Aleteia

Prier : mettons-nous en présence de Dieu

© Eric Tornlov
© Eric Tornlov
Partager
Commenter

Il y a un exercice dans l’oraison, une part active, un « vouloir vivre » dans l’intimité amoureuse de la Trinité pour que la vie devienne prière, et la prière, vie.

19/06/2014

Du blogue de Jacques Gauthier

L’exercice de la présence de Dieu est un moyen simple qui unit prière et vie. Cette pratique fut popularisée par un carme cuisinier, le frère  Laurent de la Résurrection (1614-1691). Elle consiste à s’entretenir familièrement avec le Père, Jésus ou l’Esprit Saint, à tout moment de la journée, comme on le fait avec un ami. Pour frère Laurent, l’exercice de la présence de Dieu est le chemin le plus direct pour arriver à la sainteté. Il en témoigne dans une lettre :
 « J’ai quitté toutes mes dévotions et prières qui ne sont pas d’obligation et je m’occupe qu’à me tenir en sa sainte présence, en laquelle je me tiens par une simple attention et un regard général et amoureux en Dieu, que je pourrais nommer présence de Dieu actuelle ou, pour mieux dire, un entretien muet et secret de Dieu avec l’âme ». (Écrits et entretiens sur la pratique de la Présence de Dieu, Cerf).
 
En compagnie amoureuse de Dieu
Vouloir vivre ainsi en compagnie amoureuse de Dieu, c’est une manière de prier, puisqu’il y a dialogue, avec des mots ou non. Nous sommes en présence de Dieu tout en vaguant aux occupations quotidiennes, dans la paix et le calme. Nous signifions ainsi l’importance que le Christ a dans notre vie, lui qui se donne à nous sans mesure. À force d’actes de foi très simples et amoureux, notre esprit s’établit en sa présence progressivement. Les débuts sont parfois difficiles, mais il ne faut pas se décourager, Dieu nous donne tout ce qu’il faut. Si notre esprit s’égare dans des distractions, on le ramène tranquillement à Dieu par la volonté.
En voulant tout faire pour l’amour de Dieu, en se servant de toutes les occasions pour s’entretenir avec Dieu, on demeure dans sa présence. Cette pratique de la présence de Dieu rejoint l’exhortation de saint Paul : « Tout ce que vous faites : manger, boire ou n’importe quoi d’autre, faites-le pour la gloire de Dieu » (1 Corinthiens 10, 31). C’est l’intention de vivre en sa présence qui importe, même si nous n’y arrivons pas toujours.
Des formules peuvent aider : « Seigneur, fais-moi vivre en ta présence »; « Seigneur, je crois que tu es là »; « Jésus, révèle-moi ta présence en cet instant ».
Ainsi, la vie devient prière et la prière devient vie, même en dormant. « Dieu comble son bien-aimé quand il dort » (Psaume 126, 2). D’une vie de prière, on passe à une prière de vie. Le frère Laurent écrit dans une lettre :
« Dieu ne nous demande pas grand-chose : un petit souvenir de temps en temps, une petite adoration, tantôt lui demander sa grâce, quelquefois lui offrir vos peines, d’autres fois le remercier des grâces qu’il vous a faites et qu’il vous fait au milieu de vos travaux, vous consoler avec lui, le plus souvent même que vous pourrez. Pendant vos repas et vos entretiens, élevez quelquefois vers lui votre cœur ».
 
Publié dans le magazine  La vie est belle, juin 2014, p. 42. Voir également mon  Guide pratique de la prière chrétienne (Presses de la Renaissance).

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]