Aleteia

« Veillez et priez en tout temps, afin d’avoir la force d’échapper à tout ce qui doit arriver »

© DR
Immacolata Concezione - Giambattista Tiepolo 
Museo Nacional del Prado, Madrid
Partager
Commenter

Fin de la neuvaine préparatoire à la fête de l’Immaculée Conception, pour la France, par Mgr Aillet, évêque de Bayonne.

Du 29 novembre au 8 décembre, La Neuvaine nous invite à prier pour la France avec de grands témoins de la foi chrétienne et nous prépare à la fête de l’Immaculée Conception. 

En lisant le discours eschatologique de Jésus, il pourrait être tentant d’interpréter les attentats meurtriers qui ont ensanglanté Paris le 13 novembre dernier et placé la société française en état de choc, comme cette « grande détresse » dont Jésus nous annonce qu’elle précédera immédiatement son retour glorieux à la fin des temps. Sauf que ces événements tragiques, dont Jésus a par avance dressé l’inventaire (cf. Lc 21, 8-19), ont jalonné l’histoire de l’humanité depuis 2 000 ans, c’est-à-dire depuis que nous sommes entrés dans « ces temps qui sont les derniers » par le mystère de l’Incarnation, et que Jésus a pris bien soin de nous préciser que nous ne pouvons savoir ni le jour ni l’heure de son retour. Tout au plus pourrons-nous voir dans ces attentats, qui sont le lot quotidien des populations d’Irak et de Syrie depuis des années, l’indication que c’est sur fond d’un monde extérieur qui s’en va inexorablement vers sa ruine, comme dit saint Paul, que s’accomplit l’avènement du Royaume des cieux, que Jésus a décrit comme le bourgeonnement du printemps, avec ses craquements inévitables : « Ainsi vous, lorsque vous verrez cela arriver, comprenez que le Royaume de Dieu est proche » (Lc 21, 31).

C’est que depuis le premier avènement du Christ dans la chair, il y a 2 000 ans, où le Fils de Dieu s’est fait homme dans le sein virginal de Marie, par l’action de l’Esprit Saint, et dont nous célébrerons l’anniversaire à Noël, l’histoire des hommes a acquis un sens : par son irruption dans l’espace et le temps, Dieu a donné à la vie des hommes un nouvel horizon et par là son orientation décisive. Aussi, nous ne devons pas nous laisser ébranler par ces événements : au contraire, nous sommes invités à nous redresser et à relever la tête (cf. Lc 21, 28) et à entendre l’exhortation de Jésus à ses disciples : « Veillez et priez en tout temps, afin d’avoir la force d’échapper à tout ce qui doit arriver, et de vous tenir debout devant le Fils de l’homme » (Lc 21, 36).

Il n’est pas moins urgent de prier et de jeûner pour la France, aux prises avec cette nouvelle forme d’idéologie du mal qu’est le terrorisme islamiste. Le martyre des chrétiens d’Orient, naguère sous la protection de la France, est le témoignage prophétique dont nous avons besoin pour faire face à cette épreuve nationale. Ils nous montrent comment nous devons demander au Seigneur de réveiller en nous le courage de la foi, pour que le Seigneur épargne les plus faibles, ceux qui n’ont plus d’espérance et qui sont d’autant plus plongés dans le désarroi.

C’est pourquoi nous nous tournons vers la Vierge Marie, dont nous célébrerons aujourd’hui l’Immaculée Conception : elle est la femme « plus jeune que le péché », que Dieu dans sa Miséricorde, a choisie de toute éternité, pour donner à « ce monde épuisé » un Sauveur. Elle est celle qui devait écraser la tête du serpent des origines et c’est pourquoi nous nous tournons vers elle avec tant de confiance en cette neuvaine de l’Immaculée, sûrs que la Miséricorde de Dieu, qui s’accomplit en elle, est la limite définitive que Dieu a imposée au Mal qui se déchaîne dans le monde.

Comme l’écrivait le Pape saint Jean Paul II : « Les difficultés que la perspective mondiale fait apparaître en ce début de nouveau millénaire nous conduisent à penser que seule une intervention d’en haut, capable d’orienter les cœurs de ceux qui vivent des situations conflictuelles et de ceux qui régissent le sort des Nations, peut faire espérer un avenir moins sombre » (Lettre apostolique Le Rosaire de la Vierge Marie, n°40).

C’est, aujourd’hui en France, la responsabilité grave des chrétiens que d’être des lumières dans la nuit et des phares ou des bouées de sauvetage dans la tempête, pour nombre de nos concitoyens fragilisés intérieurement dans la confiance.

Puisse la Vierge Marie, Notre-Dame de France, réveiller la foi dans les âmes, raviver la mémoire des racines chrétiennes de notre nation et lui ouvrir un chemin d’espérance.

+ Marc Aillet,
évêque de Bayonne, Lescar et Oloron

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]