Société

Promotion de l’adultère : le ras-le-bol s’exprime

Luxurieuses et lucratives, les campagnes publicitaires de Gleeden, « premier site de rencontre extraconjugale », sont une agression infligée à tous, notamment via la RATP. La pétition de CitizenGO entend y mettre fin.

BELGIUM, Brussels : A picture taken on February 24, 2012 shows an advertisement for Gleeden.com, the first extramarital dating site made by women, reading "The Lover Doesnt Cost Anything To Health Insurances, Not Like Antidepressants", in a streets of Brussels. AFP PHOTO / BELGA - BRUNO FAHY

© BRUNO FAHY / BELGA / AFP

Année après année depuis son lancement en France en 2009, Gleeden promeut les rencontres adultérines avec l’argument choc que « L’infidélité est résolument dans l’air du temps ».  Le site est très content de ses client(e)s et les remercie pour…leur fidélité.
Les Parisiens et les Franciliens, eux, en ont marre d’être agressés quotidiennement par des pubs de ce genre, et le font savoir en signant massivement la pétition lancée par CitizenGO (1) à l’adresse du Président de la Régie publicitaire de la RATP.

Contrairement à ce qu’affirme Gleeden, entre autres publicités mensongères, l’infidélité coûte très cher à la Sécu ! CitizenGO résume bien le prix à payer : « A l’heure où les dégâts de l’infidélité ne sont plus à démontrer puisque visibles au sein des familles, auprès de nos enfants, au cœur de la société et jusqu’au plus haut niveau de l’Etat, allant jusqu’à fragiliser la fonction présidentielle, il n’est plus temps de laisser ces campagnes outrager nos valeurs et blesser nos convictions les plus profondes. Ces publicités sont par ailleurs illicites puisqu’elles contreviennent à l’article 212 du code civil qui exige la fidélité des époux. »

L’infidélité est la cause première de la dramatique montée des ruptures et des divorces -qui brisent plus d’un couple sur deux à Paris (2)- dont sont victimes non seulement les conjoints mais aussi les enfants (3). Ces ruptures et divorces entraînent une série de maux bien connus, rappelle CitizenGO : « Pour les parents : paupérisation, sentiment d’échec, dépression, isolement social… ; et pour les enfants : troubles caractériels (violence, fugues…), peur d’être abandonné, moindre confiance, dépression, moindre réussite scolaire…(88 % des enfants en ont gardé des séquelles à vie). »

C’est donc une cause civique, « citoyenne », et tout simplement humaine puisqu’elle touche à l’alliance de l’homme et de la femme et à la famille, fondements de la société, qu’il s’agit de défendre. Ce n’est pas seulement le « mariage catho » qui est agressé, mais le mariage tel que le définit le Code civil sur la base de la fidélité, avec ses valeurs afférentes de respect, de loyauté, d’engagement et d’honnêteté, qui concourent toutes à l’intérêt général et à l’ordre public.
 
 Cette pétition est le nouvel épisode d’une lutte commencée depuis des années et qui n’a pas encore abouti, hormis une prise de conscience et une mobilisation croissantes, ce qui est déjà largement positif. Une précédente plainte d’usagers du métro, déposée auprès du Jury de Déontologie Publicitaire en décembre 2013, a été balayée d’un revers de manche aux motifs que ces publicités étaient  licites, décentes, loyales, ne choquaient personne et avaient un sens aigu de la responsabilité sociale ! Bref du grand n’importe quoi pour une institution vouée à faire respecter « une publicité loyale, véridique et saine, pour le bien de tous » (sic !).  Mais CitizenGO n’a pas tardé à découvrir pourquoi l’on se heurtait à un mur : les deux défenseurs de la société Gleeden étaient respectivement Stéphane Martin, Directeur Général de l’ARPP (Autorité de Régulation Professionnelle de la Publicité), qui n’est autre que l’organisme de tutelle de ce jury de déontologie, et Gérard Unger, le président de la régie publicitaire de la RATP par ailleurs administrateur de l’ARPP, et destinataire de cette présente pétition…(4)

Aujourd’hui, seul le nombre de pétitionnaires sera susceptible de changer la donne. Voilà pourquoi il faut signer dès maintenant cette pétition et la transmettre là à tous nos proches : http://citizengo.org/fr/11287-non-gleeden-ratp
 

  1. CitizenGO est une plate-forme de participation citoyenne qui travaille à défendre la vie, la famille, et les libertés fondamentales dans le monde entier. Pour en savoir plus sur CitizenGO, cliquez-ici, ou connectez-vous sur Facebook ou Twitter.
     
  2. « 52% des Parisiennes seraient infidèles, selon un sondage Harris interactive » rapporte  Le Figaro.
     
  3.  Cf. Etude Union des familles en Europe – 2011
     
  4. Comme l’avait relevé après ce jugement le blogueur Koz : « Le jury a bien sûr trouvé le moyen de motiver sa décision. L’article 3 de son règlement intérieur précisant que « ses décisions concernent uniquement le contenu des messages publicitaires diffusés et ne portent, en aucun cas, sur les produits ou services concernés », le jury s’est tout bonnement considéré incompétent. Le produit ne faisant pas l’objet d’une interdiction, sa publicité ne saurait être mise en cause.
    L’argument pourrait convaincre si le JDP n’avait pas également pour mission d’appliquer le code ICC consolidé sur les pratiques de publicité et de communication commerciale, qui précise à l’alinéa 3 de son article 4 fort opportunément intitulé « Responsabilité sociale » : « La communication commerciale ne doit pas sembler cautionner ou encourager des comportements violents, illicites ou antisociaux. » Lire aussi sur Koztoujours : Gleeden : place aux anticorps