Aleteia

La Manif Pour Tous ne lâche rien !

© DR
Partager
Commenter

Le mouvement prévoit de nouvelles manifestations partout en France. D’autant qu’il y a du nouveau concernant la légalité du prétendu « mariage pour tous » !

(Légende photo : la Manif pour tous ne lâche rien…enfin, si, elle a lâché des poules le 4 décembre, devant l'Assemblée nationale -lire ci-dessous)

Le 8 décembre à Paris, le 15 décembre à Versailles, Montpellier, Blois… : la Manif Pour Tous ne lâche rien et lance les prochaines mobilisations de sa « saison 2 ».

Dimanche 8 décembre à 15h, rendez-vous place de la Porte de St Cloud à Paris. La Manif Pour Tous organise une « Grande traversée de Paris » en voiture, scooter, moto, camion, tracteur ou tout autre engin motorisé, (sans oublier les drapeaux et les klaxon !) pour dire STOP à la « familophobie ».

Le 15 décembre, ce sont Versailles (rendez-vous à 14h30 Place d’Armes), Montpellier (rendez-vous à 14h00 au Jardin du Peyrou) et Blois (rendez-vous à 15h00) qui se mobilisent pour dire « non », encore une fois, aux projets de loi sur la PMA, la GPA, le Gender à l’école.

Et c’est sans compter les « happenings » organisés à l’improviste, comme ce mercredi 4 décembre devant l’Assemblée Nationale, où la Manif Pour Tous a lâché une dizaine de poules (vivantes) pour dénoncer le mariage gay, la future loi sur la famille ainsi que la hausse de la TVA qui prendra effet le 1er janvier 2014 (photo).

Du côté des sénateurs, la mobilisation continue aussi. Bruno Retailleau, sénateur de Vendée, et de nombreux collègues (24 sénateurs) accusent le Gouvernement d’avoir trompé le Conseil Constitutionnel, le Parlement et les Français au sujet de la loi sur le « Mariage pour Tous », rapporte un communiqué.

En effet, depuis l’adoption du « mariage pour tous », les codes législatifs auraient dû être adaptés à cette nouvelle législation. Or, le Gouvernement a laissé passer le délai légal de prise de ces ordonnances, qui courait jusqu’au 18 novembre dernier. « Qu’il s’agisse d’une manœuvre politique ou d’une erreur matérielle, le résultat est le même : l’habilitation donnée par le Parlement est caduque, et le Gouvernement est dans l’obligation de repasser devant les députés et les sénateurs » faute de quoi il se mettrait dans l’illégalité, indique Bruno Retailleau.

 

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]