Église

Les chrétiens d’Orient persécutés jusqu’en Allemagne

Le quotidien allemand "Die Welt" lève le rideau sur une situation explosive et publie une série de témoignages d’agressions et menaces de morts contre les chrétiens réfugiés.

Policemen look at a group of refugees waiting on a platform of the main station in Luebeck, northern Germany, on September 8, 2015, after police stopped a train carrying migrants heading to Denmark due to a lack of visas. 
 AFP PHOTO / DPA / DANIEL REINHARDT  GERMANY OUT

© AFP PHOTO / DPA / DANIEL REINHARDT

Ils avaient fui la Syrie, l’Irak ou le Kurdistan pour échapper aux persécutions, aujourd’hui ils sont poussés à quitter l’Allemagne pour les mêmes raisons : crachats, insultes et menaces de morts, sont le lot quotidien des réfugiés chrétiens en Bavière, en Saxe ou dans le Brandebourg, où les brimades continuent jusque dans les centres d’accueil ouverts par les autorités locales.

Intimidations et agressions

Dans une longue enquête publiée sur Internet, le 27 septembre dernier, le quotidien allemand Die Welt lève le rideau sur une situation explosive qui dure depuis des mois, alors que l’Allemagne s’apprête à recevoir un million de migrants dans les douze prochains mois. « Il y a une ambiance d’intimidation et d’hostilité envers les chrétiens, confirme un prêtre maronite de Francfort. Ceux-ci se voient restreindre l’accès aux cuisines communes, sont traités de ‘porcs’ par certains musulmans, et leurs enfants agressés ».

Autre témoignage, celui d’un pasteur protestant de Berlin : « Les musulmans très croyants répandent dans les foyers l’idée suivante : là où nous sommes règne la charia ». Et ceux qui souffrent le plus sont les musulmans convertis au christianisme : « Ceux-là ont 100% de chance d’être agressés », souligne le pasteur.

« Surtout ne pas dire qui on est »

Parmi les témoignages recueillis par Die Welt, celui de chrétiens victimes directes de cette « haine importée » comme Said, un Iranien, hébergé dans un camp en grande partie occupé par des musulmans sunnites venus de Syrie. « En Iran, raconte-t-il, mon frère a été arrêté alors qu’il priait dans une église domestique clandestine, et moi j’ai échappé aux services secrets. Je croyais vraiment qu’en Allemagne j’aurais enfin pu vivre ma foi, or dans ce camp, encore une fois, je dois me cacher, ne pas dire que je suis chrétien sinon on me menace du pire. Pendant ramadan, si je refuse de suivre les règles du jeûne musulman, je reçois des insultes, ils me traitent d’infidèle et me crachent dessus en me menaçant de mort », tout cela sous les yeux de la sécurité qui ne fait rien, affirme-t-il, car « eux aussi sont tous des musulmans ».

Des hommes de Daesh infiltrés

Et le cas de Said n’est pas isolé. Die Welt rapporte tant d’autres témoignages et épisodes emblématiques, comme celui d’un jeune chrétien syrien – dont le nom n’est pas révélé pour sa sécurité – qui a porté plainte pour menaces subies dans un centre de premier accueil à Giessen, ville universitaire à 50 km au nord de Francfort, où se cacheraient selon lui des « coupeurs de têtes » du « calife » Abou Bakr al-Baghdadi : « Ils hurlent les mêmes versets du Coran qu’hurlent les miliciens de Daesh avant de décapiter les personnes », a-t-il rapporté. À Ellwangen, pas loin de la frontière bavaroise, musulmans, chrétiens et yézidis se seraient affrontés, déclenchant une grande bagarre.

Retour à la case départ

Et puis le quotidien allemand fait état d’un témoignage « particulièrement dramatique » : celui d’une famille chrétienne d’Irak, réfugiés dans un camp à Freising, en Bavière. Le père raconte qu’ils ont reçu des coups et des menaces d’extrémistes musulmans syriens. « Ils hurlaient contre ma femme et ont frappé mon fils. Ils disaient : ‘Nous vous tuerons et boirons votre sang’. »

Obligés de vivre comme des prisonniers ils ont décidé de renter à Mossoul. Mais à Mossoul, tombée aux mains des islamistes de Daesh, il y a plus d’un an, les chrétiens n’ont plus leur place, et la famille s’est résignée à partir se réfugier à Erbil, dans le Kurdistan irakien, où l’afflux des réfugiés ne cesse d’augmenter.

La solution proposée par les autorités allemandes ?

Face à cette situation, l’Allemagne ne peut plus ignorer le problème. Pour l’heure, elle envisage sérieusement de séparer physiquement et « géographiquement » les réfugiés selon leur religion. Mais plusieurs voix s’y opposent. D’autres prônent la distribution d’une charte fondamentale des valeurs allemandes, telles que l’égalité entre les hommes et les femmes, la liberté d’opinion ou de religion.

Pour Max Klingberg de la Société internationale des droits de l’homme, les espoirs que les migrants adhèrent à cette charte sont très minces. « La situation va empirer, assure-t-il au Die Welt. Pour lui : « Il faut arrêter de croire que tous les réfugiés sont des défenseurs des droits de l’homme. Parmi ceux qui arrivent, une portion non négligeable a des croyances d’une intensité équivalente à celle des frères musulmans ». Il confirme la gravité des agressions rapportées dans la presse entre les musulmans aussi (sunnites contre chiites) mais surtout contre les chrétiens et les yézidis.