Pape François

Pape François : « La foi, le plus bel héritage à laisser à ses enfants »

Le Souverain Pontife a baptisé 26 bébés dans la chapelle Sixtine dimanche dernier. Il a rappelé aux parents que "la foi se transmet de génération en génération, comme une chaîne, à travers les âges".

This handout picture taken and released on January 10, 2016 by the Vatican press office shows a woman holding a baby as the Pope delivers a speech during a baptizing ceremony in the Sistine Chapel at the Vatican,, on January 10, 2016. / AFP / OSSERVATORE ROMANO / STRINGER

L'un des 26 enfants baptisés par le pape François dans la chapelle Sixtine le 10 janvier 2016 au Vatican © STRINGER / OSSERVATORE ROMANO / AFP

Le pape François a baptisé, ce dimanche 10 janvier, jour du baptême du Seigneur, 26 bébés dans la chapelle Sixtine, au Vatican. La foi est « le plus bel héritage » que les parents puissent transmettre à leurs enfants, a-t-il déclaré aux parents. « En ce grand jour pour vous, je vous souhaite d’élever vos enfants dans cette optique (…) veillez sur la foi de vos enfants, pour qu’elle ne se perde pas, qu’elle murisse et soit laissée en héritage ».

La foi en héritage

Au cours de la messe, le Pape a baptisé 13 petits garçons et 13 petites filles, rappelant à leurs parents qu’ils ne doivent pas oublier l’engagement qu’ils prennent en les faisant baptiser : « La foi. Je veux pour mon enfant la foi », ont clamé les parents au Pape, au début de la cérémonie. Car, c’est ainsi, a-t-il expliqué dans sa brève homélie, que « la foi se transmet de génération en génération, comme une chaîne, à travers les âges ». Et, dans quelques années, ces petits garçons et petites filles « seront à votre place avec un autre enfant – vos petits enfants – et ils demanderont la même chose : la foi. La foi que nous donne le baptême, cette foi que l’Esprit Saint aujourd’hui pose dans le cœur, dans la vie de vos enfants ».

Allaitement en public

Et puis, comme il l’a fait l’année dernière, et à chaque fois qu’il en a l’occasion, c’est-à-dire lorsqu’il se retrouve en présence de nourrissons, le Pape a conclu par une invitation aux jeunes mamans d’allaiter leurs enfants « en toute liberté ». L’année dernière, dans les mêmes circonstances, ils leur avait dit : « S’ils ont faim, jeunes mamans, nourrissez-les, sans hésiter. Parce que ce sont eux les plus importants ici ». Oui, pour le pape François, quoi qu’en disent les crispés ou les réfractaires qui empêchent les femmes de nourrir leur enfant sereinement ou confortablement, pas question de faire attendre un enfant qui a faim… même en public ! « Il y a tellement d’enfants qui pleurent parce qu’ils ont faim », dit-il à chaque fois.

Lors son premier Noël, en décembre 2013, dans un entretien à Andrea Tornielli pour Vatican Insider, il avait parlé de la souffrance des enfants dans le monde et de leurs pleurs quand ils ont faim, en racontant une petite anecdote :

L’autre jour, il y avait une mère et son enfant de quelques mois de l’autre côté des barrières. L’enfant pleurait vraiment beaucoup quand je suis passé. La mère le câlinait. Je lui ai dit :
 « Madame, je pense que l’enfant a faim ».
 « Oui, il est probablement temps », a-t-elle affirmé. 
 »S’il vous plaît, donnez-lui quelque chose à manger », lui ai-je répondu. Elle était intimidée et ne voulait pas allaiter en public tandis que le Pape passait. 
J’aimerais dire la même chose à l’humanité : donnez aux gens de quoi manger ! Cette femme avait du lait à donner à son enfant comme nous avons assez de nourriture dans le monde pour tous nous nourrir.

Au sujet de l’allaitement en public, le Saint-Siège n’hésite pas à donner son avis favorable aux différentes tribunes des grandes organisations. « Il s’agit d’une excellente pratique, qui ne saurait en aucun cas être empêché même sur… un lieu de travail ! », avait dit Mgr Zimowski, devant l’Assemblée mondiale de la santé (mai 2014), à Genève.