Société

Comment abroger la loi Taubira ?

Le dernier numéro de « Liberté politique » vient de paraître. Au sommaire : les clés de l’abrogation de la loi Taubira sur le « mariage pour tous ».

Numéro de document
	
		8791


	
		Accès
	
		Restreint


	
		Original Filename
	
		FRA_130131_01_AFP_01
		.jpg


	
		Country
	
		FRANCE


	
		Creation Date
	
		23 janvier 13


	
		Credits
	
		© Joël SAGET / AFP


	
		Iconographer
	
		Pawel


	
		Agency file number
	
		Par7451248


	
		Agency contact
	
		sabrina.rossi@afp.co
		m


	
		Photo research date
	
		31 janvier 13

Joël SAGET / AFP

Faut-il abroger un texte qui postule un changement de civilisation ? Peut-on le faire ? Et si oui, comment ? Dans son dernier numéro, la revue Liberté politique revient sur la loi Taubira, un texte polémique qui a, des mois durant, séparé la France en deux. Ici, la question est clairement posée, à deux ans à peine d’une alternance politique probable, déjà entamée au Sénat, mais sans certitude aucune que les futurs dirigeants se risquent à défendre quelques valeurs que ce soit.

Revenir sur une loi injuste

Dans une société relativiste telle que celle de la France d’aujourd’hui, dominée par l’idéologie du progrès (quand bien même personne ne définirait le terme, et que le progrès des uns est une régression pour les autres), revenir sur une loi injuste prétendant créer arbitrairement de « nouveaux droits » ne va pas pour autant de soi. La communication de masse, le poids des lobbies et une presse globalement partisane et orientée ne peuvent que fausser le débat, si débat il devait à nouveau y avoir. Car une certaine tendance contemporaine entend donner un sens (unique) à l’histoire et bien rendre toute évolution législative en matière de mœurs quasi-irrévocable. Pourtant, entre adoption, GPA et PMA, les défenseurs de la loi Taubira hier sont de plus en plus nombreux à admettre ou reconnaître aujourd’hui ce qui était jusque-là nié : le mariage crée inévitablement des droits en matière de filiation.

Renoncer à des principes fondateurs

Cependant, renoncer avec des principes fondateurs de la société humaine, comme celui des liens publics du mariage entre l’homme et la femme, conduirait à brouiller les consciences, ce à quoi le chrétien ne saurait se résoudre, soulignent les auteurs et chercheurs de Liberté politique. En effet, si le principal obstacle à l’abrogation de la loi Taubira est culturel, la priorité consiste à préserver la lumière et la vérité sur l’anthropologie du mariage. Cette priorité doit engager des mesures législatives proportionnées et immédiates. Liberté politique explore dans ce nouveau numéro les champs d’action possibles, à la fois culturels et politiques, pour préserver, promouvoir et protéger le mariage après la loi Taubira.

Dans ce numéro, vous pourrez également retrouver deux autres dossiers : les limites de la liberté d’expression avec les ambiguïtés du phénomène « Charlie », et le retour de l’euthanasie, témoin sinistre de la médicalisation politique de la mort, apparue au XXe siècle.

Consultez le sommaire détaillé du dernier numéro de Liberté politique, la revue d’idées chrétienne de référence.
Commande directe en ligne :
le n° (n°65), 230 p., 20 €. Abonnement annuel : 4 numéros, 62 €.