Aleteia

Charlie Charlie Challenge : jouer innocemment avec le démon, ça n’existe pas !

© Marko Vombergar
Partager
Commenter

Un prêtre avertit les ados à propos du jeu qui invoque les esprits et fait fureur sur les réseaux sociaux : c'est jouer avec le feu, prévient-il.

Dans une lettre ouverte aux élèves de l’école préparatoire Saints John Neumann and Maria Goretti Catholic High School à Philadelphie (États Unis), le père Stephen McCarthy alerte les jeunes sur le réel danger de participer au jeu du Charlie Charlie Challenge, au succès planétaire, en particulier auprès des ados. Depuis quelques jours, Internet s’emballe en effet autour de ce nouveau phénomène. Impossible d’y échapper ! En quelques heures, les réseaux sociaux et YouTube ont vu une avalanche de vidéos être publiées dans lesquelles des jeunes du monde entier relèvent ce "défi". Le principe du Charlie Charlie Challenge est simple : deux crayons sont disposés en forme de croix sur une feuille de papier, où sont inscrits les mots "oui" ou "non" dans chaque carré, et on "convoque" Charlie, un mystérieux esprit mexicain.

Un jeu loin d’être innocent…

Les médias profanes décrivent ce "jeu" comme inoffensif. Mais, dans sa lettre, le père McCarthy récuse ce jugement : "Le Charly Charly Challenge est décrit comme un jeu innocent, mais là où nous serions tentés de voir de l’innocence, le Démon, quant à lui, y voit une occasion d’agir". Et, dans sa lettre aux jeunes, il s’explique : "Sur les réseaux sociaux, se répand un jeu dangereux qui incite ouvertement les jeunes, qui sont impressionnables, à convoquer le Démon. Je tiens à vous rappeler à tous que jouer innocemment avec le Démon, ça n’existe pas". Il insiste : "Je vous en prie, ne participez pas à ce jeu et exhortez les autres à éviter d’y participer aussi". Et d’expliquer : "Le problème de s’ouvrir à l’activité démoniaque, c’est que l’on ouvre une fenêtre de possibilités qui ne se ferme pas facilement après".

Interrogé sur le fait que le Démon puisse entrer dans la vie d’une personne par Internet, le prêtre répond : "Comment le Démon peut-il passer par Internet ? Quand j’ai examiné la question, j’ai immédiatement songé à l’anneau (du pouvoir) du Seigneur des anneaux. Le Démon peut tout tourner à son avantage". Pourquoi d’autres dans l’Église n’alertent-ils pas les jeunes et le public ? À cette question, le père McCarthy suggère que si de nombreux prêtres et parents demeurent silencieux, c’est que parler de l’existence du Démon est devenu sujet à controverse. Mais, dit-il, la nature controversée du sujet souligne justement l’influence de Satan. Et le prêtre invite tous ceux qui cherchent des expériences avec le surnaturel à assister à une messe catholique.

Voici le texte intégral de la lettre du père McCarthy

Mes chers amis,
J’ai appris qu’un jeu dangereux se répand sur les réseaux sociaux, incitant les jeunes ados, qui sont impressionnables, à convoquer les démons. Je tiens à vous rappeler à tous que "jouer innocemment avec les démons", ça n’existe pas. Si ce jeu parvient à vos oreilles, prenez garde et, je vous en prie, N’Y PARTICIPEZ PAS et incitez les autres à ne pas y participer. Je sais combien la curiosité est là, tentante ; mais le problème de s’ouvrir à l’activité démoniaque, c’est que l’on ouvre une fenêtre de possibilités qui ne se ferme pas facilement après. Si vous tenez à faire l’expérience de convoquer des entités spirituelles, puis-je vous recommander la messe ? Le chapelet ? Vous les jugerez, je pense, comme des alternatives de loin plus sûres et enrichissantes, à la longue. Je vous remercie d’avance pour votre coopération à cette question, des plus importantes.
Avec l’aide de vos anges gardiens, puisse Dieu nous bénir et nous protéger,
En Christ.

Adapté de l’anglais par Élisabeth de Lavigne

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]