News

La une de « Charlie Hebdo » suscite le malaise chez les catholiques

À quelques jours des commémorations des attentats contre le journal satirique, une représentation de Dieu coiffé d'un symbole chrétien vient heurter les sensibilités déjà mises à l'épreuve.

A worker of a printing house near Paris on January 4, 2016 holds a copy of the latest edition of the French Satirical magazine Charlie Hebdo bearing a headline which translates as "One year on: The assassin still at large" in an edition to mark the first anniversary of the terror attack which targetted the magazines offices in Paris on January 7, 2015.
One million copies of the special edition will go on sale in France on January 6, on the eve of the first anniversary of the killing of 12 people at the magazine's Paris offices by brothers Cherif and Said Kouachi.  / AFP / MARTIN BUREAU

MARTIN BUREAU / AFP

Quelques jours avant les commémorations des attentats du 7 janvier 2015, Charlie Hebdo a dévoilé la Une de son journal à paraître mercredi. On y découvre un personnage barbu qui n’est autre que Dieu, armé d’une kalachnikov, et affublé d’une robe tâchée de sang, ainsi que ce titre : « Un an après, l’assassin court toujours ». Un petit détail vient semer l’ambiguïté et froisser les âmes : un triangle encadrant un œil, symbole de la Très Sainte Trinité coiffe le personnage. Pour le père Cédric Burgun, 36 ans, vicaire de Saint-Nicolas-des-Champs (Paris, 3e), prêtre du diocèse de Metz et professeur à l’institut catholique de Paris, cette Une et l’éditorial de Riss, patron du journal, viennent raviver des tensions au moment où la société manque cruellement de cohésion.

« Cette une est une insulte »

« Il me semble que Charlie a franchi un cap en caricaturant Dieu », estime le prêtre diocésain. Selon lui cette représentation « constitue une accusation claire et formelle. En tant que chrétien, elle nous heurte d’autant plus que le symbole de la Trinité est représenté », s’indigne-t-il. Faudrait-il rappeler que « dans la foi chrétienne, Dieu a déjà été mis au ban des accusés ? » souligne le père Burgun, avant d’ajouter que cette caricature « évoque ce procès truqué que le Christ a subi ». L’homme d’Église confie même son désarroi face ce qui lui paraît être une véritable provocation : « Je n’arrive pas à comprendre. Avec les drames que la France a vécus, la société a plus que jamais besoin de paix et non pas que l’on jette de l’huile sur le feu. Cette Une est insultante. »

Le dessinateur Riss, grièvement blessé le jour de l’attentat dans les bureaux de la rédaction, signe aussi un éditorial fulminant pour défendre sa conception de la laïcité. Il y dénonce les « fanatiques abrutis par le Coran » mais aussi les « culs-bénis venus d’autres religions » qui avaient souhaité la mort du journal pour « oser rire du religieux ». « Les convictions des athées et des laïcs peuvent déplacer encore plus de montagnes que la foi des croyants », affirmait-il.

Ce numéro sera tiré mercredi à près d’un million d’exemplaires, dont des dizaines de milliers seront expédiés à l’étranger. Actuellement, le journal se vend à environ 100 000 exemplaires en kiosques, dont 10 000 à l’international, auxquels s’ajoutent 183 000 abonnements. Le père Burgun souhaite pourtant distinguer le nombre d’exemplaires publiés et vendus : excepté quelques personnes hostiles à l’Église, les réactions des Français sont globalement mitigées vis-à-vis de cette Une… Croyants ou non, ils se rendent compte que ce n’est pas sain », estime-t-il. La popularité du journal satirique se jugera donc d’ici quelques jours… au tirage.