Aleteia

Lampedusa : « Nous ne voulons pas de cette Europe-là !»

© DR
"Plus jamais ça !"
Partager
Commenter

Le cardinal Marx, président de la COMECE, fait part de son indignation au président de la Commission européenne, Jose Manuel Barroso.

        « Les réfugiés et demandeurs d’asile ont droit à être traités avec humanité», déclare le cardinal à Jose Manuel Barroso. D’autant que « l’Union européenne n’est pas un organisme international abstrait. Elle est une Union de peuples, de femmes et d’hommes qui croient en un ensemble de principes, dont le plus vital est : la dignité humaine ».  
 
Le Cardinal Reinhard Marx est le Président de la COMECE (Commission des Episcopats de la Communauté Européenne). José Manuel Barroso préside la Commission européenne. La tragédie de Lampedusa était au cœur d’un entretien entre les deux hommes, rapporté par Zenit.
 
Il y a une semaine, le naufrage de quelque 500 migrants au large des côtes de Lampedusa, en Sicile, faisait plus de 300 victimes, hommes, femmes, enfants. Sur la petite île italienne, la tension reste extrême : le centre d’accueil des réfugié frôle le millier pour une capacité de 250 places !
 
« L’UE est aussi une Union de 28 Etats membres qui se sont engagés à être solidaires entre eux et à l’égard du reste du monde. La tragédie du naufrage au large de Lampedusa a, sans aucun doute, touché le cœur des Européens. Il est de la responsabilité de tous les citoyens européens d’appeler à une action politique forte et coordonnée afin qu’une telle tragédie ne se reproduise jamais plus. Depuis des années, nous avons suivi une politique qui visait à empêcher les personnes en détresse d’atteindre les côtes de l’Europe. Ce n’est pas cette Europe-là que nous voulons! », a déclaré le cardinal Marx.
Le Commissaire européen pour les Affaires intérieures, Cecilia Malmstrom, a également fait part de son émotion et proposé d’organiser «  une réunion des ministres européens de l'Intérieur afin d'organiser des patrouilles maritimes en Méditerranée et "sauver plus de vies" et mettre sur pied une force d'intervention pour mieux coordonner les opérations de contrôle des frontières ».
 
José Manuel Barroso, a promis de son côté que des efforts seraient faits pour régler la crise migratoire qui touche Lampedusa, point d'entrée de migrants africains et orientaux en Europe.
 
Jose Manuel Barroso et le président du Conseil italien, Enrico Letta, se sont rendus sur place le 9 octobre. Ils ont été accueillis par les cris des habitants indignés et en colère contre les conditions dans lesquelles ces migrants sont laissés.
 
Selon un décompte établi la semaine dernière, plus de 30.000 migrants ont gagné le territoire italien depuis le début de l'année. Environ 7.500 d'entre eux fuyaient la guerre civile en Syrie, 7.500 étaient des réfugiés politiques érythréens et 3.000 tentaient d'échapper aux violences en Somalie.
 
Pour en savoir plus lire aussi :

« Lampedusa: Combien de drames encore pour changer de cap? » (Le Huffington  Post)
« Après le drame de Lampedusa, un assouplissement des règles d'asile? » ( RFI)
 « Lampedusa : plus jamais ça… » (Courrier international)
 « Lampedusa ou l’urgence d’une politique migratoire respectueuse de la vie humaine »
 
 
 

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]