsi, chacun peut, à condition de respecter certaines règles, notamment la neutralité, contribuer à son enrichissement. Et c’est grâce à cette communauté participative qu’est alimenté l’un des sites les plus consultés au monde. Ainsi, près de 2,5 millions d’utilisateurs sont inscrits sur la version francophone de l’encyclopédie pour l’enrichir. Mais on compte seulement moins de 20 000 contributeurs actifs, c’est-à-dire qui ont fait au moins une modification dans les trois derniers mois… Il faut donc participer, contribuer enrichir ce projet surtout si, comme beaucoup d’internautes (9,5 millions tous les mois), on l’utilise régulièrement. Si on refuse d’y participer, il faut, à tout le moins, ne pas se plaindre que son point de vue ne soit pas représenté dans l’encyclopédie. Et c’est d’ailleurs le sens des bandeaux présents sur quelques articles dans Wikipédia : plus que des avertissements, il s’agit bien d’appel aux contributeurs pour corriger l’article.

Sans titre 2

Sur ce point, j’invite les catholiques, parfois plus portés à la complainte qu’à l’action à enrichir Wikipédia. « N’ayez pas peur d’évangéliser le continent numérique ! », pour paraphraser saint Jean Paul II et Benoît XVI. Ce pourrait être un bel effort de Carême d’être plus présent sur Wikipédia (et moins sur Facebook !).

Il faut donc contribuer certes… mais pas n’importe comment. Wikipédia compte cinq principes fondateurs (Wikipédia est une encyclopédie ; neutralité de point de vue ; respect du droit d’auteur ; savoir-vivre ; interprétation créative des règles) qu’il convient de respecter, sous peine d’être sanctionné par la communauté. Il y a quelques mois, une adresse IP identifiée comme attribuée au Ministère de l’intérieur a été bloquée en écriture sur Wikipédia pour « vandalismes, attitude non-collaborative, passages en force, pistage des contributions, ne tient pas compte de l’avis de ses contradicteurs » pour une durée d’un an. Cette adresse avait pourtant cumulé plus de 5 000 modifications dans l’encyclopédie participative depuis 2008 et déjà été bloquée un dizaine de fois entre trois jours et un mois ces huit dernières années. Si la presse a relayé cette nouvelle, elle passe sous silence les très nombreux blocages (plusieurs centaines par jours) effectués régulièrement par la communauté, interdisant à des entreprises, institutions, écoles ou universités de modifier l’encyclopédie, le plus souvent à cause d’actions de vandalisme effectuées depuis leur adresse.

Des écoles, collèges ou universités bannis de toute modification

Dans la plupart des cas, il ne s’agit pas d’une volonté de la personne morale qui fournit la connexion Internet, mais bien plus d’actions isolées de personnes physiques qui l’utilisent. Ainsi les étudiants d’une école ou université, les salariés d’une entreprise, vont, par leurs actions contraires aux principes de Wikipédia, priver l’ensemble des personnes utilisant la même connexion qu’eux, de modifier l’encyclopédie… C’est la cas de plusieurs écoles, collège ou universités dont l’adresse IP est bannie sur Wikipédia.

Sans titre

Ainsi, près de 200 adresses IP liées au ministère de l’Éducation nationale sont blacklistées de Wikipédia : l’Académie de Grenoble compte 34 adresses IP bloquées, celle d’Orléans Tours et le Rectorat de l’Académie de Toulouse comptent 30 adresses IP bloquées chacun. Le ministère de l’Éducation nationale lui-même cumule 22 adresses IP bloquées et le rectorat de Bordeaux 21 …

Il est donc nécessaire de se former au bon usage de Wikipédia, afin que de plus en plus de personnes, à commencer par les étudiants, participent à ce projet encyclopédique. C’est dans ce sens que Troover-InMédiatic, une agence spécialisée dans la veille, l’intelligence économique et l’influence sur Internet, organise à l’occasion du prochain Mois de la contribution francophone sur Wikipédia, trois séances de formation gratuites pour les publics étudiants, en partenariat avec l’École de guerre économique, principale formation française en intelligence économique.